Déterrage du blaireau : le préfet du Loir-et-Cher cède à la pression des associations !

Déterrage du blaireau : le préfet du Loir-et-Cher cède à la pression des associations !

Après l’adoption le 8 juillet dernier par la préfecture du Loir-et-Cher de l’arrêté autorisant l’exercice de la vénerie sous terre du blaireau pour une période complémentaire (jusqu’au 15 septembre 2019 et du 15 mai 2020 au 30 juin 2020), l’ASPAS

s’est rangée aux côtés des associations locales Sologne Nature Environnement et Perche Nature pour tenter un recours devant le Tribunal administratif d’Orléans. Une initiative également soutenue par Catherine Le Troquier, maire de Valaire, élue particulièrement engagée pour la cause des animaux sauvages sur le territoire de sa commune.


Cette action commune n’a pas tardé à porter ses fruits, puisque moins d’un mois plus tard (le 5 août), le préfet du Loir-et-Cher a pris la décision de l’abroger ! Ayant pris connaissance de notre action en justice, la préfecture a reconnu une « carence d’expression de motivation » (entendez, en gros : « oui vous avez raison, rien ne justifie en fait de prendre un tel arrêté »…) et a préféré renoncer à défendre son texte devant le Tribunal.


Cette belle surprise arrive dans la foulée de la victoire remportée le 9 juillet dernier par l’association voisine Indre Nature, qui a réussi à faire annuler a posteriori l’arrêté autorisant le déterrage de blaireaux dans l’Indre pour une période complémentaire, en 2016.


Même si la Fédération de chasse du Loir-et-Cher peut tenter un éventuel recours contre cet arrêté d’abrogation, cette décision préfectorale est de bon augure pour la suite, en ce que la jurisprudence en faveur des blaireaux est à nouveau renforcée ! En clair, cela veut dire que les préfectures hésiteront à deux fois avant d’adopter des arrêtés qui ne sont pas justifiés sur le fond.

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]