Gestion de la tuberculose bovine : les blaireaux ont bon dos !

Gestion de la tuberculose bovine : les blaireaux ont bon dos !

Saisie par l’ASPAS, la LPO, Humanité et Biodiversité et France Nature Environnement en septembre 2016, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire alimentation, environnement, travail) vient de rendre son rapport, trois ans après, sur le rôle des blaireaux dans la transmission de la tuberculose bovine, et sur les moyens de lutte. Les conclusions de cette expertise viennent confirmer qu’il est inutile d’abattre et de piéger des blaireaux dans les zones indemnes de tuberculose bovine, pratique qui a encore cours aujourd’hui.

Les associations tiennent en premier lieu à souligner que cette possibilité offerte aux ONG de saisir une Agence nationale d’expertise, en toute indépendance, fait honneur à la France et elles saluent le travail important conduit par les experts de l’ANSES. Elles considèrent que son avis, plein d’enseignement, peut réhabiliter le blaireau injustement massacré.

Stop à l’acharnement injustifié contre le blaireau

Comme le rappelle l’ANSES dans son préambule, le blaireau n’est que l’une des espèces sauvages susceptibles d’être infectées par la bactérie Mycobacterium bovis. D’autres espèces sauvages, dont le sanglier largement plus répandu, peuvent aussi porter la maladie.

Par cette saisine, les associations de protection de la nature ont voulu obtenir des éléments incontestables sur l’inutilité de l’élimination préventive des blaireaux et des autres espèces sauvages.

Dans son avis, l’ANSES réitère clairement sa position déjà exprimée dans un rapport de 2011 : « dans les zones indemnes de tuberculose, l’élimination préventive des blaireaux (et des autres espèces sauvages) ne peut en aucun cas être justifiée au motif de la lutte contre la tuberculose ». Or, aujourd’hui encore, dans certains départements, le motif de la lutte contre la tuberculose est injustement utilisé pour justifier l’intensification de la chasse, du piégeage ou de l’archaïque déterrage des blaireaux.

Nos associations en appellent donc au ministère de la Transition écologique pour que cette conclusion soit clairement rappelée d’une part aux préfets, pour qu’ils ne cèdent plus à cet argument émis dans les commissions départementales de la chasse et de la faune sauvage, mais également aux chasseurs et piégeurs.

Les dépistages sur les bovins et les mesures de biosécurité doivent être poursuivis, voire renforcés.

Nos associations rappellent que, si la faune sauvage, dont les blaireaux, peut véhiculer la maladie, au départ, ce sont les bovins qui ont contaminé les blaireaux et non l’inverse.

Pourtant, tout laisse à penser que le dépistage des élevages de plein air a été négligé du fait de l’obtention, par la France, du statut de pays officiellement indemne de tuberculose en 2001.

Nos associations estiment donc qu’il est important que les moyens de détection des foyers tuberculeux domestiques soient poursuivis, voire renforcés.

D’autre part, les mesures de biosécurité qui visent à limiter les contacts entre les bovins et la faune sauvage doivent être intensifiées. Dans ce domaine, les associations de protection de la nature, ayant d’excellentes connaissances sur le comportement de la faune sauvage, et en particulier du blaireau, sont de bons conseils pour les études de vulnérabilité au cas par cas dans les exploitations.

#STOPdéterrage !

Les Français sont à une très grande majorité favorables à l’interdiction du déterrage, et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

> Des outils pour dire STOP à cette chasse barbare !

Demandez aux côtés de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

JE SIGNE LA PETITION

Dernières actualités

14.06.2024

Pour « L’agriculteur normand », la voiture est « un prédateur du blaireau »…

Humour de très mauvais goût ou incitation implicite au braconnage ?… Relayant la frustration des chasseurs de l’Eure, privés de déterrage de blaireaux ce printemps suite à une récente victoire en justice des associations, le journal L’Agriculteur normand peut sembler encourager à demi-mot, dans un article daté du 12 juin 2024, la destruction de ces […]

11.06.2024

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa plateforme baptisée « Goupil score », lancée […]

07.06.2024

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté d’action, l’ASPAS se gardera bien […]

06.06.2024

Crise agricole et biodiversité : non à la loi qui facilitera la destruction d’espèces protégées !

L’ASPAS est co-signataire de la pétition interassociative initiée par Animal Cross pour demander au gouvernement de revoir l’article 13 du projet de loi sur l’orientation agricole : en l’état, le texte prévoit une dépénalisation de l’atteinte aux espèces protégées, ce qui constituerait une atteinte gravissime à la protection de la nature avec un retour en […]

29.05.2024

Agissons contre la chasse d’été !

Comme si la chasse en automne et en hiver ne suffisait pas, une majorité de préfectures autorise aussi la chasse d’été, et ce à partir du 1er juin ! Les animaux à subir ces nouveaux assauts sont principalement les sangliers, les chevreuils (surtout les mâles qui font de beaux trophées), et les renards… Les renards […]