Les accidents de chasse mortels ne cessent pas, personne n’est à l’abri

Les accidents de chasse mortels ne cessent pas, personne n’est à l’abri

Ce week-end, un apiculteur est abattu lors de ses activités, foudroyé par une balle à sanglier. La saison de chasse dernière, les accidents de chasse avaient augmenté de 25%, et de 12% la précédente. Cette année, le décompte macabre continue. Que font les pouvoirs publics ? Où sont les responsables de la chasse française ?
Le « tir d’instinct » (c’est-à-dire sans regarder) fait des ravages. Ce week-end, lors d’une battue, une balle destinée à un sanglier termine sa course dans la vitre d’une voiture circulant sur la route départementale 913 reliant Verny à Fleury (Moselle). Pire : ce 30 novembre, un apiculteur des Alpes-Maritimes est tué par un chasseur à Clans, dans la Vallée de la Tinée. Le chasseur n’aurait pas pris le temps d’identifier sa cible. Le tir a été fatal.

Le 20 novembre, c’est un pêcheur d’Isle sur Tarn (Tarn), occupé à l’entretien de son bateau, qui est tué par un « accident de chasse » : le tireur l’aurait pris pour un sanglier !

Le 31 octobre, c’est le tour d’un automobiliste circulant à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) qui prend une balle dans la tête. Le chasseur avait raté un sanglier…

Déjà, le jour même de l’ouverture de la chasse à Thorigné-Fouillard, un vététiste d’Ille-et-Vilaine recevait une balle dans le cou !

Ces accidents qui chaque année endeuillent des familles, ou qui laisseront des handicaps lourds à leurs victimes sont légion. Personne n’est à l’abri, de l’usager de la nature au simple automobiliste. L’an dernier, le taux de non chasseurs victimes de ces accidents est passé à 14%.

Une nouvelle fois, l’ASPAS demande qu’enfin une règlementation encadre les mesures de sécurité qui devraient être appliquées à la chasse :

  • périmètre de sécurité autour des habitations
  • fixation d’un taux d’alcoolémie maximum et possibilité de faire procéder au contrôle d’alcoolémie lors des actions de chasse
  • contrôle annuel de l’état de santé, et de la vue, pour obtenir le renouvellement du permis de chasser
  • responsabilité pénale des responsables fédéraux des institutions cynégétiques en cas d’accident
  • interdiction de la chasse le dimanche, jour de la semaine où plus de 50% des accidents ont lieu.
En attendant, pour le seul caprice d’un lobby, des dizaines de vies sont brisées. L’ASPAS propose des solutions. Que manque-t-il aux responsables politiques pour réagir ?

Dernier articles de presse

21.06.2024

L’extrême droite, une menace pour le Vivant

Depuis plus de 40 ans, l’ASPAS se bat sans relâche pour faire reconnaître les droits des animaux sauvages et défendre l’expression de la nature dans toute sa diversité, toutes ses spécificités. Fière de son indépendance financière et politique, qui lui garantit une totale liberté d’action et de ton, l’ASPAS ne peut aujourd’hui rester silencieuse face […]

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]