Un président de société de chasse condamné pour empoisonnement

Un président de société de chasse condamné pour empoisonnement

Elmer est mort en 10 minutes. Ses maîtres le promenaient, en cette journée d’août 2018, à Mons-en-Pévèle (Nord), lorsque le chien se rapprocha d’un cadavre de pigeon, pour le mordiller. Quelques minutes plus tard, le canidé convulse et décède. A côté du pigeon, une buse variable, elle aussi morte.

L’analyse toxicologique, menée sur le Bull-terrier et la buse (espèce protégée en France), révèle la présence de Carbofuran, une substance active utilisée dans l’insecticide Curater de la société Bayer, interdite depuis 2008. L’enquête conduira les agents de l’ONCFS (police de l’environnement) au domicile de Monsieur G. D, le président de la société de chasse locale. Là, ils découvrent pas moins 7 kg de Curater !

Le chasseur est déclaré coupable de « destruction non autorisée d’espèce animale protégée », « d’emploi de drogue »,  « d’appât ou de substance de nature à détruire le gibier et les animaux nuisibles » et « d’atteinte involontaire à la vie ou à l’intégrité d’un animal domestique ».

Le procès a eu lieu le jeudi 6 juin 2019 au tribunal correctionnel de Lille. Verdict : G. D est condamné à 500€ d’amende, 5 mois de prison avec sursis et une suspension d’un an du permis de chasse, et se voit également devoir verser 1 300€ au propriétaire du chien pour préjudice matériel et moral.

Quant à l’ASPAS et aux associations de défense des animaux qui se sont portées parties civiles dans cette affaire, elles se voient allouer des dommages et intérêts correspondants aux sommes suivantes :

  • 500€ à l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS)
  • 500€ à la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO)
  • 500€ à la Société nationale pour la défense des animaux (SNDA)
  • 500€ à l’Association Stéphane Lamart « Pour la défense des droits des animaux »
  • 250€ à la Fondation 30 millions d’amis
  • 250€ à la Fondation assistance aux animaux

Ce délibéré nous est communiqué au moment où l’ASPAS porte plainte pour une affaire similaire, concernant un autre président de société de chasse accusé lui d’avoir utilisé des cadavres de volailles empoisonnées au Témik, contre des prédateurs sauvages (renards, fouines, etc.), à Franqueville (Somme).

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]