Défendez les animaux sauvages captifs

Défendez les animaux sauvages captifs

Le ministre chargé de l’écologie soumet à la consultation du public un projet d’arrêté réalisant une refonte de la réglementation applicable à la détention des animaux sauvages. Si ce projet a le mérite de simplifier une réglementation jusqu’ici peu accessible, il manque l’occasion de rappeler que la détention doit rester une exception, la place des animaux sauvages étant dans leur milieu naturel ! Participez à la consultation publique en donnant votre avis.

La consultation publique est ouverte jusqu’au 30 mars 2018.

DÉPOSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Conseils pour votre participation

– Donnez un avis personnalisé : vous pouvez vous inspirer de la position de l’ASPAS résumée ci-dessous, mais un point de vue personnalisé aura plus de poids que plusieurs avis reprenant le même modèle, au mot près.

– Soyez courtois : les injures ou grossièretés ne font pas avancer les choses, nous vous recommandons vivement de mettre en avant des arguments solides.

– Invitez vos amis et votre famille à participer à leur tour à cette consultation publique : plus nous serons nombreux à agir, plus nous avons de chance de faire évoluer ce projet d’arrêté.

La position de l’ASPAS

La détention d’un animal sauvage doit devenir une exception, et n’être autorisée que dans l’intérêt de l’animal, après étude de la possibilité de le rendre à son milieu naturel.

Ce projet ne prend pas ce chemin et, sous couvert de simplifier la réglementation, rate l’occasion de renforcer le cadre de la détention des animaux sauvages. Pire, il allège des procédures et supprime de nombreuses dispositions qui, si elles n’étaient pas parfaites, favorisaient l’idée que la détention d’un animal sauvage n’est pas anodine.

Voici quelques critiques plus techniques :

  • Si l’obligation de satisfaire aux besoins physiologiques des animaux apparaît, sont oubliés les autres besoins essentiels tels que ceux liés à la psychologie et au caractère social des espèces.
  • La détention d’animaux de nombreuses espèces reste possible sans aucune formalité (ni déclaration, ni autorisation) et sans qu’aucun suivi ne soit possible (pas d’inscription dans un registre d’entrées et de sorties, pas d’identification propre à l’animal).
  • Dans le cadre de la procédure de simple déclaration de détention d’animaux sauvages, applicable à de nombreuses espèces notamment protégées, les éléments à fournir au préfet sont dérisoires. Aucune obligation n’est en outre imposée en cas de modification des conditions d’accueil des animaux. Cette mesure permettra aux particuliers détenant certains animaux de rapidement régulariser leur situation, mais facilite par ailleurs cette détention, ce qui n’est pas souhaitable.
  • Contrairement à ce qu’écrit le ministère, le niveau d’exigence a diminué pour certaines espèces, parmi lesquelles des espèces protégées (comme les rapaces).
  • Les dispositions relatives à l’étendue des contrôles par les agents habilités à vérifier le respect de la réglementation ont été supprimées. Elles auraient pourtant dû être, au contraire, clarifiées et renforcées afin de donner la possibilité d’accéder facilement aux installations détenant les animaux et à toutes les informations relatives aux animaux et à leurs mouvements.
  • Cet arrêté aurait été l’occasion de définir les formes que doivent présenter les déclarations de détention et les attestations de cession d’animaux sauvages en captivité, le contenu obligatoire des documents d’information relatifs à l’animal remis lors de la vente d’un animal sauvage ainsi que les caractéristiques minimales auxquelles doivent satisfaire les installations détenant des animaux sauvages, comme le prévoit le code de l’environnement.

À l’heure où le caractère d’être sensible de l’animal est officiellement inscrit dans notre droit, ce projet doit être l’occasion d’ajouter une pierre à l’édifice de cette avancée éthologique et philosophique en développant une protection de l’animal en tant qu’individu singulier, quel que soit son statut juridique (protégé, chassable ou encore « nuisible »).

PARTICIPER À LA CONSULTATION

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]