Les chasseurs ont tué 1,5 million d’ongulés en 2021-2022

Les chasseurs ont tué 1,5 million d’ongulés en 2021-2022

Moins de chasseurs mais plus d’animaux tués… Le dernier « bilan des prélèvements* » publié cet automne par l’Office Français de la Biodiversité révèle une nette augmentation des tueries perpétrées à l’égard des cerfs, chevreuils, sangliers, chamois, daims et autres ongulés présents en France.

74 927 cerfs élaphe, 602 866 chevreuils, 842 802 sangliers… Pas de quartier pour le « grand gibier », qu’une minorité de 2% des Français s’est donné pour loisir de massacrer, encouragés par des lobbies pour qui la nature est davantage un bien à exploiter plutôt qu’un trésor à protéger. 

Une telle pression de chasse est une véritable hérésie dans une France où les grands prédateurs naturels regagnent peu à peu du terrain, et où les aléas du changement climatique ont des effets largement méconnus sur les populations de faune sauvage. La sagesse voudrait que l’on s’arrête, que l’on observe, que l’on étudie, mais l’État continue d’écouter les chasseurs pour qui tuer des animaux est un passe-temps, pas une mission…   

En France, on a aussi vite fait de compter les animaux morts plutôt que vivants : c’est à partir des tableaux de chasse que des estimations d’abondance sont données, et plutôt que de laisser la possibilité aux grands herbivores de se développer, aux écosystèmes de s’autoréguler, on continue à gérer au fusil, y compris dans les zones les plus sauvages et en théorie protégées comme les réserves naturelles et les parcs nationaux…

La France a mal à sa faune. Ne soyons pas surpris si la nature devient un jour aphone…

Pour une nature foisonnante, libre et sauvage, soutenez les actions de l’ASPAS ! 

L’ASPAS a fait le choix de ne recevoir aucune subvention pour garantir sa liberté de ton et d’action. C’est uniquement grâce à votre soutien et votre générosité que nous agissons efficacement pour préserver la nature et protéger les animaux sauvages. Agir ensemble c’est faire front commun. MERCI pour votre soutien.

Photo d’en-tête : © Maurice Chatelain

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]