NUISIBLES : Annulation du classement 2011/2012 pour le Pas-de-Calais

NUISIBLES : Annulation du classement 2011/2012 pour le Pas-de-Calais

Le Tribunal administratif de Lille, dans son jugement n°1105237 du 30 janvier 2014, a annulé le classement de la belette, du putois, du corbeau freux, de la corneille noire, de l’étourneau sansonnet, de la pie bavarde et du pigeon ramier pour la saison 2011/2012 dans le département du Pas-de-calais, en considérant que :

S’agissant de la belette et du putois :
“11. Considérant, toutefois, que pour procéder au classement desdites espèces parmi les animaux nuisibles, le préfet s’est fondé sur les dommages causés aux activités agricoles ainsi que sur la nécessité de protection de la faune ; que s’agissant de l’atteinte au 3° du l de l’article R. 427-7 du code de l’environnement précité, il ne ressort pas des pièces du dossier que la présence des espèces susmentionnées dans le département présenterait un impact significatif sur la faune locale ; qu‘en particulier, le dossier «nuisible » versé aux débats, qui se borne à faire état de considérations générales relatives au régime alimentaire de ces espèces, ne saurait suffire à établir une telle atteinte en l’absence d‘élément probant permettant d’apprécier le contexte local ; que s’agissant de l’atteinte au 2° du I de l’article R. 427-7 du code de l’environnement précité, s’il ressort des pièces du dossier que des agriculteurs ont adressé en 2010 à la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais 52 attestations concernant la belette et 94 attestations concernant le putois, lesquelles ont donné lieu au versement d’indemnisations pour des montants respectifs de 6 645 et 4 738 euros, ces chiffres sont insuffisants pour caractériser des dommages significatifs causés à l’activité agricole dans le département ;”

S’agissant du corbeau freux, de la corneille noire et de la pie bavarde :
“13. Considérant que, s’agissant de l’atteinte portée aux intérêts mentionnés par le l de l’article R. 427-7 du code de l’environnement, le préfet du Pas-de-Calais n’apporte aucun élément probant relatif au contexte local qui serait de nature à établir l’impact de la corneille noire et de la pie bavarde sur la faune du département ; qu’en outre, si le préfet du Pas-de-Calais verse aux débats plusieurs pièces en vue d’établir les dégâts occasionnés par les trois espèces susmentionnées, les documents produits, qui recensent les données relatives aux attestations et indemnisations correspondantes sous une catégorie unique dénommée « corvidés », ne permettent pas de procéder à une quelconque imputabilité de ces dégâts à chaque espèce, pour sa seule part ; que le préfet ne peut, dès lors, être regardé comme établissant que les espèces en cause seraient susceptibles d’être a l’origine de dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles ;”

S’agissant du pigeon ramier et de l’étourneau sansonnet :
“15. Considérant que, s’agissant de l’atteinte portée aux intérêts mentionnés par le I de l’article R. 427-7 du code de l’environnement, le préfet du Pas-de-Calais n’apporte aucun élément probant relatif au contexte local qui serait de nature à établir l’impact de l’étourneau sansonnet sur la faune du département ; que la circonstance que le dossier « nuisible » mentionne que l’étourneau sansonnet met en péril la santé des animaux domestiques et constitue un vecteur important de maladies ne saurait davantage, en l’absence notamment de données relatives au signalement de telles maladies dans le département, suffire à établir que la présence de cette espèce serait susceptible de porter atteinte à la santé publique ; qu’enfin, le préfet du Pas-de-Calais n’apporte aucun justificatif chiffré permettant d’évaluer les atteintes alléguées qui seraient causées par le pigeon ramier et l’étourneau sansonnet aux activités agricoles, forestières et aquacoles dans le département ;”

En ce qui concerne les autres moyens dirigés contre l’arrêté prolongeant la période de destruction à tir des oiseaux :
“18. Considérant qu‘il résulte de ce qui a été dit au point 16 ci-dessus que l’arrêté du préfet du Pas-de-Calais du 8 juillet 2011 est illégal en tant qu’il classe le corbeau freux, la corneille noire, la pie bavarde, le pigeon ramier et l’étourneau sansonnet parmi les espèces nuisibles ; que l’arrêté du même jour fixant les modalités de destruction à tir est, par voie de conséquence, illégal en tant qu’il vise ces espèces ;
19. Considérant qu’en se bornant à mentionner, conformément à l’article R. 427-22 du code de l’environnement, la possibilité d’une dérogation à la date du 31 mars, sans indiquer les raisons l’ayant conduit à autoriser le tir de ces oiseaux classés espèces nuisibles au-delà du délai légal, le préfet du Pas-de-Calais n’a pas suffisamment motivé sa décision au regard des particularités de la situation locale compte tenu des intérêts mentionnés à l’article R. 427-7 du code de l’environnement, nonobstant la circonstance qu’il précise, pour chacune des espèces, les lieux et les conditions de la destruction, ainsi que le régime d’autorisation ou de déclaration qui, dans chaque cas, s’y attache ; que contrairement à ce que soutient le préfet du Pas-de-Calais, la circonstance que l’arrêté déterminant les espèces nuisibles mentionne, pour chaque espèce, les motifs du classement ne saurait tenir lieu de la motivation exigée par l’article R. 427-22 du code de l’environnement ; que par ailleurs, le préfet ne peut valablement soutenir que la motivation de la prolongation procéderait de la référence aux avis préalablement émis par la Fédération Départementale des chasseurs et la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage dès lors qu’il ne ressort pas des termes de l’arrêté fixant les modalités de destruction à tir des espèces nuisibles que le préfet ait entendu s’approprier le contenu de ces avis ; que, par suite, le moyen tiré d’une méconnaissance de l’article R. 427-22 du code de l’environnement doit être accueilli ;
20. Considérant qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que la prolongation de la période de destruction à tir des espèces susdites serait justifiée par les particularités de la situation locale au regard des intérêts mentionnés a l’article R. 427-7 du code de l’environnement ; que ni le bilan des destructions concernant les périodes de prolongation prévues les années précédentes ni la circonstance tenant à ce que les modalités de destruction sont strictement encadrées ne sauraient tenir lieu d’une telle justification ;”

Télécharger le jugement : 1250

Dernières actualités

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]

09.02.2024

“GOUPIL” n°156, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce premier Goupil de l’année 2024, outre un gros dossier central consacré à la chasse et à ses nuisances, vous découvrirez nos dernières actions pour les loups, les ours, les blaireaux, les bouquetins du Bargy, les oiseaux menacés dans les Antilles et bien d’autres espèces encore… Avec, comme d’habitude, vos rubriques juridiques préférées (coin […]