M. Macron veut interdire la chasse à courre !… C’était pas ça ?!

M. Macron veut interdire la chasse à courre !… C’était pas ça ?!

Le Président de la République, qui a parlé pendant quelques minutes de la chasse aux journalistes du média Brut*, vendredi 4 décembre, a glissé quelques mots sur la souffrance animale qui ont interpellé l’ASPAS :

“Les chasseurs, on veut lutter contre les pratiques qui ne sont pas conformes au bien-être animal, on veut réduire les pratiques qui objectivement choquent, et qui ne sont pas conformes au monde dans lequel on vit, et en même temps on veut reconnaître que les chasseurs sont des acteurs de la biodiversité et de la ruralité, ce qui est une réalité.”

Pas conformes au bien-être animal… Voyons voir, cela mettrait donc un terme définitif (liste non exhaustive) :

Voilà qui va réjouir l’immense majorité de citoyens choqués par les pratiques brutales de la chasse, et les centaines de milliers de signataires du Référendum pour les Animaux

Chiche, Manu !

Plusieurs erreurs, par ailleurs…

Emmanuel Macron a évoqué le chiffre de “5 millions de chasseurs”, avant de se reprendre en parlant de façon plus vague de “plusieurs millions de chasseurs”… En vérité, les chasseurs qui ont validé leur permis étaient à peine plus d’un million pour la saison 2019-2020, et ils sont sans doute encore moins cette année (avec une population vieillissante, un loisir qui attire moins les jeunes générations, la baisse de leurs effectifs est continue depuis plusieurs décennies). Mais M. Macron raisonne à n’en pas douter en termes de voix potentielles dans les urnes, et prend en compte l’entourage immédiat d’un chasseur actif (le foyer).

Emmanuel Macron, lors de son interview à Brut le 4 décembre 2020 (capture d’ecran)

Emmanuel Macron a aussi parlé des chasseurs comme “structuration de la ruralité”… Or le chasseur d’aujourd’hui est de plus en plus urbain, et la division par 2 du prix du permis de chasse national sous le règne macroniste a surtout largement favorisé la mobilité des chasseurs d’une région à une autre. Une battue de chasse fait intervenir des chasseurs qui, pour certains, ne connaissent pas le territoire sur lequel ils chassent.

Emmanuel Macron a également refusé d’admettre que la chasse était un lobby en France…  tout en reconnaissant le rôle du lobbysiste Thierry Coste dans le départ de Nicolas Hulot du Ministère de l’Ecologie en 2018 ! Le lobby de la chasse en France, c’est celui qui empêche toute sérieuse réforme de cette pratique ; c’est celui qui maintient à 91 le nombre d’espèces chassables en France (parmi lesquelles nombreuses sont en mauvais état de conservation), c’est celui qui refuse le partage de la nature (toujours pas de jour national sans chasse en France…), etc. C’est surtout celui qui a des moyens financiers énormes par rapport aux associations de protection de la nature.

Emmanuel Macron n’a pas non plus reconnu le grave problème d’insécurité que représente le loisir de la chasse en France. 48h après le décès du jeune Morgan Keane devant sa maison, tué par un chasseur à Calvigac dans le Lot, il aurait été digne de la part du chef de l’État d’avoir une pensée pour sa famille, et de reconnaître le danger de la chasse qui pourrit la vie de tant de familles chaque année en France, chasseurs comme non-chasseurs…

La réforme majeure de la chasse demandée depuis tant d’années par l’ASPAS ne semble pas encore avoir atterri sur le bureau d’un Emmanuel Macron qui, à l’entendre parler de chasseurs “acteurs de la biodiversité” et de “gestion adaptative des espèces” n’a visiblement d’oreilles que pour la Fédération Nationale des Chasseurs, son président Willy Schraen et son lobbyste Thierry Coste. Car oui, et un million de fois oui : la CHASSE EST UN LOBBY !

* Pour écouter / réeccouter l’intervention d’Emmanuel Macron sur la chasse, c’est ici (à partir de 1h58 environ) 

Dernières actualités

14.06.2024

Pour « L’agriculteur normand », la voiture est « un prédateur du blaireau »…

Humour de très mauvais goût ou incitation implicite au braconnage ?… Relayant la frustration des chasseurs de l’Eure, privés de déterrage de blaireaux ce printemps suite à une récente victoire en justice des associations, le journal L’Agriculteur normand peut sembler encourager à demi-mot, dans un article daté du 12 juin 2024, la destruction de ces […]

11.06.2024

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa plateforme baptisée « Goupil score », lancée […]

07.06.2024

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté d’action, l’ASPAS se gardera bien […]

06.06.2024

Crise agricole et biodiversité : non à la loi qui facilitera la destruction d’espèces protégées !

L’ASPAS est co-signataire de la pétition interassociative initiée par Animal Cross pour demander au gouvernement de revoir l’article 13 du projet de loi sur l’orientation agricole : en l’état, le texte prévoit une dépénalisation de l’atteinte aux espèces protégées, ce qui constituerait une atteinte gravissime à la protection de la nature avec un retour en […]

29.05.2024

Agissons contre la chasse d’été !

Comme si la chasse en automne et en hiver ne suffisait pas, une majorité de préfectures autorise aussi la chasse d’été, et ce à partir du 1er juin ! Les animaux à subir ces nouveaux assauts sont principalement les sangliers, les chevreuils (surtout les mâles qui font de beaux trophées), et les renards… Les renards […]