Dans le Cantal (aussi), les agriculteurs manquent de renards !

Dans le Cantal (aussi), les agriculteurs manquent de renards !

Il est consternant qu’en 2020, on continue de ne réfléchir qu’en termes de traitements chimiques pour tenter de réparer des déséquilibres naturels, souvent créés par l’homme lui-même…  

Après la Haute-Loire en 2019 (lire ici), l’Aveyron il y a quelques semaines (lire ici), voilà que l’on lit à nouveau dans la presse que des agriculteurs du Cantal se plaignent à leur tour de dégâts de campagnols dans leurs prairies, sans qu’à aucun moment ne soit évoqué le rôle des prédateurs sauvages, en l’occurrence les rapaces, les hermines, les blaireaux… mais surtout les renards ! Un seul renard peut chasser à lui tout seul en moyenne 5 000 campagnols par an

Pourtant, les renards, en France, sont injustement considérés comme nuisibles et à ce titre sont persécutés 12 mois sur 12, que ce soit par le piégeage, le tir, le déterrage ou encore les battues administratives… Résultat : on estime qu’entre 600 000 et 1 million de renards sont tués chaque année en France ! Privant ainsi les paysans d’un allié écologique gratuit et efficace !

C’est assez incroyable que le renard soit à ce point dénigré en France, y compris par les agriculteurs eux-mêmes, dont on apprend dans l’article de France 3 que certains d’entre eux se sont réunis au sein d’un Collectif créé en 2017, nommé « Rat le bol, vivre et travailler dans le Massif Central », où la meilleure idée qu’ils ont eue est celle d’utiliser une charrue pour mettre davantage de poison anti-rongeurs dans le sol… 🙁

Nous n’avons dans l’immédiat pas trouvé comment contacter ce collectif, pour leur faire part de nos arguments en faveur de Goupil, ainsi que tous les prédateurs naturels susceptibles de réduire la prolifération de ces rongeurs : si vous habitez le Cantal, peut-être pouvez-vous nous aider ? Prendre vous-même contact avec ces agriculteurs ? Si vous avez possibilité d’agir à nos côtés, écrivez-nous à actions@aspas-nature.org

 Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]