Déterrage du blaireau : le préfet du Loir-et-Cher cède à la pression des associations !

Déterrage du blaireau : le préfet du Loir-et-Cher cède à la pression des associations !

Après l’adoption le 8 juillet dernier par la préfecture du Loir-et-Cher de l’arrêté autorisant l’exercice de la vénerie sous terre du blaireau pour une période complémentaire (jusqu’au 15 septembre 2019 et du 15 mai 2020 au 30 juin 2020), l’ASPAS

s’est rangée aux côtés des associations locales Sologne Nature Environnement et Perche Nature pour tenter un recours devant le Tribunal administratif d’Orléans. Une initiative également soutenue par Catherine Le Troquier, maire de Valaire, élue particulièrement engagée pour la cause des animaux sauvages sur le territoire de sa commune.


Cette action commune n’a pas tardé à porter ses fruits, puisque moins d’un mois plus tard (le 5 août), le préfet du Loir-et-Cher a pris la décision de l’abroger ! Ayant pris connaissance de notre action en justice, la préfecture a reconnu une « carence d’expression de motivation » (entendez, en gros : « oui vous avez raison, rien ne justifie en fait de prendre un tel arrêté »…) et a préféré renoncer à défendre son texte devant le Tribunal.


Cette belle surprise arrive dans la foulée de la victoire remportée le 9 juillet dernier par l’association voisine Indre Nature, qui a réussi à faire annuler a posteriori l’arrêté autorisant le déterrage de blaireaux dans l’Indre pour une période complémentaire, en 2016.


Même si la Fédération de chasse du Loir-et-Cher peut tenter un éventuel recours contre cet arrêté d’abrogation, cette décision préfectorale est de bon augure pour la suite, en ce que la jurisprudence en faveur des blaireaux est à nouveau renforcée ! En clair, cela veut dire que les préfectures hésiteront à deux fois avant d’adopter des arrêtés qui ne sont pas justifiés sur le fond.

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]