10 victoires contre le déterrage des blaireaux

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière victoire en date : le 27 octobre, en Loire Atlantique.
Avec cette jurisprudence renforcée et le succès de notre pétition déposée sur le site du Sénat, notre association a bon espoir d’obtenir un changement législatif qui permette d’interdire cette pratique barbare, sinon de la limiter très fortement.

Suite à une série de recours en justice qui ont porté leurs fruits, l’ASPAS a contraint les chasseurs de déposer leurs pelles et pioches cette année dans la Somme, en Charente, dans les Ardennes, dans l’Aube et dans l’Orne : cinq victoires remportées en compagnie de l’association AVES qui auront permis de sauver de nombreux blaireaux. 

Cinq autres décisions de justice en faveur de l’ASPAS ont permis d’annuler a posteriori des arrêtés préfectoraux dans le Loir-et-Cher, en Ille-et-Vilaine, en Meurthe-et-Moselle, dans le Tarn ainsi que la Loire-Atlantique, autant de succès qui renforcent ainsi la jurisprudence accumulée ces dernières années. 

Le déterrage, une chasse cruelle par tradition  

La France est l’un des derniers pays d’Europe à autoriser la chasse par déterrage, aussi appelée “vénerie sous terre”, une pratique particulièrement cruelle et non sélective, qui consiste à envoyer des petits chiens dans les terriers de blaireaux pour les acculer, de creuser la terre parfois pendant des heures, puis d’extirper les animaux de leur abri à l’aide de grandes pinces avant de les abattre.   

Cette chasse, pratiquée de septembre à janvier, est aussi possible dès le 15 mai, sur simple décision de la préfecture : on parle de période complémentaire de vénerie sous terre. Les huit victoires concernent précisément cette période.

Des jeunes blaireaux encore dans les terriers

Compte-tenu de la complexité du cycle de reproduction des blaireaux, il est fréquent que des blaireautins encore dépendants de leur mère soient victimes de la vénerie sous terre. Plusieurs exemples d’orphelins recueillis par des centres de soin en plein milieu de l’été le confirment. 

La vénerie sous terre a non seulement une incidence sur les blaireaux, premiers concernés, mais aussi sur d’autres espèces, parfois protégées : en effet, il est démontré que les blaireautières peuvent être utilisées par des chats forestiers, des chauve-souris, des loutres, ainsi que diverses espèces d’amphibiens et de reptiles. 

Une jurisprudence porteuse d’espoir

Pour Me Coline Robert et Me André Rigal-Casta, du cabinet GéoAvocats qui a représenté l’ASPAS et AVES au tribunal pour les 5 victoires en référé-suspension, “La reconnaissance par les juges de l’incompatibilité de la vénerie sous terre avec la protection légalement accordée aux petits blaireaux est une avancée majeure. Il en va de même de l’absence de dégâts importants en lien avec l’espèce. Ceux-ci ne sont jamais attestés par la moindre preuve et les juges sont de plus en plus enclins à le constater. Ces éléments fragilisent les motivations derrière cette pratique, déjà scientifiquement remise en cause.” 

Une pétition au Sénat qui dépasse les 100 000 signatures

L’ASPAS, qui est à l’initiative de la toute première Journée Mondiale des Blaireaux le 15 mai dernier, a lancé une pétition sur le site du Sénat pour demander l’interdiction définitive de la vénerie sous terre. En moins de six mois elle a atteint et même dépassé l’objectif des 100 000 signatures, permettant ainsi à notre demande d’être renvoyée devant la Commission des affaires économiques. Plus d’informations sur cette initiative à lire ici  

Contact presse : presse@aspas-nature.org

Dernier articles de presse

12.01.2023

Mort de Morgan Keane : un verdict au parfum de révolte  

La mort de Morgan Keane, confondu avec un sanglier dans le Lot le 2 décembre 2020, a marqué le début d’une grande offensive citoyenne contre l’insécurité liée à la chasse, initiée par des proches de Morgan réunies au sein du collectif « Un Jour Un Chasseur ». L’ASPAS avait décidé de se porter partie civile […]

09.01.2023

Insécurité à la chasse : chasseurs 1, les autres 0

Alors que 4 Français sur 5 sont favorables au dimanche sans chasse, jour où l’on compte le plus grand nombre d’accidents liés à ce loisir, l’État préfère renforcer les intérêts d’une minorité dangereusement armée : l’appli-gadget permettant de signaler les chasses en cours est non seulement anti-démocratique, elle est aussi à l’avantage des chasseurs qui […]

02.01.2023

8 Français sur 10 réclament le dimanche sans chasse

Alors que le gouvernement tarde à faire ses annonces concernant la sécurisation de la chasse (maintenant prévues le 9 janvier), un sondage IFOP réalisé par sept associations de protection de la nature dont l’ASPAS révèle une nouvelle fois que 78% des Français sont favorables à ce que le dimanche devienne un jour sans chasse. Face […]

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]