La ville de Melle agit pour les renards !

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !    

Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite ville du sud des Deux-Sèvres anciennement dirigée par Ségolène Royal, a voté une motion afin que le renard ne soit plus considéré comme « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » (ESOD) sur tout le territoire de la commune.  Même si ce vote doit encore être validé par la préfecture, cette avancée locale est un nouveau signe de l’évolution positive des mentalités à l’égard des renards, a fortiori en zone rurale où ces animaux sont le plus persécutés.

Rappelons en effet que le statut « ESOD » permet aux chasseurs et piégeurs agréés de tuer des renards 12 mois sur 12… Sortir goupil de cette liste de la mort ne le protègerait pas pour autant des fusils, pendant la saison de chasse, mais toute avancée est bonne à prendre !

Dans les Deux-Sèvres, près de 2000 renards seraient tués par piégeage chaque année, dont une vingtaine sur la seule commune de Melle. Sauver 20 renards paraîtra bien anecdotique à certains, mais c’est un début, et au-delà du chiffre, c’est cette prise de conscience nouvelle à l’égard de la place des renards dans l’écosystème qui finira bien par se répandre à d’autres territoires, quand on se rendra compte qu’il ne sert à rien d’abattre les renards, comme l’ont déjà démontré nos voisins au Luxembourg et dans le canton de Genève !

Une médiation longue de plusieurs mois

Avant de parvenir à cette motion du 1er juin, il a d’abord fallu dialoguer, sensibiliser, convaincre. Un travail de médiation auquel a pris part Cyril Alexandre, le délégué bénévole de l’ASPAS dans les Deux-Sèvres, qui est également intervenu pour les renards sur la commune de La Crèche, dont la mairesse Laëtitia Hamot avait, dès son élection en 2020, refusé d’autoriser des battues.

Le 2 février dernier, habitants et élus municipaux des deux communes avaient été invités à participer à une soirée conférence-débat sur le thème Le renard, nuisible ou auxiliaire de culture ? La mairie de Melle, dirigée par Sylvain Griffault, avait précédemment annoncé son souhait de débattre de la question de modifier le statut du renard, dans un article de sensibilisation publié dans le bulletin municipal de la commune, argumentaire ASPAS à l’appui. Une initiative qui a sans doute contribué à mieux faire accepter la motion par les habitants du Mellois, car même si la majorité l’a emporté, le renard a toujours hélas ses détracteurs.  

Pour les renards, faites des déclarations de non-dégât !

La prochaine “liste de la mort” triennale du ministère de l’Écologie, qui détermine les “nuisibles” à détruire, devrait être publiée en juin 2023. L’ASPAS mobilise ses forces vives bénévoles aux quatre coins de la France, car ces listes se font sous la pression des chasseurs et non des scientifiques. Participez à nos actions, témoignez : la vie de millions d’animaux sauvages est en jeu !

© Photo d’en-tête : Fabrice Cahez

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]