Pour protéger leurs 6000 faisans, les chasseurs vident le Montmorillonnais de ses prédateurs

Pour protéger leurs 6000 faisans, les chasseurs vident le Montmorillonnais de ses prédateurs

Au total d’ici 2021, 6000 cocottes d’élevage auront été relâchés dans plusieurs communes de la Vienne. Interdiction aux chasseurs d’y toucher avant… 2025. D’ici là, le carnage à l’encontre des renards, fouines, martres et corvidés va aller bon train. Les chasseurs se vantent de protéger les milieux… En fait ils ne font qu’aménager leurs terrains de jeu.
Au risque de se répéter, mais il faut que cela se sache partout en France où les chasseurs déclarent faire une bonne action pour l’écologie : s’ils effectuent des réintroductions de “gibier” (perdrix, faisans, lièvres…) dans le cadre de programmes de repeuplement, ce n’est pas par souci de préserver la biodiversité, c’est simplement pour pouvoir tirer ces animaux, dans quelques années, par plaisir.

L’article que nous venons de découvrir dans La Nouvelle République, annonçant le lâcher de 6000 faisans autour de Montmorillon (86) est un modèle dans son genre. On commence par dire que c’est pour “implanter durablement l’espèce”, en interdisant sa chasse jusqu’en 2025. Mais très vite on reconnait que l’objectif est de reconstituer une population “au profit des chasseurs de petit gibier.”

Il s’agit donc d’une réintroduction intéressée, qui “profite” aux adeptes des fusils, qui vont juste devoir attendre un peu avant de les chasser.

Et bien sûr, afin que l’opération “repeuplement” soit un succès, les chasseurs font pression pour avoir le droit d’éliminer tout prédateur naturel qui viendrait leur barrer le chemin en s’attaquant à leurs petites cocottes exotiques : renards, corvidés, fouines, martres. “Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts” ?  Non, simples animaux sauvages qui obéissent à leur nature intrinsèque qui est celui de chasser pour survivre.

Le fait qu’ils en lâchent de telles quantités démontre bien que ces oiseaux d’élevage sont inadaptés à la vie sauvage (lire à ce propos notre enquête “De la cage au carnage“). D’ailleurs, les chasseurs ont prévu de les nourrir pendant plusieurs mois…

Merci à la presse régionale de diffuser au grand jour ces précieuses informations cynégétiques, qui permettent aux associations de dénoncer la vaste supercherie du monde de la chasse qui prétend œuvrer pour la biodiversité, alors que le but recherché est toujours, que ce soit à court ou à moyen terme, d’assouvir une passion qui consiste à massacrer des animaux sauvages totalement innocents !

Cette information nous parvient quelques jours après la polémique suscitée par un “repeuplement” de faisans similaire par les chasseurs d’Île-de-France, financé à l’aide d’une subvention publique de 57 500 euros accordée par le Conseil régional, présidé par Valérie Pécresse.

N’hésitez pas à partager cette information autour de vous !

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]