Jouer de la musique pour éloigner les sangliers : délit d’entrave à la chasse ?

Jouer de la musique pour éloigner les sangliers : délit d’entrave à la chasse ?

Lors de l’examen du projet de loi sur la création de l’Office français de la biodiversité, les 11 et 12 avril 2019, les sénateurs sous influence du lobby chasse ont jugé bon de faire une avalanche de cadeaux aux chasseurs. Sanctuarisation des chasses traditionnelles, prolongation des périodes de chasse des oiseaux migrateurs… des mesures dont on se demande bien quel rapport elles ont avec la protection de la biodiversité !

La mesure choc qui a le plus fait réagir et qui scandalise le plus les Français (très majoritairement opposés à la chasse, rappelons-le), est le nouveau délit d’entrave à la chasse, qui prévoit jusqu’à un an d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende ! Une mesure qui semble directement adressée aux militants anti-chasse à courre du collectif AVA, qui ne cherchent pourtant, de manière pacifique, qu’à documenter le loisir barbare des veneurs, directement sur le terrain…

… et qui agite d’autres associations qui ont elles aussi choisi l’action de terrain pour se faire entendre, comme ces 4 militants alsaciens du Vegan Bastard Krew, convoqués récemment par la justice parce qu’ils ont tenté, le 15 décembre 2018, d’empêcher la tenue d’une battue aux sangliers en jouant de la musique en pleine forêt. Qu’ils soient rassurés (pour ce coup-ci) : la loi n’est pas votée, et même si elle l’était demain, elle ne pourrait s’appliquer de façon rétroactive. Cependant, l’adoption de cet amendement particulièrement grave pour les libertés individuelles soulève beaucoup d’interrogations pour l’avenir ; sur l’usage partagé de la nature, le sentiment de toute puissance des chasseurs… et surtout l’interprétation au cas par cas des actes considérés comme de véritables “délits d’obstruction à la chasse”…

> Lire l’article de France Bleu, du 15 avril 2019 : “Bas-Rhin : des militants anti-chasse convoqués par la justice pour avoir joué de la musique pendant une battue

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]