M. Macron veut interdire la chasse à courre !… C’était pas ça ?!

M. Macron veut interdire la chasse à courre !… C’était pas ça ?!

Le Président de la République, qui a parlé pendant quelques minutes de la chasse aux journalistes du média Brut*, vendredi 4 décembre, a glissé quelques mots sur la souffrance animale qui ont interpellé l’ASPAS :

“Les chasseurs, on veut lutter contre les pratiques qui ne sont pas conformes au bien-être animal, on veut réduire les pratiques qui objectivement choquent, et qui ne sont pas conformes au monde dans lequel on vit, et en même temps on veut reconnaître que les chasseurs sont des acteurs de la biodiversité et de la ruralité, ce qui est une réalité.”

Pas conformes au bien-être animal… Voyons voir, cela mettrait donc un terme définitif (liste non exhaustive) :

Voilà qui va réjouir l’immense majorité de citoyens choqués par les pratiques brutales de la chasse, et les centaines de milliers de signataires du Référendum pour les Animaux

Chiche, Manu !

Plusieurs erreurs, par ailleurs…

Emmanuel Macron a évoqué le chiffre de “5 millions de chasseurs”, avant de se reprendre en parlant de façon plus vague de “plusieurs millions de chasseurs”… En vérité, les chasseurs qui ont validé leur permis étaient à peine plus d’un million pour la saison 2019-2020, et ils sont sans doute encore moins cette année (avec une population vieillissante, un loisir qui attire moins les jeunes générations, la baisse de leurs effectifs est continue depuis plusieurs décennies). Mais M. Macron raisonne à n’en pas douter en termes de voix potentielles dans les urnes, et prend en compte l’entourage immédiat d’un chasseur actif (le foyer).

Emmanuel Macron, lors de son interview à Brut le 4 décembre 2020 (capture d’ecran)

Emmanuel Macron a aussi parlé des chasseurs comme “structuration de la ruralité”… Or le chasseur d’aujourd’hui est de plus en plus urbain, et la division par 2 du prix du permis de chasse national sous le règne macroniste a surtout largement favorisé la mobilité des chasseurs d’une région à une autre. Une battue de chasse fait intervenir des chasseurs qui, pour certains, ne connaissent pas le territoire sur lequel ils chassent.

Emmanuel Macron a également refusé d’admettre que la chasse était un lobby en France…  tout en reconnaissant le rôle du lobbysiste Thierry Coste dans le départ de Nicolas Hulot du Ministère de l’Ecologie en 2018 ! Le lobby de la chasse en France, c’est celui qui empêche toute sérieuse réforme de cette pratique ; c’est celui qui maintient à 91 le nombre d’espèces chassables en France (parmi lesquelles nombreuses sont en mauvais état de conservation), c’est celui qui refuse le partage de la nature (toujours pas de jour national sans chasse en France…), etc. C’est surtout celui qui a des moyens financiers énormes par rapport aux associations de protection de la nature.

Emmanuel Macron n’a pas non plus reconnu le grave problème d’insécurité que représente le loisir de la chasse en France. 48h après le décès du jeune Morgan Keane devant sa maison, tué par un chasseur à Calvigac dans le Lot, il aurait été digne de la part du chef de l’État d’avoir une pensée pour sa famille, et de reconnaître le danger de la chasse qui pourrit la vie de tant de familles chaque année en France, chasseurs comme non-chasseurs…

La réforme majeure de la chasse demandée depuis tant d’années par l’ASPAS ne semble pas encore avoir atterri sur le bureau d’un Emmanuel Macron qui, à l’entendre parler de chasseurs “acteurs de la biodiversité” et de “gestion adaptative des espèces” n’a visiblement d’oreilles que pour la Fédération Nationale des Chasseurs, son président Willy Schraen et son lobbyste Thierry Coste. Car oui, et un million de fois oui : la CHASSE EST UN LOBBY !

* Pour écouter / réeccouter l’intervention d’Emmanuel Macron sur la chasse, c’est ici (à partir de 1h58 environ) 

Dernières actualités

22.05.2024

Un loup dans un Parc national, quel scandale !

Près du village d’Altier en Lozère, en plein cœur du Parc national des Cévennes, la vidéo de ce qui semble être un loup poursuivi par une voiture sur une route de montagne est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, le 19 mai 2024. Comme à leur habitude, chasseurs, bergers et […]

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]