Tourterelle des bois : en déclin, donc on la tue quand même !

Tourterelle des bois : en déclin, donc on la tue quand même !

Mise à jour du 2 septembre 2019 : le Ministère de l’Ecologie a publié le 31 août un arrêté autorisant la chasse de 18 000 tourterelles des bois ! Comme elle l’a fait pour le courlis cendré, la LPO va saisir le Conseil d’Etat pour tenter de le faire suspendre !  

La stratégie cynégétique des férus de la gâchette se résume aujourd’hui en une simple phrase : il s’agit de toujours s’arranger pour conserver le permis de tuer le plus d’espèces possible, quel que soit leur statut de conservation. C’est ce que les chasseurs appellent la gestion adaptative des espèces… Une logique très inquiétante, puisqu’elle vise, à terme, à aller au-delà de la traditionnelle catégorisation de la faune, entre les espèces protégées, les espèces de “gibier”, et les espèces SOD* (ex “nuisibles”).

C’est précisément cette macabre logique qui risque de s’appliquer dans les prochains jours à trois oiseaux à la situation préoccupante : la tourterelle des bois, le courlis cendré et la barge à queue noire. Alors que le bon sens voudrait que l’on applique un moratoire à la chasse (inutile) de ces espèces, comme l’a recommandé l’Europe aux pays membres concernés, la France cajole une fois de plus ses chasseurs en proposant de fixer de généreux quotas de prélèvements pour la tourterelle (30 000 oiseaux) et le courlis (6 000). Seule la barge échappe au carnage, mais par un moratoire d’un an seulement…

Participez à la consultation publique sur les tourterelles

Ces arrêtés, désormais soumis à la consultation du public, ont reçu un avis favorable du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (CNCFS), qui s’est réuni à Paris le 2 juillet, composé majoritairement de représentants du monde de la chasse, de l’agriculture, et des représentants de l’Etat allant tous dans le même sens… Pourtant, le Conseil d’experts de la gestion adaptative (CEGA) créé à cet effet préconisait plutôt le moratoire, ou à défaut, des quotas de prélèvement bien plus faibles !

Dans un communiqué, les associations LPO, France Nature Environnement et Humanité et biodiversité, toutes trois également membres du CNCFS, dénoncent en ces termes la décision du gouvernement, qui a préféré le lobby chasse à l’éthique et la sagesse scientifique :

« Il est (…) inadmissible que le gouvernement se soit appuyé, selon ses propres termes, sur “l’avis minoritaire des 6 experts désignés par la Fédération Nationale des Chasseurs” pour prendre sa décision. Il reconnait ainsi que les experts en question ont été imposés pour faire partie du Conseil, et non pas retenus par le Ministre pour leurs compétences propres conformément à l’arrêté constitutif. En faisant part de leurs avis personnels, émis sans aucune confrontation avec les autres scientifiques dudit conseil, et en refusant de communiquer les contre arguments scientifiques émis en réponse par le Comité d’experts de la gestion adaptative (CEGA), le gouvernement fait part d’un parti pris inacceptable… » 

Un nouveau putsch cynégétique donc, pour préserver le loisir d’une minorité, au grand détriment de la biodiversité.

Dans l’édition de juin 2019 du Chasseur français, la tourterelle des bois fait figure de “gibier du mois”… On peut y lire que les “battements très rapides et saccadés de ses ailes coudées alternent avec des phases de vol plané et procurent des sensations fortes aux amateurs de beaux coups de fusil”… Aucune mention, bien entendu, des chiffres fournis par l’UICN**, qui estime que la tourterelle des bois a perdu 80 % de ses effectifs et qu’elle est en danger au niveau mondial. Tout ce qui intéresse les chasseurs, ce sont ces “sensations fortes” procurées par le geste qui consiste à appuyer sur la détente pour abattre ces magnifiques oiseaux à l’œil rouge et aux ailes de faucon, dont le ronronnement si réconfortant disparaît peu à peu des bosquets de nos campagnes…

* Espèces SOD : Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts
** Union internationale pour la conservation de la nature

Participez à la consultation publique !

Jusqu’au 25 juillet 2019, soyons plus nombreux que les chasseurs qui participent déjà en masse : dites NON au projet d’arrêté autorisant la chasse d’un quota de 30 000 tourterelles des bois !

La seule bonne décision à prendre est une interdiction totale de la chasse de cette espèce qui figure sur la liste rouge de l’UICN et dont les effectifs migrateurs ont chuté de presque 80%.
Les chasseurs se de-responsabilisent du problème, en incriminant d’autres activités (agriculture intensive notamment), est-ce une raison d’en tuer encore plus avec les fusils ? La survie d’une espèce ne doit pas être dépendante du loisir d’une minorité de gens armés ! 

Attention à bien veiller à personnaliser votre réponse, et à l’argumenter, et à ne participer qu’une seule fois avec une seule adresse e-mail.

Je participe

Merci à tous pour votre mobilisation !
Ne laissons pas le lobby chasse décider de la biodiversité à notre place !

 

Dernières actualités

01.07.2022

Voilà 40 ans que l’ASPAS protège les ours !

L’ASPAS est depuis toujours engagée dans la protection des ours, comme le sont d’autres associations avec qui nous faisons souvent front commun. Légaliste, l’ASPAS entend défendre scrupuleusement les intérêts de l’ours brun, espèce protégée par la directive Habitats, qui ne peut être soumise à aucune forme de régulation, et dont la population estimée à 70 individus ne serait […]

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]