Pétition : Stop au déterrage du blaireau

Le déterrage du blaireau, une pratique cruelle

Le blaireau est victime d’un loisir extrêmement violent : le déterrage, encore appelé vénerie sous terre.

JE SIGNE LA PÉTITION

Les blaireaux endurent des heures de stress, terrorisés au fond de leur terrier, mordus par les chiens – parfois même déchiquetés vivants pour les petits – pendant que les chasseurs creusent pour les atteindre. Ils les extraient brutalement du terrier avec des pinces métalliques qui leur infligent d’atroces blessures. Les blaireaux sont alors exécutés avec un fusil ou une arme blanche.

Cette horreur est autorisée dès le 15 mai dans une majorité de départements sur simple volonté du préfet, alors que les petits très vulnérables sont encore au terrier à cette période. Le déterrage dure jusqu’au 15 janvier. Soit 8 mois d’enfer pour les blaireaux.

Cet acharnement cruel est injustifié. Le blaireau est classé « gibier » en France alors que personne ne le mange et qu’il joue un rôle important dans les écosystèmes. Il est protégé dans la plupart de nos voisins européens (Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Italie, Espagne, Portugal…).

La très grande majorité des Français (83%) sont favorables à l’interdiction du déterrage et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

Demandez aux côté de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles. Signez et diffusez cette pétition.

Signez la pétition

Stop au déterrage des blaireaux !

  

À l'attention de M. François de Rugy, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire

Le blaireau est victime d’un loisir extrêmement violent : le déterrage, encore appelé « vènerie sous terre ».

Les blaireaux endurent des heures de stress, terrorisés au fond de leur terrier, mordus par les chiens - parfois même déchiquetés vivants pour les petits - pendant que les chasseurs creusent pour les atteindre. Ils les extraient brutalement du terrier avec des pinces métalliques qui leur infligent d’atroces blessures. Les blaireaux sont alors exécutés avec un fusil ou une arme blanche.

Cette horreur est autorisée dès le 15 mai dans une majorité de départements et sur simple volonté du préfet, alors que les petits, très vulnérables, sont encore au terrier à cette période, et dure jusqu’au 15 janvier. 8 mois d’enfer pour les blaireaux.

Cet acharnement cruel est injustifié. Le blaireau est chassable en France alors que personne ne le mange et qu’il joue un rôle important dans les écosystèmes, raison pour laquelle il est protégé chez la plupart de nos voisins européens (Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Suisse, Italie, Espagne, Portugal...).

L’ASPAS demande l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

**votre signature**

55,468 signatures = 92% de l’objectif
0
60,000

Partagez la pétition :

   

Soutenez l’ASPAS afin de nous donner plus de force pour défendre les animaux sauvages !

JE FAIS UN DON