Prenez votre pied en marchant

Prenez votre pied en marchant

Aujourd’hui paraît le livre « La nature en bord de chemin », qui nous révèle les richesses de nos terroirs en plus de 700 superbes photos. L’ouvrage est une invitation à découvrir la vie insoupçonnée des animaux qui nous entourent, à préserver le charme de nos campagnes, et à bénéficier d’une véritable “baladothérapie”…

C’est le long des petits chemins de campagne traditionnels que nous découvrons la nature. Ce qui s’y cache est extraordinaire : les violettes offrent des bonbons aux fourmis, des abeilles solitaires creusent des terriers, les pissenlits se livrent des guerres chimiques, les reines de bourdons couvent leurs œufs, les chevreuils aboient, les vaches parlent et les renardeaux jouent à chat perché… Tout cela palpite autour de nous sans que nous sachions toujours le regarder. Ce livre nous ouvre les yeux comme dans un véritable documentaire audiovisuel, et nous conte mille et une histoires.

Marcher est un exercice physique fondamental, au cours duquel on renoue le contact avec son corps et avec la Terre. Le rythme naturel de la marche est lent, calme, silencieux. Les grands espaces sont nécessaires à notre respiration, physique comme mentale, car  notre environnement influence nos inconscients. Plusieurs études ont montré que la vision de la verdure nous était bénéfique ; la fréquentation de la nature tonifie nos défenses immunitaires ! Bienvenue en « baladothérapie »…

Hélas, nos chemins de terre sont menacés par une urbanisation pernicieuse : l’aménagement de voies dites « vertes », qui dénaturent les coins les plus tranquilles et détruisent le charme de nos campagnes. Plus de 12 000 kilomètres de territoire ont déjà été asphaltés, et coûtent au contribuable 40 000 euros le kilomètre en moyenne.

Contre ces destructions de notre patrimoine et des espèces sauvages, trois associations, l’ASPAS, la LPO et la fédération des clubs CPN, mènent une campagne « Protégeons nos chemins ». Le document est téléchargeable ici.

« La nature en bord de chemin » est en vente à l’ASPAS, éditions Delachaux et Niestlé, 17 x 24 cm, 256 pages, 24,90 € + 3,93 € de frais de port.

 

Dernier articles de presse

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]

21.12.2023

Déclassement du statut de protection du loup : Ursula von der Leyen crée un dangereux précédent

COMMUNIQUÉ INTER-ASSOCIATIF – La présidente de la Commission européenne a proposé aux États membres, ce mercredi 20 décembre, un déclassement du statut de protection du loup comme espèce “protégée” plutôt que “strictement protégée”, créant un précédent inédit dans la Convention de Berne… Nos associations réagissent.  Selon la dernière évaluation de l’Union Internationale de Conservation de la […]

30.11.2023

Justice pour le Vivant : en appel, les ONG demandent au juge d’obliger l’Etat à améliorer l’évaluation des risques des pesticides

Ce lundi 20 novembre, les ONG de Justice pour le Vivant ont transmis leurs arguments à la cour administrative d’appel de Paris dans leur mémoire complémentaire. Elles entendent prouver la nécessité de revoir la méthodologie de l’évaluation des risques des pesticides et obliger l’Etat à agir sur ce point afin de lutter efficacement contre l’effondrement […]