Gestion de la tuberculose bovine : les blaireaux ont bon dos !

Gestion de la tuberculose bovine : les blaireaux ont bon dos !

Saisie par l’ASPAS, la LPO, Humanité et Biodiversité et France Nature Environnement en septembre 2016, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire alimentation, environnement, travail) vient de rendre son rapport, trois ans après, sur le rôle des blaireaux dans la transmission de la tuberculose bovine, et sur les moyens de lutte. Les conclusions de cette expertise viennent confirmer qu’il est inutile d’abattre et de piéger des blaireaux dans les zones indemnes de tuberculose bovine, pratique qui a encore cours aujourd’hui.

Les associations tiennent en premier lieu à souligner que cette possibilité offerte aux ONG de saisir une Agence nationale d’expertise, en toute indépendance, fait honneur à la France et elles saluent le travail important conduit par les experts de l’ANSES. Elles considèrent que son avis, plein d’enseignement, peut réhabiliter le blaireau injustement massacré.

Stop à l’acharnement injustifié contre le blaireau

Comme le rappelle l’ANSES dans son préambule, le blaireau n’est que l’une des espèces sauvages susceptibles d’être infectées par la bactérie Mycobacterium bovis. D’autres espèces sauvages, dont le sanglier largement plus répandu, peuvent aussi porter la maladie.

Par cette saisine, les associations de protection de la nature ont voulu obtenir des éléments incontestables sur l’inutilité de l’élimination préventive des blaireaux et des autres espèces sauvages.

Dans son avis, l’ANSES réitère clairement sa position déjà exprimée dans un rapport de 2011 : « dans les zones indemnes de tuberculose, l’élimination préventive des blaireaux (et des autres espèces sauvages) ne peut en aucun cas être justifiée au motif de la lutte contre la tuberculose ». Or, aujourd’hui encore, dans certains départements, le motif de la lutte contre la tuberculose est injustement utilisé pour justifier l’intensification de la chasse, du piégeage ou de l’archaïque déterrage des blaireaux.

Nos associations en appellent donc au ministère de la Transition écologique pour que cette conclusion soit clairement rappelée d’une part aux préfets, pour qu’ils ne cèdent plus à cet argument émis dans les commissions départementales de la chasse et de la faune sauvage, mais également aux chasseurs et piégeurs.

Les dépistages sur les bovins et les mesures de biosécurité doivent être poursuivis, voire renforcés.

Nos associations rappellent que, si la faune sauvage, dont les blaireaux, peut véhiculer la maladie, au départ, ce sont les bovins qui ont contaminé les blaireaux et non l’inverse.

Pourtant, tout laisse à penser que le dépistage des élevages de plein air a été négligé du fait de l’obtention, par la France, du statut de pays officiellement indemne de tuberculose en 2001.

Nos associations estiment donc qu’il est important que les moyens de détection des foyers tuberculeux domestiques soient poursuivis, voire renforcés.

D’autre part, les mesures de biosécurité qui visent à limiter les contacts entre les bovins et la faune sauvage doivent être intensifiées. Dans ce domaine, les associations de protection de la nature, ayant d’excellentes connaissances sur le comportement de la faune sauvage, et en particulier du blaireau, sont de bons conseils pour les études de vulnérabilité au cas par cas dans les exploitations.

#STOPdéterrage !

Les Français sont à une très grande majorité favorables à l’interdiction du déterrage, et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

> Des outils pour dire STOP à cette chasse barbare !

Demandez aux côtés de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

JE SIGNE LA PETITION

Dernières actualités

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]

09.02.2024

“GOUPIL” n°156, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce premier Goupil de l’année 2024, outre un gros dossier central consacré à la chasse et à ses nuisances, vous découvrirez nos dernières actions pour les loups, les ours, les blaireaux, les bouquetins du Bargy, les oiseaux menacés dans les Antilles et bien d’autres espèces encore… Avec, comme d’habitude, vos rubriques juridiques préférées (coin […]