Trafic d’animaux à Marseille : l’ONCFS fait une descente, l’ASPAS attaque

Trafic d’animaux à Marseille : l’ONCFS fait une descente, l’ASPAS attaque

Une opération de grande envergure dirigée par l’ONCFS a permis de mettre à jour un véritable trafic d’espèces protégées sur le marché de Marseille. L’ASPAS félicite l’efficacité des agents de l’ONCFS.

La pratique était connue et avait été signalée à l’ASPAS par ses adhérents marseillais. Chaque dimanche matin, au marché aux puces de Marseille, des dizaines de vendeurs proposent à la vente, plus ou moins ouvertement, chardonnerets, tortues terrestres et autres espèces protégées. Une telle pratique, sauf à disposer de nombreuses autorisations, est illégale et passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende.

L’ONCFS (Office National de la chasse et de la Faune Sauvage) qui travaille activement sur ce dossier a été à l’initiative d’une vaste opération de contrôle visant à mettre fin à cette pratique.

Dimanche 16 février, ce sont donc 7 agents de la Police nationale, 7 agents des Douanes, 2 agents de la Direction Départementale de la Protection des Populations, 7 agents de l’ONCFS, appuyés par 30 CRS et sous la direction du vice-procureur au parquet de Marseille en charge du dossier assisté du vétérinaire spécialisé du TGI, qui ont débarqué sur la place du marché.

Selon un communiqué du Parquet de Marseille (voir ici), 116 animaux sauvages captifs ont été recensés et 102 ont été saisis pour une valeur marchande de plus de 15 000 €.

La saisie concerne 77 chardonnerets, 23 tortues grecques, une tortue d’Hermann, et un ara bleu ou ararauna.

24 délits ont été relevés par l’ONCFS (espèces protégées), 28 contraventions (animaleries) et 2 délits (mauvais traitements à animaux) ont été relevés par la DDPP, et une transaction douanière de 200 € a été convenue avec le détenteur de tortues.

Enfin, les boutiques concernées ont reçu une mise en demeure administrative de régulariser leur situation ou de cesser l’activité. Faute de régularisation, la préfecture ordonnera leur fermeture.

L’ASPAS félicite et remercie vivement l’ONCFS et les autres services de l’État impliqués dans cette opération et annonce qu’elle déposera plainte dans les prochains jours.
L’ASPAS remercie également ses nombreux adhérents qui veillent au respect des animaux et de la nature en général dans la France entière.

 

Contacts presse :
Me Benoit Candon – avocat de l’ASPAS : tél. 06 47 98 49 43
Marion Fargier – juriste de l’ASPAS : tél. 04 75 25 62 15

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]