Un couple risque 1 500 euros d’amende pour avoir libéré un corbeau d’une cage-piège

Un couple risque 1 500 euros d’amende pour avoir libéré un corbeau d’une cage-piège

Alors que le ministère de la Transition écologique révélera d’ici quelques semaines la liste, renouvelée tous les 3 ans, des « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts » (ex « nuisibles »), l’ASPAS a été informée d’un fait divers peu commun concernant un couple de Bourguignons, convoqués devant le tribunal pénal parce qu’ils ont libéré un corbeau pris dans un piège. La nasse était installée dans une culture agricole sur la commune de Brazey-en-Plaine, en Côte d’Or.

Corbeau freux

Le couple risque, selon l’article du journal Bien Public, une amende de 5e classe pouvant aller jusqu’à 1500 euros pour « lâcher non autorisé d’animaux nuisibles », le corbeau étant classé comme « nuisible ».

L’ASPAS s’inquiète que le tribunal ne prononce un jugement exemplaire à l’encontre de ces personnes de bonne foi, ce qui serait une nouvelle démonstration de l’acharnement contre les défenseurs des animaux sauvages qui agissent au nom de la sensibilité animale (pourtant reconnue par l’État français).

Avec le renforcement souhaité par le Sénat du délit d’entrave à la chasse, dans le cadre du projet de loi sur la création de l’Office français de la biodiversité, l’ASPAS alerte sur une tentation de durcissement des lois relatives aux actions menées contre les abus de la chasse et le piégeage, à mesure que la conscience citoyenne progresse sur les questions relatives à la protection de la nature et de la biodiversité. Une biodiversité dont on connaît maintenant l’étendue de l’effondrement grâce au récent rapport alarmant de l’IPBES

D’autres solutions que le piégeage et la « destruction » des soi-disant « nuisibles » existent, pour protéger les cultures et autres activités humaines des « dégâts » commis par certains animaux, tels l’effarouchement, les clôtures, l’élagage ; l’ASPAS réitère donc sa demande à l’État de mettre fin aux pièges-cages et pièges tuants, et de remettre sérieusement en question la catégorisation des animaux sauvages en « bons » et « mauvais », et de finir par accepter chaque espèce simplement pour ce qu’elle est, indépendamment de son caractère « utile » ou « nuisible » pour l’homme.

Rappelons au passage que chaque année, ce sont 19 millions d’oiseaux d’élevage qui sont libérés de leurs cages par les chasseurs, dans le seul but de les tirer dans les heures et les jours qui suivent, générant stress, souffrances et importante pollution au plomb dans les sols. Ceci en toute légalité.

Pour une réhabilitation des “nuisibles”

Depuis de nombreuses années l’ASPAS se bat pour la réhabilitation des animaux considérés comme “nuisibles”, en attaquant de nombreux arrêtés préfectoraux et en menant toute une campagne de sensibilisation.

Découvrez nos actions

Signez la pétition

Dernières actualités

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté

Inscription à la newsletter

X