260 brebis tombées d’une falaise : pas de chien patou, pas de clôture, pas de berger

260 brebis tombées d’une falaise : pas de chien patou, pas de clôture, pas de berger

Le 26 juin dernier, éleveurs, chasseurs, élus locaux, agents d’Etat et presse ont imputé à l’ours le dérochement de 260 brebis dans le massif de l’Aston. Pourtant, rien ne permet d’affirmer avec certitude que l’ours est en cause, et personne ne s’est demandé si le troupeau de 1300 ovins bénéficiait des mesures de protection adéquates. Surtout, le rapport de l’ONCFS n’a toujours pas été rendu public !

Crête d’où a eu lieu le dérochement. Vue depuis la cabane de Sénard

Pour se faire sa propre idée, notre délégué local a organisé une expédition sur les lieux de la tragédie entre le 30 juin et le 1er juillet, accompagné de plusieurs bénévoles. Observations, recherches de traces, entretien avec le berger… tout a été rassemblé dans un rapport destiné à la préfecture. Ci-dessous, l’ASPAS publie quelques extraits marquants qui aident à se faire une idée un peu différente de celle diffusée en masse, par ailleurs :

8/ Entretien avec le berger

– Oui c’est bien ici que le dérochement de 260 brebis a eu lieu, depuis la crête qui est en face. Brebis passées dans un mini-col, à pic, chute et dérochement côté Jasse de Sénard, à droite du col d’Aychade.
Il y a 1300 brebis sur l’estive.
Non, pas de chien de protection, on n’en veut pas car ça fait peur aux touristes.

Aujourd’hui dimanche 30 juin, ce berger (…) ne sait pas où est le troupeau. Son frère (…) est resté à l’autre cabane de l’estive (vers Mirabail), à 3 heures de marche. Ils ne savent pas où sont les brebis. Demain lundi 1er juillet, son frère (…) doit traverser l’estive pour voir s’il trouve les brebis. Puis il doit descendre chercher 70 vaches qu’il doit monter mardi 2 juillet. Donc dans la nuit du lundi 1er juillet au mardi 2 juillet, le troupeau de 1300 brebis, introuvable aujourd’hui, sera seul en montagne. 

10/ Faune présente

Pas vu 1 seule brebis, ni 1 seule vache sur l’ensemble du parcours sur les 2 jours.
Pas vu d’indice d’ours sur l’ensemble du parcours.
Pas vu un seul animal terrestre, pas d’isards, pas de chevreuils, pas de cerfs.
Vu environ 70 vautours et 2 gypaètes.  

11/ Bilan des mesures de protection

Vu 1 berger parfois absent
Vu 1 chien de conduite
Pas de chiens de protection
Pas de parc de regroupement électrifié

13/ Autres informations

La préfète s’est rendue sur place en hélicoptère avec le commandant de gendarmerie de Tarascon et l’ONCFS le 26 juin. Des éleveurs (…) les ont rejoints sur les lieux du dérochement en montant à pied, l’un portant un fusil chargé hors période de chasse. Aucune remarque ne leur a été faite.
Un vautour fauve a été trouvé mort avec trace d’une action de chasse.
Le pare-brise du véhicule garé par l’ONCFS a été fracassé. (…)

Ce 6 août 2019, une centaine de maires de l’Ariège a manifesté aux côtés de certains éleveurs devant la préfecture d’Occitanie pour protester contre la présence de l’ours dans les Pyrénées. Le même jour, l’association Pays de l’ours publie un communiqué pour dénoncer « l’immunité pastorale » des anti-ours, et la tolérance entretenue par l’Etat à l’égard des plus radicaux, alors qu’ils sont clairement identifiés.

L’ASPAS, quant à elle, continue de demander à ce que l’Etat favorise davantage les mesures de protection des troupeaux (chiens patous / parcs électrifiés / surveillance active des bergers) ; des moyens qui, bien mis en œuvre, ont n’ont plus à prouver leur efficacité !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]