Cerfs sika échappés : c’est déjà arrivé !

Cerfs sika échappés : c’est déjà arrivé !

Depuis quelques jours, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) est la cible de critiques alarmistes qui laisseraient entendre qu’elle serait responsable de la disparition prochaine du cerf élaphe dans le Vercors… En cause, l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, un ancien enclos de chasse que l’ASPAS est en train de transformer en Réserve de Vie Sauvage® : une zone qui, à terme, permettra à la faune et la flore d’évoluer librement, sans chasse, ni coupe de bois. Alors que la préfecture de la Drôme a ordonné l’abattage des cerfs échappés, l’ASPAS tient à rappeler que les évasions d’animaux d’enclos de chasse est une réalité partout en France, et que le risque d’hybridation ne date pas d’aujourd’hui. 

En rachetant l’ancien enclos de chasse « dans son jus », l’ASPAS savait qu’elle allait hériter d’un certain nombre de problèmes à régler, en raison de la réglementation plus que laxiste de l’État à l’égard de ces lieux sordides et opaques : importation d’animaux exotiques à l’origine incertaine, contrôles sanitaires parfois inexistants, clôtures trouées, etc.  Les réglementations empêchent également la libération des populations d’animaux sans connaître leur état sanitaire, et surtout sans autorisation des services de l’État.   

À Valfanjouse, une espèce présente dans l’enclos est particulièrement problématique : le cerf Sika. Ce cervidé originaire d’Asie est en effet susceptible de s’hybrider avec les cerfs européens (le cerf élaphe). Après des décennies de cohabitation en milieu clos avant le rachat de ce terrain par l’ASPAS, les cerfs de Valfanjouse sont de potentiels hybrides qui ne peuvent par conséquent être relâchés dans le milieu naturel. Une étude scientifique est actuellement en cours pour le déterminer.      

Du fait de l’arrêt des activités de chasse, il a fallu agir vite pour empêcher les surpopulations. Pour éviter que la préfecture n’ordonne l’abattage des animaux, l’ASPAS a demandé début 2021 une autorisation préfectorale pour procéder aux stérilisations, dans un premier temps des sangliers*. L’autorisation a été obtenue, sous condition de stériliser mâles et femelles, ce que l’association a réalisé avec succès entre novembre et décembre 2021.

Pendant que tous nos efforts étaient concentrés à réussir la première opération d’ampleur de stérilisation de sangliers sauvages en France, une petite partie de la clôture de Valfanjouse s’affaisse sous le poids de la neige. Sans pouvoir l’affirmer, il est très probable que certains cervidés se soient échappés à cette occasion puisque des individus au comportement semi-domestiqués ont récemment été observés.   

Malgré les efforts de l’équipe de l’ASPAS, les échappés n’ont pas pu être ramenés dans l’enclos. Fin mars 2022, la préfecture de la Drôme a ordonné l’abattage des quelques cervidés échappés. L’ASPAS regrette cette décision mais en prend acte, et s’emploie désormais à tout faire pour sauver tous les autres animaux encore présents dans l’enclos. À ce jour, 8 individus sur 13 ont été abattus.   

La décision de la préfecture d’ordonner leur abattage est regrettable mais cela pose, plus largement, la question des enclos de chasse. Alors qu’une proposition de loi pour limiter l’engrillagement des espaces naturels est actuellement en discussion au Sénat, le travail de l’ASPAS constitue un laboratoire d’expérimentation sur les difficultés et les enjeux autour de cette question : comment mettre fin à ces enclos de chasse, véritable aberration écologique aux conséquences désastreuses sur le long terme, tout en veillant au bien-être des animaux ?    

Rappelons que les évasions d’animaux importés dans des enclos et dont on ne connaît pas l’origine ni l’état sanitaire sont monnaie fréquente, partout en France, chaque année… D’après les données de l’Office Français de la Biodiversité** de 2018, le cerf sika est présent à l’état sauvage dans 19 départements, dont 9 où il cohabite avec le cerf élaphe, et ce depuis de nombreuses années… Certains gestionnaires de chasse ont même délibérément choisi de maintenir, voire d’augmenter des populations de cerfs sika dans certains territoires ! 

La stérilisation des cervidés a quant à elle débuté le 4 avril 2022. Dans le même temps, l’association cherche à déplacer des individus dans des refuges clôturés où les animaux pourront mourir de leur belle mort. 

** Office Français de la Biodiversité (OFB), revue 
Faune Sauvage n°326, premier semestre 2020  

Dernier articles de presse

02.06.2023

Justice pour le Vivant : Premier pas vers une condamnation historique de l’Etat

COMMUNIQUÉ Paris, le 1er juin 2023. Ce jeudi s’est tenue l’audience historique du procès Justice pour le Vivant, dans le cadre duquel 5 ONG environnementales attaquent l’Etat pour son inaction face à l’effondrement de la biodiversité. La rapporteure publique a demandé aux juges de condamner l’Etat pour ses carences en matière d’évaluation et de gestion […]

21.05.2023

SONDAGE – Une large majorité de Français veulent en finir avec le classement des animaux « nuisibles »  

Alors que le gouvernement s’apprête à renouveler pour 3 ans la liste des « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD), fixée par un arrêté qui autorise le massacre tout au long de l’année d’animaux sensibles tels le renard, la martre des pins ou le corbeau freux, un sondage IFOP commandé par les associations ASPAS, […]

28.04.2023

La Journée Mondiale des Blaireaux est de retour ce 15 mai !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée Mondiale des Blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès de la première […]

31.03.2023

Plan national d’action loup (PNA 2024-2029) : nos associations font des propositions !

Depuis le retour des loups en France, les éleveurs et les bergers des filières ovines et caprines ont adapté progressivement leurs pratiques afin de protéger leurs troupeaux et permettre la coexistence entre l’élevage et la présence d’un grand prédateur. Environ 30 M€ d’aides publiques nationales et européennes ont été affectées chaque année au plan loup […]

31.03.2023

Déterrage de blaireaux au Sénat : l’ASPAS dénonce un rapport atterrant

Plus de 6 mois après avoir obtenu et dépassé les 100 000 signatures citoyennes requises, la pétition contre le déterrage des blaireaux lancée par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a débouché sur un rapport sénatorial pro-chasse, dévoilé le 29 mars. Malgré quelques points encourageants, notre association, forte de nombreuses victoires pour les […]