La chasse tue : à quand sa mue ?

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce 17 novembre à Cahors, dans le Lot, est un signal relativement fort envoyé à la communauté des chasseurs qui minimisent encore beaucoup trop la dangerosité de leur loisir.

Six mois de prison, cela peut sembler dérisoire au regard d’un tel homicide, et pourtant les sanctions retenues dans les affaires d’insécurité liée à la chasse sont souvent plus légères encore… 

L’ASPAS, qui milite depuis 40 ans pour plus de sécurité à la chasse et accompagne les ruraux dans leurs démarches pour créer des refuges sans chasse, a tenu à soutenir les proches de Morgan en se portant partie civile à leurs côtés dans ce procès et en réclamant de manière symbolique 1 euro de préjudice moral*.

Le délibéré sera rendu le 12 janvier prochain. Si le tribunal suit la réquisition du procureur, le jugement laissera espérer un peu plus de sérénité dans nos campagnes. Pour l’ASPAS, le retrait du permis à vie devrait être la sentence systématique à chaque accident grave. Il est tout à fait incompréhensible que l’on puisse autoriser des tireurs aussi dangereux à ressortir dans la nature avec des armes toujours plus dangereuses.

Pour que de tels drames n’aient plus lieu, les ruraux, randonneurs, vététistes et autres usagers de la nature attendent de pied ferme la réforme en profondeur demandée depuis tant d’années par notre association : des jours sans chasse au niveau national, une formation au permis beaucoup plus stricte, des contrôles médicaux réguliers des porteurs de fusils, etc.

Nous continuerons d’apporter tout notre soutien à la famille de Morgan Keane, et toute notre solidarité envers ses amies, à l’origine du collectif « Un jour un chasseur ».

* La Fédération Départementale des Chasseurs du Lot a quant a elle scandaleusement réclamé 500 euros de préjudice moral…

Contact : presse@aspas-nature.org

Dernier articles de presse

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]

27.09.2022

Pétition contre le déterrage au Sénat : nous demandons neutralité et transparence !

Communiqué de presse du 27 septembre 2022 Le 21 septembre, le Sénat a pris acte du succès de la pétition « Pour l’interdiction du déterrage des blaireaux » déposée par l’ASPAS en mars dernier signée par 104 745 citoyens et soutenue par de nombreuses associations. La balle est maintenant dans le camp de la Commission des affaires […]