Encore un loup abattu, l’État en guerre contre une espèce protégée

Encore un loup abattu, l’État en guerre contre une espèce protégée

Dimanche, un nouveau loup a été abattu dans le cadre d’un arrêté préfectoral de tir de prélèvement, sur le terrain militaire de Canjuers à Ampus (Var), lors d’une battue présentée comme étant une « battue au sanglier » organisée par la société de chasse militaire. L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), Ferus et la LPO PACA dénoncent ces tirs de prélèvement autant injustifiables qu’inutiles et continuent d’assurer une veille juridique afin de faire respecter les lois de protection de la nature.

Ce nouvel abattage arbitraire d’un loup ne peut apporter de solution durable à la cohabitation entre troupeaux et grands prédateurs. Les scientifiques et les protecteurs rappellent depuis des années que :

  • le loup ne représente qu’une infime proportion de la mortalité des troupeaux,
  • abattre un ou plusieurs loups ne sert à rien et peut même s’avérer contre-productif. Cela n’empêche aucunement les troupeaux d’être à nouveau victimes de prédation s’ils ne sont pas suffisamment bien protégés,
  • les troupeaux doivent être protégés de façon efficace avant d’envisager toute mesure de tir d’un loup. À Canjuers, le mode de pastoralisme, des troupeaux immenses et mal gardés pâturant dans des vastes zones broussailleuses, est manifestement inadapté.

Tuer un loup serait “officiellement” une mesure exceptionnelle destinée à protéger des troupeaux pour lesquels des moyens de protection auraient été inefficaces. Un protocole ministériel strict encadre la possibilité de recours aux tirs de prélèvement. Très souvent les étapes préalables à cette mesure dérogatoire sont négligées en toute connaissance de cause. Ainsi 15 tirs de prélèvement ont été suspendus en urgence par le juge administratif depuis le mois d’octobre.

L’ASPAS, Ferus et la LPO PACA analysent actuellement la légalité de l’arrêté préfectoral qui a abouti à l’abattage du loup ce dimanche, et ne manqueront pas de porter l’affaire devant les juridictions compétentes s’il s’avère que cet arrêté est entaché d’illégalité.

L’autorisation de battues pour une espèce protégée au niveau européen constituait déjà un recul inacceptable en matière de protection de la nature. Le loup est au même titre que le lynx ou l’ours, protégé par la loi. Espèce phare de notre faune, sa présence est voulue par la majorité des Français. Nos associations entendent rappeler les devoirs de l’État envers la loi.

Il ne serait pas admissible que la législation soit à nouveau déjouée sans quoi l’État français ferait une fois encore preuve de mépris envers la biodiversité de notre pays.

Télécharger la brochure:
« Loup : pour en finir avec les contre-vérités sur le pastoralisme et sur la chasse »

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

08.11.2022

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]