URGENT : Exprimez-vous contre le projet d’arrêté relatif à la chasse aux oies

URGENT : Exprimez-vous contre le projet d’arrêté relatif à la chasse aux oies

Le Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie consulte le public sur le projet d’arrêté visant à prolonger la chasse des oies grises (oies cendrée, rieuse et des moissons) jusqu’au 10 février. Il s’agit d’une revendication récurrente des chasseurs de gibier d’eau qui, chaque année, exigent du gouvernement qu’il cède à leur demande pour satisfaire leur loisir. En 2011, le Conseil d’État a pourtant clairement rappelé qu’en application de la directive européenne « Oiseaux », la chasse de ces espèces ne pouvait avoir lieu durant la phase de retour vers leur lieu de nidification, et imposé une clôture au 31 janvier.

En 2012, le gouvernement avait tenté de contourner cette interdiction en prétextant déroger à la protection dans un objectif d’étude scientifique. Le Conseil d’État ne s’y était pas laissé prendre et saisi en urgence par l’ASPAS avait immédiatement suspendu cette mesure.
À quelques mois des municipales, les pressions sont toujours aussi fortes (appel public à braconner des fédérations de chasseurs), et le gouvernement cède à nouveau. Cette fois, les populations d’oies seraient, selon le ministère, en forte extension et causeraient des dégâts aux Pays Bas.

Vous pouvez participer en envoyant votre avis via le formulaire proposé ICI 
(« donnez votre avis » en bas de la page)

La consultation est ouverte jusqu’au 28 janvier 2014 inclus.

Quelques éléments de réflexion :

Selon le code de l’environnement, la durée de consultation du public ne peut être inférieure à 21 jours. Aucune urgence ne justifie que la présente consultation ne soit ouverte que 7 jours. La date tardive de mise en consultation de cet arrêté, qui ne sera signé que fin janvier pour une application du 1er au 10 février, n’a pour autre but que d’empêcher l’information et la participation du public et de rendre impossible toute suspension en urgence par le Conseil d’État avant le début des tirs.

Le Conseil d’État s’est déjà prononcé à plusieurs reprises sur l’illégalité de la prolongation de la chasse de ces oies au-delà du 31 janvier. Aucune donnée ne permet d’établir que la situation serait aujourd’hui différente.

Il est en effet inexact d’affirmer que l’oie cendrée serait en expansion. Le ministère évoque une étude qui est en cours mais n’a pas encore rendu ses conclusions. À ce jour, il n’y a donc pas lieu de modifier l’état actuel des connaissances.
Les dégâts dus aux oies cendrées aux Pays-Bas concernent des oies sédentaires et il n’est pas établi que des prélèvements sur les populations migratrices traversant la France auraient un quelconque impact sur les dégâts subis aux Pays-Bas. La France, qui ne subit aucun dégât, ne peut s’arroger le droit de se substituer aux pays voisins pour régler leurs prétendus problèmes de dégâts.

Le projet d’arrêté est basé exclusivement sur des griefs (invalides) envers l’oie cendrée alors que l’oie rieuse et l’oie des moissons sont tout autant concernées par la prolongation de leur période de chasse.

Vous pouvez exprimer votre opinion en adaptant ces arguments avec vos propres mots, un avis personnalisé aura en effet plus de poids que plusieurs réponses à la consultation reprenant le même modèle, au mot près.

Nous comptons sur votre mobilisation,
merci d’avance pour votre participation.
 
L’équipe de l’ASPAS
 
Tout dysfonctionnement du site des consultations publiques n’est pas du fait de l’ASPAS. Nous vous invitons à renouveler ultérieurement votre participation en cas de message d’erreur, de problème de connexion ou de validation.

Dernières actualités

01.07.2022

Voilà 40 ans que l’ASPAS protège les ours !

L’ASPAS est depuis toujours engagée dans la protection des ours, comme le sont d’autres associations avec qui nous faisons souvent front commun. Légaliste, l’ASPAS entend défendre scrupuleusement les intérêts de l’ours brun, espèce protégée par la directive Habitats, qui ne peut être soumise à aucune forme de régulation, et dont la population estimée à 70 individus ne serait […]

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]