Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs… 

Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour ses dizaines de milliers d’oiseaux abattus chaque année par les chasseurs. Chaque année, à l’automne, ce col de passage entre la France et l’Espagne se transforme en véritable zone de ball-trap où des dizaines de tireurs embusqués s’amusent à canarder pigeons, grives et autres étourneaux. Comme a pu le constater le militant naturaliste Pierre Rigaux dans une enquête diffusée sur les réseaux sociaux, accompagné du photographe Pierre Gleizes, certains ne se donnent même pas la peine de ramasser les cadavres gisant au sol, ni d’abréger les souffrances des individus blessés…  

Heureusement, ce site sensible classé Natura 2000 (!) attire aussi de vrais amoureux de la nature qui, plutôt que de collectionner les oiseaux morts, comptent les oiseaux vivants ; un précieux suivi saisonnier riche d’enseignements pour la connaissance et la conservation des espèces qui a permis le recensement de plus de 160 oiseaux différents (cigognes, milans, busards, faucons…)  

Mais depuis quelques années, scandalisés par les abus des chasseurs qui s’adonnent avec la bénédiction de l’Etat à un carnage illimité (aucun quota n’est fixé !), des ornithologues engagés au sein de l’association locale CPAL se sont mis à compter autre chose : le nombre de coups de feu tirés par les nemrods chaque saison et la quantité de plastique et de plomb disséminée dans le milieu naturel… 

© Pierre Gleizes
Bienvenue en France... Postes de chasse à la frontière franco-espagnole, sur la commune de Sare (64) © Pierre Gleizes

Lors de la saison de chasse 2022-2023, l’association a comptabilisé plus de 50 000 coups de feu. Sachant que chaque cartouche représente 1 gramme de plastique 32 grammes de plomb, le calcul est rapidement fait : en plus des dizaines de milliers d’oiseaux tués, une saison de chasse rien qu’au col de Lizarrieta équivaut à une pollution de l’ordre de 1700 kg de plomb et 50 kg de plastique 

Compte tenu des dangers que représente la concentration du plomb pour les organismes vivants, y compris nous les humains, la CPAL a voulu aller plus loin, en mesurant plus précisément l’ampleur de la contamination de l’environnement par ce métal lourd. Entre novembre 2021 et novembre 2022, des analyses en laboratoire ont ainsi été menées sur différents échantillons (terre, eau, légumes, champignons, crottin de poney…).  

Révélés le 14 février 2024, les résultats sont à la fois édifiants et alarmants : le sol de la forêt de Sare présente des taux de plomb de 820 mg/kg, soit une concentration 2 fois supérieure à la limite fixée par le BRGM pour qualifier un site de pollué (400 mg/kg) ! Quant aux échantillons prélevés sur la matière organique, 8 présentent une concentration considérée comme anormale. Les champignons, notamment, dépassent de 4 à 14 fois la concentration autorisée par la réglementation européenne pour leur commerce… 

*CPAL : Comptage, Protection et Animations à Lizarrieta, association fondée en 2018 – https://www.cpal-migration.fr/ 

Photo d’en-tête © Pierre Gleizes

Opération « J’aime la nature sans chasse » !

Cartouches, billes de plomb, charniers, seaux de nourrissage… Documentons la réalité de la chasse en France et son impact réel sur l’environnement en diffusant photos et vidéos sur les réseaux sociaux avec les hashtag #JaimeLaNaturePropre et #JaimeLaNatureSansChasse !  
Si vous n’êtes pas sur les réseaux sociaux, envoyez vos documents à l’ASPAS à la boîte temoignage@aspas-nature.org 

Dernières actualités

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]

03.05.2024

Les chasseurs dans la rue pour défendre la barbarie du déterrage !

Ils veulent continuer à déterrer et à massacrer des familles entières de blaireaux, et ils entendent bien le faire savoir : détournant le véritable objet de la Journée mondiale des blaireaux – une grande action de sensibilisation lancée par l’ASPAS en 2022 pour dénoncer, justement, la cruauté de la vénerie sous terre, – la Fédération des […]