Somme : la préfète veut autoriser le massacre de 1600 renards !

Somme : la préfète veut autoriser le massacre de 1600 renards !

Alors que les renards sont déjà piégés douze mois de l’année et tirés à volonté pendant la saison de chasse, les chasseurs de la Somme veulent abattre 1600 renards de plus, de nuit, jusqu’au 31 mars 2020. Ainsi pourraient-ils profiter plus longuement de leur loisir mortifère, à savoir plomber davantage de perdrix, lièvres, lapins, cailles, faisans, perdrix, canards colverts et autres « gibiers d’eau », c’est-à-dire tous ceux qui ne seraient pas mangés par les renards, en somme, qui eux ne chassent pas par plaisir, mais pour se nourrir.

Pour ce massacre nocturne, les chasseurs ont le soutien de la préfète Muriel Nguyen, qui est toutefois obligée de soumettre ce projet d’arrêté à la consultation du public.

Pour participer, écrivez à ddtm-nature-chasse@somme.gouv.fr

Nous vous invitons donc à participer de façon constructive à cette belle opportunité démocratique, pour dire NON à ces tirs de nuit, même s’il est à craindre que cette Préfecture tourne une nouvelle fois le dos à l’immense majorité de citoyens hostiles à ces tueries, comme elle l’a prouvée très récemment à l’égard de la consultation publique sur le tir des blaireaux : seuls 3% des avis se sont prononcés pour !

Cette insolence des autorités envers les citoyens ne doit pas décourager, au contraire ; l’indignation a du bon, en ce qu’elle fédère davantage de personnes sensibles à la cause des animaux sauvages persécutés pour le seul loisir de quelques gens armés. Plus nous serons nombreux à nous indigner, plus nous aurons de chance de faire bouger les choses !

Les arguments avancés dans le projet d’arrêté pour justifier l’abattage de 1600 renards sont très faibles, voire totalement absurdes. On aime à penser que la formule « CONSIDERANT l’importance de la population de renards dans le département de la Somme » est une ode à la réalité ontologique de ces canidés sauvages, qui sont, comme toute chose vivante « importants pour eux-mêmes ». Mais il n’est pas certain que la préfecture leur accorde cette même importance.

Quant aux autres justifications apportées, voici quelques contre-arguments dont vous pouvez vous inspirer* :

  • Les renards sont déjà persécutés 12 mois sur 12 par tir, piégeage, déterrage. Or, plus ils sont persécutés, plus ils réagissent à la menace par un phénomène de « compensation naturelle », avec des portées plus importantes. Voir à ce propos sur notre compte YouTube l’intervention de Sandrine Ruette, agent ONCFS, au colloque « Renard » organisé par l’ASPAS en mai 2017
  • La supposée « dynamique positive » des populations de renards (établie à partir des données des chasseurs et piégeurs eux-mêmes) démontre bien que leur chasse ou leur « destruction » par piégeage n’est d’aucune utilité. Comme de nombreuses autres espèces, le renard est une espèce territoriale qui s’autorégule, et qui fait que l’invasion, prédite par certains, est tout simplement impossible.
  • Les renards, carnivores et charognards, jouent un rôle écologique de premier ordre, en s’attaquant aux proies les plus faibles, et en chassant de nombreux micro-mammifères qui mettent en péril certaines cultures agricoles
  • Pour protéger les élevages avicoles de la Somme, il convient surtout de prendre des mesures de protection justement, et non de destruction. Rendre les clôtures imperméables aux prédateurs éventuels est la seule façon intelligente de protéger ces élevages, sur la durée.
  • Il a été démontré que les renards, accusés de transmettre des maladies, sont surtout très efficaces pour limiter la propagation de certaines maladies handicapantes, notamment la maladie de Lyme, transmise par les tiques. Quant à l’échinococcose et la néosporose caninum, les autorités sanitaires (ANSES) ne recommandent nullement de tuer les renards pour lutter contre ces maladies mais plutôt de veiller à une bonne hygiène humaine (échinococcose, transmissible à l’homme) et de surveiller le vêlage des vaches et d’éviter la divagation des chiens (néosporose).

Si cet arrêté venait à être adopté en l’état, l’ASPAS se tient prête à le contester devant les tribunaux, comme elle l’a déjà fait avec succès pour plusieurs autres départements.

* Les avis comprenant des copier-coller identiques sont considérés comme une seule et même réponse : il est donc indispensable de personnaliser le vôtre

 Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]