Un président de société de chasse condamné pour empoisonnement

Un président de société de chasse condamné pour empoisonnement

Elmer est mort en 10 minutes. Ses maîtres le promenaient, en cette journée d’août 2018, à Mons-en-Pévèle (Nord), lorsque le chien se rapprocha d’un cadavre de pigeon, pour le mordiller. Quelques minutes plus tard, le canidé convulse et décède. A côté du pigeon, une buse variable, elle aussi morte.

L’analyse toxicologique, menée sur le Bull-terrier et la buse (espèce protégée en France), révèle la présence de Carbofuran, une substance active utilisée dans l’insecticide Curater de la société Bayer, interdite depuis 2008. L’enquête conduira les agents de l’ONCFS (police de l’environnement) au domicile de Monsieur G. D, le président de la société de chasse locale. Là, ils découvrent pas moins 7 kg de Curater !

Le chasseur est déclaré coupable de « destruction non autorisée d’espèce animale protégée », « d’emploi de drogue »,  « d’appât ou de substance de nature à détruire le gibier et les animaux nuisibles » et « d’atteinte involontaire à la vie ou à l’intégrité d’un animal domestique ».

Le procès a eu lieu le jeudi 6 juin 2019 au tribunal correctionnel de Lille. Verdict : G. D est condamné à 500€ d’amende, 5 mois de prison avec sursis et une suspension d’un an du permis de chasse, et se voit également devoir verser 1 300€ au propriétaire du chien pour préjudice matériel et moral.

Quant à l’ASPAS et aux associations de défense des animaux qui se sont portées parties civiles dans cette affaire, elles se voient allouer des dommages et intérêts correspondants aux sommes suivantes :

  • 500€ à l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS)
  • 500€ à la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO)
  • 500€ à la Société nationale pour la défense des animaux (SNDA)
  • 500€ à l’Association Stéphane Lamart « Pour la défense des droits des animaux »
  • 250€ à la Fondation 30 millions d’amis
  • 250€ à la Fondation assistance aux animaux

Ce délibéré nous est communiqué au moment où l’ASPAS porte plainte pour une affaire similaire, concernant un autre président de société de chasse accusé lui d’avoir utilisé des cadavres de volailles empoisonnées au Témik, contre des prédateurs sauvages (renards, fouines, etc.), à Franqueville (Somme).

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]