“On a fait le choix de cohabiter avec le loup”

“On a fait le choix de cohabiter avec le loup”

Confrontés à la présence du loup depuis plus de 25 ans, Ingrid et André élèvent 400 moutons au col de Sagnes, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Suite à des prédations importantes sur leur cheptel en 2010, ils ont décidé de tout mettre en oeuvre pour se prémunir de nouvelles attaques. Pari gagné ! Aujourd’hui, leur modèle de protection suscite la curiosité d’autres éleveurs mais aussi de l’administration.

Militant de la cause animale, le photographe Pierre Chancy a recueilli le témoignage de ces paysans « bien ancrés dans leur pays ». Il partage le fruit de son travail avec l’ASPAS :

« Soit on se protège, soit on abandonne »

André ne porte pas vraiment le loup dans son cœur. Comme tout éleveur, il « ne veut pas en entendre parler ». Le loup « n’est pas un cadeau fait à l’élevage ». Mais maintenant qu’on a dit ça, qu’est-ce qu’on fait ? « Soit on trouve une solution pour cohabiter, soit on abandonne le métier et on fait autre chose ».

André et Ingrid ont donc fait le choix de continuer. Comment ? Avec des clôtures, de la surveillance humaine et des chiens de protection. Bref, le fameux triptyque recommandé par tous les spécialistes et dont l’efficacité est prouvée.

Mais pour que ça fonctionne, il faut surtout l’expérience de terrain, et la connaissance du comportement du loup : « Avant de dire n’importe quoi, il faut un peu se renseigner sur la morphologie du loup, comment il vit, quelles sont ses habitudes », s’exclame André. « Tirer à tout va, ça démonte les meutes. Par expérience, c’est encore pire, car les petits louveteaux ça part dans tous les sens et là ça devient ingérable. »

Ingrid, elle, insiste sur le rôle dissuasif des chiens : « Nous on ne veut pas des tueurs de loup, ce qu’on veut c’est un chien qui soit capable de dissuader le prédateur. » 

Vous aussi êtes éleveur, berger, et vous souhaitez témoigner de votre cohabitation positive avec le loup ? Écrivez-nous à témoignage@aspas-nature.org

> A lire aussi : “La montagne c’est le territoire du loup” (parole de berger)

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]