Dans le Cantal (aussi), les agriculteurs manquent de renards !

Dans le Cantal (aussi), les agriculteurs manquent de renards !

Il est consternant qu’en 2020, on continue de ne réfléchir qu’en termes de traitements chimiques pour tenter de réparer des déséquilibres naturels, souvent créés par l’homme lui-même…  

Après la Haute-Loire en 2019 (lire ici), l’Aveyron il y a quelques semaines (lire ici), voilà que l’on lit à nouveau dans la presse que des agriculteurs du Cantal se plaignent à leur tour de dégâts de campagnols dans leurs prairies, sans qu’à aucun moment ne soit évoqué le rôle des prédateurs sauvages, en l’occurrence les rapaces, les hermines, les blaireaux… mais surtout les renards ! Un seul renard peut chasser à lui tout seul en moyenne 5 000 campagnols par an

Pourtant, les renards, en France, sont injustement considérés comme nuisibles et à ce titre sont persécutés 12 mois sur 12, que ce soit par le piégeage, le tir, le déterrage ou encore les battues administratives… Résultat : on estime qu’entre 600 000 et 1 million de renards sont tués chaque année en France ! Privant ainsi les paysans d’un allié écologique gratuit et efficace !

C’est assez incroyable que le renard soit à ce point dénigré en France, y compris par les agriculteurs eux-mêmes, dont on apprend dans l’article de France 3 que certains d’entre eux se sont réunis au sein d’un Collectif créé en 2017, nommé « Rat le bol, vivre et travailler dans le Massif Central », où la meilleure idée qu’ils ont eue est celle d’utiliser une charrue pour mettre davantage de poison anti-rongeurs dans le sol… 🙁

Nous n’avons dans l’immédiat pas trouvé comment contacter ce collectif, pour leur faire part de nos arguments en faveur de Goupil, ainsi que tous les prédateurs naturels susceptibles de réduire la prolifération de ces rongeurs : si vous habitez le Cantal, peut-être pouvez-vous nous aider ? Prendre vous-même contact avec ces agriculteurs ? Si vous avez possibilité d’agir à nos côtés, écrivez-nous à actions@aspas-nature.org

 Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

18.05.2022

Dites NON aux effarouchements d’ours !

L’ASPAS appelle toutes les personnes favorables à la protection des ours dans les Pyrénées à participer à la consultation publique avant le 19 mai 2022 sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Contrairement aux années précédentes, cet arrêté sera sans limitation de durée !  Commencez votre texte par : “Je suis contre l’arrêté autorisant […]

09.05.2022

Engagement Animaux 2022 : CAP sur les Législatives !

30 ONG dont l’ASPAS font appel à votre mobilisation pour engager un maximum de candidats aux élections législatives sur 22 mesures prioritaires pour les animaux. Découvrez les actions proposées aux citoyens pour soutenir la campagne Engagement Animaux 2022 ! https://www.youtube.com/watch?v=sZW8GFCZ-Y4 Les 577 députés élus le 19 juin 2022 auront la responsabilité, dans le cadre de leur mandat, d’améliorer la […]

28.04.2022

Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

À l’heure où Emmanuel Macron entame son nouveau mandat de Président, ses liens avec le lobby de la chasse posent question.   Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées…  La lettre du président Macron adressée à Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, à quelques jours du premier […]

08.04.2022

Emmanuel Macron : avec vous… les chasseurs !

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées, retour des chasses traditionnelles, dégâts de cochongliers payés avec les impôts des citoyens… Dans une lettre de séduction adressée le 6 avril 2022 à Willy Schraen, le président de la République candidat à sa réélection retourne à la pêche aux voix des chasseurs […]

05.04.2022

Des cerfs sika en liberté en France, une réalité depuis 40 ans !

Début avril, l’ASPAS a fait l’objet de critiques parfois virulentes de la part de chasseurs, suite à l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, dans le Vercors, un ancien enclos de chasse devenu propriété de l’association. Nous nous sommes expliqués sur la situation dans un article publié le 31 mars (à lire ici). D’une extrême mauvaise foi, ces […]