Forêt de Pinceloup (78) : les chasseurs font démonter des sculptures pour s’approprier l’espace

Forêt de Pinceloup (78) : les chasseurs font démonter des sculptures pour s’approprier l’espace

Les habitants des Yvelines les ont peut-être déjà aperçues, dans une clairière de la belle forêt de Pinceloup, sur la commune de Sonchamp près de Rambouillet. Non, pas des loups (le dernier aurait été capturé en 1869…) mais deux sculptures permanentes, tout en bois, installées là en avril 2019 suite à une commande passée dès 2017 par les services culturels du département à l’artiste Will Menter, habitué des installations en plein air.

© Photo : Hélène Courvoisier

Parfaitement insérées dans leur milieu près de sentiers publics (voir la vidéo), les sculptures sonores conçues pour durer dans le temps attirent la curiosité des promeneurs de passage, qui apprécient une once de culture discrète dans une nature par ailleurs plutôt bien préservée.

Mais Will Menter est en colère. Le 1er août, il reçoit un appel embarrassé d’un employé du  département lui signalant que ses œuvres allaient devoir être démontées, 4 mois seulement après leur installation, parce que « le président du conseil général a décidé que la forêt est un lieu de chasse et pas un lieu de culture », selon les termes utilisés par l’artiste dans une publication Facebook.

Ce président qui privilégie un loisir morbide sur la création artistique n’est autre que Pierre Bédier, membre des Républicains, qui s’affiche en public au salon de la chasse de Rambouillet et auquel l’observatoire Politique & animaux a attribué la brillante note de 4,9/20 pour son (in)action pour une amélioration de la condition animale.

© photo : Hélène Courvoisier

Démonter les œuvres et les extraire du milieu pour lequel elles ont été créées s’assimile, pour Will Menter, à une forme de destruction. Pour l’ASPAS, cette affaire révèle surtout une fois de plus à quel point certains politiques haut-placés sont vendus corps et âme au monde de la chasse, et n’hésitent pas à abuser de leur pouvoir pour satisfaire le seul intérêt cynégétique ; pour le plaisir de quelques hommes armés qui veulent tirer des cerfs ou des sangliers, il est tout à fait scandaleux que l’artiste sous contrat soit moralement dépossédé de son œuvre, et que les citoyens se retrouvent privés d’une ressource culturelle financée par leurs impôts !

Lobbying politique, fermeture d’esprit, domination et volonté de s’accaparer les terres et les animaux qui y vivent : la chasse, c’est la tradition, selon les chasseurs. Les valeurs qui l’accompagnent aussi.

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]