La Haute-Savoie veut autoriser le tir d’été des chevreuils… “dans un but éducatif et pédagogique” !!

La Haute-Savoie veut autoriser le tir d’été des chevreuils… “dans un but éducatif et pédagogique” !!

“CONSIDÉRANT qu’il y a lieu de permettre le tir d’été du chevreuil dans quelques sociétés de chasse de la Haute-Savoie dans un but éducatif et pédagogique”.… la préfecture soumet à la consultation du public un projet d’arrêté pour cet été ! Un massacre qui aurait lieu du 1er juillet au 7 septembre 2019.

Donnez votre avis avant le 29 avril !

Les préfectures n’ont paradoxalement pas à se justifier lorsqu’il s’agit d’autoriser la chasse hors-saison, contrairement aux battues administratives. Voilà qui renforce d’autant plus  l’absurdité d’un tel arrêté, dans un département très fréquenté l’été, par des randonneurs et autres adeptes d’activités en plein air.

N’hésitez pas à donner votre avis pour dénoncer l’absurdité d’une telle décision, la consultation publique est ouverte jusqu’au 29 avril inclus.
Les avis doivent être envoyés à l’adresse : ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr 

Quelques arguments pour étayer vos messages :

  • Les tirs d’été exercent une pression cynégétique insoutenable pour les chevreuils et les sangliers, qui n’ont que très peu de répit sur toute l’année
  • Les tirs d’été vont inévitablement perturber d’autres espèces dont la chasse n’est pas encore ouverte, ou encore des espèces protégées, et alors que les jeunes ne sont pas encore sevrés.
  • Dès lors que des tirs d’été du chevreuil ou du sanglier sont autorisés, le renard pourra être chassé dans les mêmes conditions que ces espèces. De telles autorisations permettent aux chasseurs de tirer le renard avant l’ouverture de la chasse alors que cette espèce subit déjà trop de persécutions : chasse à courre jusqu’à fin mars, déterrage et piégeage toute l’année.
  • Les tirs d’été augmentent lourdement et de manière inacceptable les risques d’accidents de chasse impliquant des non-chasseurs, d’autant plus dans un département très fréquenté en saison estivale par les touristes, randonneurs et autres adeptes de sports d’extérieur. Ces derniers n’ont que très peu de mois dans l’année pour se promener en pleine nature sans être inquiétés.
  • Une telle décision est inéquitable et va à l’encontre de tout impératif de sécurité publique dont le préfet est pourtant le garant !

Chaque année, dans de nombreux départements, des chasses similaires sont autorisées par arrêté préfectoral… Nous faisons de notre mieux pour les dénoncer au maximum et sensibiliser la population, mais nous ne pouvons pas tout suivre malheureusement : n’hésitez pas à vous renseigner pour votre département, et inspirez-vous des arguments listés dans cette page du site : aspas-nature.org/agir/consultations-publiques/

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]