Jouer de la musique pour éloigner les sangliers : délit d’entrave à la chasse ?

Jouer de la musique pour éloigner les sangliers : délit d’entrave à la chasse ?

Lors de l’examen du projet de loi sur la création de l’Office français de la biodiversité, les 11 et 12 avril 2019, les sénateurs sous influence du lobby chasse ont jugé bon de faire une avalanche de cadeaux aux chasseurs. Sanctuarisation des chasses traditionnelles, prolongation des périodes de chasse des oiseaux migrateurs… des mesures dont on se demande bien quel rapport elles ont avec la protection de la biodiversité !

La mesure choc qui a le plus fait réagir et qui scandalise le plus les Français (très majoritairement opposés à la chasse, rappelons-le), est le nouveau délit d’entrave à la chasse, qui prévoit jusqu’à un an d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende ! Une mesure qui semble directement adressée aux militants anti-chasse à courre du collectif AVA, qui ne cherchent pourtant, de manière pacifique, qu’à documenter le loisir barbare des veneurs, directement sur le terrain…

… et qui agite d’autres associations qui ont elles aussi choisi l’action de terrain pour se faire entendre, comme ces 4 militants alsaciens du Vegan Bastard Krew, convoqués récemment par la justice parce qu’ils ont tenté, le 15 décembre 2018, d’empêcher la tenue d’une battue aux sangliers en jouant de la musique en pleine forêt. Qu’ils soient rassurés (pour ce coup-ci) : la loi n’est pas votée, et même si elle l’était demain, elle ne pourrait s’appliquer de façon rétroactive. Cependant, l’adoption de cet amendement particulièrement grave pour les libertés individuelles soulève beaucoup d’interrogations pour l’avenir ; sur l’usage partagé de la nature, le sentiment de toute puissance des chasseurs… et surtout l’interprétation au cas par cas des actes considérés comme de véritables “délits d’obstruction à la chasse”…

> Lire l’article de France Bleu, du 15 avril 2019 : “Bas-Rhin : des militants anti-chasse convoqués par la justice pour avoir joué de la musique pendant une battue

 

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]