Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu : le renard ! Figurez-vous que le petit chasseur de campagnols est lui aussi pointé du doigt chez certains éleveurs d’ovins, accusé de tuer et de kidnapper des agneaux à la période des naissances 

Quand il n’y a pas de loup, faut bien chercher un autre bouc-émissaire ; en octobre dernier, la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire a même encouragé par e-mail les éleveurs de moutons à remplir des déclarations de dégâts en ce sens, dans l’espoir de faire classer les renards sur la prochaine liste triennale des “ESOD” qui sera renouvelée en 2023 ! 

De telles prédations, si elles existent, sont forcément très marginales et ne doivent concerner que des agneaux mort-nés, mourants ou malades, au sein de troupeaux non protégés. Opportunistes avant d’être chasseurs, les renards sont aussi volontiers charognards et jouent par conséquent un rôle sanitaire plus que bienvenu dans la nature. Les considérer comme “nuisibles” révèle la posture toute conflictuelle qu’entretient une partie du monde agricole avec la vie sauvage, tout le contraire de la vision naturaliste et respectueuse de Dominique qui nous livre ici un précieux témoignage :   

En élevage conservatoire d’une centaine de moutons d’Ouessant depuis 26 ans, je n’ai pas de soucis de prédation sur les agneaux par le renard alors que mes animaux sont élevés en plein air jour et nuit tout au long de l’année sur plusieurs hectares (et si même … je n’en serais que le seul responsable). J’adopte juste une attitude d’attention plus particulière en période d’agnelage pour des nouveau-nés ne faisant qu’un kilo. Evacuation des placentas, regroupement près de la maison pour la nuit à proximité des chiens, épouvantails sonores et lumineux, rondes nocturnes pour déceler naissances, vidanges abondantes de ma vessie en périphérie de zone dortoir… Bref, des précautions efficaces sans doute pour certaines qui font que mon bonheur de voir et de savoir goupil présent sur mes parcs est supérieure à l’inquiétude du moment. Que vivent les renards ! 3,5 milliards d’évolution du vivant rendent cette espèce (comme les autres) légitime et à sa place dans le fonctionnement de notre planète… ce qui n’est pas le cas des animaux domestiques… 

Contacté pour davantage de précisions concernant son activité, Dominique nous a aussi glissé une petite anecdote amusante sur goupil :  

Dans le même temps ce qui fait sourire, j’ai pu observer des réserves de goupil en terre sur mes prés : pattes de poulets sans doute récupérées sur un fumier d’une ferme voisine, restes de faisan en période de chasse… et même une pantoufle sans doute fort odorante récupérée je ne sais où ! 

mouton-ouessant
Une brebis Ouessant avec son agneau, sur la ferme de Dominique

* Il s’agit d’un élevage conservatoire, sans mise à mort ni exploitation des animaux : ceux sélectionnés meurent naturellement plus ils approchent de quinze ans. Pour plus d’informations, rendez-vous sur ouessant-mouton.over-blog.com 

Vous aussi, témoignez pour les renards !

Vous aussi vous avez une activité d’élevage, amateur ou professionnel ? Ou bien une simple basse-cour ? Témoignez en faveur des renards et autres petits prédateurs menacés par la prochaine liste de la mort” du ministère de l’Ecologie, en remplissant pour l’ASPAS une “déclaration de non-dégât” ! Pour plus de détails sur cette action, cliquez ici.   

Soutenez notre action en faveur des ESOD

Faire un don pour les « nuisibles » nous permettra de :

  • Renforcer notre action juridique (frais d’avocats, traductions assermentées d’études scientifiques) ;
  • Sensibiliser un maximum de personnes à la cause des « nuisibles » (interviews, actions médiatiques, pédagogiques, sondages, etc.)
  • Mobiliser des moyens au niveau local (soutien aux maires sympathisants, accompagnement des acteurs territoriaux, médiation avec les opposants) ;

Merci pour votre soutien, 
le sort de millions d’animaux sauvages est en jeu

© Photo d’en-tête : Bernard Alliez

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]