Une belle année de blaireaux ! 

Une belle année de blaireaux ! 

Attention, ça décoiffe. Dans ce contexte si morose pour le vivant, l’ASPAS a accumulé les succès tout au long de l’année 2022, et nous n’allons pas nous priver de nous en vanter ! Petite rétrospective en texte et en images 

Commençons par le blaireau, que nous avons élu animal de l’année pour une belle campagne médiatique, avec une la première Journée mondiale des blaireaux très réussie le 15 mai et une pétition au Sénat qui a fait exploser les compteurs, deux initiatives soutenues par de nombreux partenaires (merci !), et dont nous suivons maintenant les répercussions politiques. Pour nos actions les plus immédiates, saluons la dizaine de victoires en justice rien que pour cette espèce, qui ont permis de sauver des centaines d’animaux sur le terrain. Au passage, nos badges « Je suis un blaireau » et « Je suis une blairelle » se sont arrachés, preuve qu’une mauvaise réputation peut se retourner en attitude joyeuse et constructive. 

retrospective-JMB

Restons sur le terrain, avec nos actions pionnières dans l’ancien enclos de chasse racheté dans le Vercors. Malgré l’acharnement d’une administration « pas toujours bienveillante », qui nous a mis pas mal de bâtons dans les roues, nous sommes restés fidèles à notre éthique. Nous avons déployé beaucoup d’énergie à stériliser les cervidés et les sangliers, à renforcer les clôtures, et à déplacer des daims, avec le projet de libérer totalement cet espace de son sinistre passé d’ici quelques années. Et pourquoi pas parvenir à l’interdiction de tous les enclos de chasse France : la nouvelle loi contre l’engrillagement à laquelle l’ASPAS a pris part est un bon début !  

retrospective-VVS

Nous continuons d’acquérir, parfois dans la discrétion, des parcelles de forêts, et nous comptabilisons de nouveaux refuges ASPAS sans chasse pour un total de 1682 hectares : petit à petit, les petits espaces font de grandes réserves… Les réseaux et les médias continuent de nous suivre sur le réensauvagement (Europe 1, La Croix, TéléMatin), et nous sollicitent régulièrement pour connaître nos positions sur la chasse (France Inter), les ESOD (Brut), les loups (la Relève et la peste) ou d’autres thèmes sur la nature qu’il serait trop long d’énumérer toutes ces interventions ici. L’ASPAS a acquis des terrains, mais aussi une solide réputation, et nous sommes devenus une référence incontournable, ce qui fait chauffer les téléphones du service communication et de quelques administrateurs. 

En dehors de la sensibilisation, l’un de nos leviers d’action les plus puissants, les recours juridiques sont relatés sur notre site Maître Renard, notamment contre les excès de la chasse. Ainsi, nous avons fait suspendre la chasse aux cerfs sur la réserve des Hauts-Plateaux du Vercors, clos en beauté le feuilleton judiciaire à Pont-Sainte-Maxence contre la chasse à courre, et agi, avec nos associations partenaires, jusqu’aux Antilles, avec un répit pour 12 espèces d’oiseaux en Martinique, et pour 3 autres espèces en Guadeloupe et à Saint-Martin. Quant à notre lutte contre le braconnage, elle a bénéficié aussi bien à des tortues, des grenouilles, des oiseaux ou au loup.

retrospective-cerf

Et nos amis les mal-aimés ? Suite à notre victoire devant le Conseil d’État, le putois a été retiré de la liste des « Esod ». Le mouvement de défense de la nature s’étend, avec de plus en plus de mairies engagées pour les renards, et plus de 2000 déclarations de non-dégâts remplies par des particuliers et des éleveurs en faveur des soi-disant « nuisibles »! Nous avons aussi gagné contre l’effarouchement des ours ou fait arrêter un tir de prélèvement de loups dans le Var. Et j’en passe ! 

retrospective-renard

Forte de l’implacable efficacité de son équipe salariée, soutenue par un conseil d’administration fraîchement renforcé, l’ASPAS peut aussi compter sur un foisonnant réseau de délégués pour porter nos actions au plus près des territoires. Tenues de stands, conférences, débats, interventions scolaires… Plus de 200 manifestations ont eu lieu en 2022, prises en main par quelque 200 bénévoles qui ont œuvré pendant plus de 5000 heures pour porter, partout en France, la voix des animaux et des forêts en libre-évolution.  

Toutes et tous, nous travaillons main dans la main. Merci à vous qui nous soutenez, fières et fiers d’être des blairelles et des blaireaux au service du sauvage. Sans vous, l’ASPAS ne serait rien ! Une bonne résolution pour 2023? Continuons le même combat, pour une belle année militante! 

Vos dons font nos actions, merci pour votre générosité !  

Dernières actualités

26.01.2023

Enfin une loi pour restreindre la chasse en enclos  !

Le 25 janvier 2023, la proposition de loi visant à limiter l’engrillagement des espaces naturels a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. L’ASPAS, qui mène une campagne active contre la chasse en enclos depuis 2019, regrette que le texte ne vise pas le principe même d’autoriser la chasse sur des animaux maintenus en captivité, mais […]

11.01.2023

Les actions phares de l’ASPAS en 2023

Cohabitation avec les loups, les ours ; accompagnement des maires contre les abus de la chasse ; mobilisation générale pour les “nuisibles”… Petit aperçu des combats que l’ASPAS va mener à vos côtés au cours de cette nouvelle année !  https://youtube.com/watch?v=vIodcPfORG0&si=EnSIkaIECMiOmarE Imaginez de vieilles forêts sauvages qui grouillent de vie, que de discrets humains viendraient […]

29.12.2022

Parole d’ex-chasseur : “Ils ont pollué la génétique des sangliers” 

C’est Michel qui le dit, ancien chasseur de petit gibier installé dans le Lot, pas loin de Calvignac où le jeune Morgan Keane a été tué, confondu avec la bête noire en décembre 2020, en plein confinement.   Michel s’exprime dans le cadre d’un reportage de France Inter, diffusé en 5 épisodes début décembre 2022, […]

09.12.2022

Les chasseurs ont tué 1,5 million d’ongulés en 2021-2022

Moins de chasseurs mais plus d’animaux tués… Le dernier « bilan des prélèvements* » publié cet automne par l’Office Français de la Biodiversité révèle une nette augmentation des tueries perpétrées à l’égard des cerfs, chevreuils, sangliers, chamois, daims et autres ongulés présents en France. 74 927 cerfs élaphe, 602 866 chevreuils, 842 802 sangliers… Pas de […]