260 brebis tombées d’une falaise : pas de chien patou, pas de clôture, pas de berger

260 brebis tombées d’une falaise : pas de chien patou, pas de clôture, pas de berger

Le 26 juin dernier, éleveurs, chasseurs, élus locaux, agents d’Etat et presse ont imputé à l’ours le dérochement de 260 brebis dans le massif de l’Aston. Pourtant, rien ne permet d’affirmer avec certitude que l’ours est en cause, et personne ne s’est demandé si le troupeau de 1300 ovins bénéficiait des mesures de protection adéquates. Surtout, le rapport de l’ONCFS n’a toujours pas été rendu public !

Crête d’où a eu lieu le dérochement. Vue depuis la cabane de Sénard

Pour se faire sa propre idée, notre délégué local a organisé une expédition sur les lieux de la tragédie entre le 30 juin et le 1er juillet, accompagné de plusieurs bénévoles. Observations, recherches de traces, entretien avec le berger… tout a été rassemblé dans un rapport destiné à la préfecture. Ci-dessous, l’ASPAS publie quelques extraits marquants qui aident à se faire une idée un peu différente de celle diffusée en masse, par ailleurs :

8/ Entretien avec le berger

– Oui c’est bien ici que le dérochement de 260 brebis a eu lieu, depuis la crête qui est en face. Brebis passées dans un mini-col, à pic, chute et dérochement côté Jasse de Sénard, à droite du col d’Aychade.
Il y a 1300 brebis sur l’estive.
Non, pas de chien de protection, on n’en veut pas car ça fait peur aux touristes.

Aujourd’hui dimanche 30 juin, ce berger (…) ne sait pas où est le troupeau. Son frère (…) est resté à l’autre cabane de l’estive (vers Mirabail), à 3 heures de marche. Ils ne savent pas où sont les brebis. Demain lundi 1er juillet, son frère (…) doit traverser l’estive pour voir s’il trouve les brebis. Puis il doit descendre chercher 70 vaches qu’il doit monter mardi 2 juillet. Donc dans la nuit du lundi 1er juillet au mardi 2 juillet, le troupeau de 1300 brebis, introuvable aujourd’hui, sera seul en montagne. 

10/ Faune présente

Pas vu 1 seule brebis, ni 1 seule vache sur l’ensemble du parcours sur les 2 jours.
Pas vu d’indice d’ours sur l’ensemble du parcours.
Pas vu un seul animal terrestre, pas d’isards, pas de chevreuils, pas de cerfs.
Vu environ 70 vautours et 2 gypaètes.  

11/ Bilan des mesures de protection

Vu 1 berger parfois absent
Vu 1 chien de conduite
Pas de chiens de protection
Pas de parc de regroupement électrifié

13/ Autres informations

La préfète s’est rendue sur place en hélicoptère avec le commandant de gendarmerie de Tarascon et l’ONCFS le 26 juin. Des éleveurs (…) les ont rejoints sur les lieux du dérochement en montant à pied, l’un portant un fusil chargé hors période de chasse. Aucune remarque ne leur a été faite.
Un vautour fauve a été trouvé mort avec trace d’une action de chasse.
Le pare-brise du véhicule garé par l’ONCFS a été fracassé. (…)

Ce 6 août 2019, une centaine de maires de l’Ariège a manifesté aux côtés de certains éleveurs devant la préfecture d’Occitanie pour protester contre la présence de l’ours dans les Pyrénées. Le même jour, l’association Pays de l’ours publie un communiqué pour dénoncer « l’immunité pastorale » des anti-ours, et la tolérance entretenue par l’Etat à l’égard des plus radicaux, alors qu’ils sont clairement identifiés.

L’ASPAS, quant à elle, continue de demander à ce que l’Etat favorise davantage les mesures de protection des troupeaux (chiens patous / parcs électrifiés / surveillance active des bergers) ; des moyens qui, bien mis en œuvre, ont n’ont plus à prouver leur efficacité !

Dernières actualités

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]

26.03.2024

La préfète du Rhône veut autoriser le déterrage de blaireaux dès le 15 mai !

Sous la pression des chasseurs du département du Rhône, la préfecture entend autoriser une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux la saison prochaine, du 15 mai au 15 août 2025… Soyons nombreux à dire NON à ce projet d’arrêté en participant à la consultation publique jusqu’au 4 avril !  Le projet d’arrêté est […]

21.03.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Ce samedi 23 mars, c’est la Journée mondiale des ours ! L’occasion pour l’ASPAS de faire un focus sur l’ours brun et de rappeler nos actions en faveur du grand plantigrade en France. Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup […]