Des cerfs sika en liberté en France, une réalité depuis 40 ans !

Des cerfs sika en liberté en France, une réalité depuis 40 ans !

Début avril, l’ASPAS a fait l’objet de critiques parfois virulentes de la part de chasseurs, suite à l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, dans le Vercors, un ancien enclos de chasse devenu propriété de l’association. Nous nous sommes expliqués sur la situation dans un article publié le 31 mars (à lire ici).

D’une extrême mauvaise foi, ces critiques sont pour le moins cocasses, lorsque l’on sait que l’ASPAS, qui fait tout pour sauver les animaux dont le destin était de finir en trophées, doit payer les pots cassés laissés par les anciens propriétaires, et que les évasions d’animaux exotiques d’enclos de chasse, notamment de cerfs sika, sont monnaie fréquente partout en France chaque année. De plus, certains chasseurs font tout pour maintenir ce « gibier » en liberté !

Des lâchers dans les années 70

Le cerf sika (Cervus nippon), espèce naturellement répartie en Asie, a été introduite en France dès le 19e siècle et surtout au cours du 20e siècle.

D’après des sources officielles*, des lâchers de cette espèce aujourd’hui considérée comme « exotique envahissante » ont eu lieu dans la nature en France au début des années 70, notamment dans la forêt de la Hardt (68), dans l’île de Porquerolles (83) et dans la forêt de Nesle-Ronquerolles (95).

Jusqu’en 2012, les populations de sika n’ont cessé d’augmenter un peu partout en France. Selon l’inventaire le plus récent (2018), 84 communes dans 19 départements de France étaient encore concernées par la présence de cerfs sika en liberté ! Cause principale : les échappés d’enclos de chasse… Mais aussi, une volonté locale de « gestion cynégétique » des populations… 

En raison des risques d’hybridation avec le cerf élaphe, après des décennies de laxisme à l’égard du monde de la chasse, il y a depuis peu une volonté politique d’éradiquer les cerfs sika partout en France : son introduction dans le milieu naturel a été suspendue en 2010, puis interdite par l’arrêté du 14 février 2018. Au sein des enclos de chasse, l’interdiction ne date que du 1er janvier 2021.

Des sika maintenus en liberté par des chasseurs

Toujours d’après l’inventaire de 2018, il apparaît que certains gestionnaires de chasse ont délibérément choisi de maintenir, voire d’augmenter des populations de cerfs sika dans certains territoires, ce qui en dit long sur le lobby des auto-proclamés « premiers écologistes de France » !

 

C’est le cas par exemple Sandricourt, dans l’Oise, à Ronquerolles dans le Val d’Oise, ou encore à Ferrières, en Seine-et-Marne. « Pour ces trois cas, il s’agit de populations installées avant les années 2000 et considérées localement comme une spécificité du territoire à maintenir », précisent les auteurs de l’enquête… Les cerfs sika dans la nature, une tradition à préserver ?!

 

Des populations d’élaphes et de sikas cohabitent en liberté depuis 40 ans…

L’enquête de l’OFB révèle par ailleurs qu’en 2018, cerfs sika et cerfs elaphe vivaient en « sympatrie » sur au moins 16 communes dans 9 départements : les Alpes-de-Haute-Provence (04), le Cher (18), l’Isère (38), la Loire-Atlantique (44), le Loiret (45), le Lot (46), la Sarthe (72), la Seine-et-Marne (77) et les Vosges (88).

carte-sika

La pollution génétique provoquée par les sikas sur les cerfs européens n’a pas encore été établie en France, tout simplement parce qu’à ce jour il n’y a jamais eu d’étude pour l’établir. Quand on ne cherche pas, on ne trouve pas !

Il est grand temps pour les autorités françaises de prendre des mesures plus radicales contre les activités cynégétiques qui posent problème pour les écosystèmes, en premier lieu la chasse en enclos. 

STOP à la chasse en enclos !

Cruauté, problèmes écologiques, risques sanitaires : l’ASPAS, qui a racheté fin 2019 l’enclos de Valfanjouse dans le Vercors pour y sauver les animaux, demande l’interdiction de la chasse derrière des grillages partout en France !

>> Signez la pétition    

* Office Français de la Biodiversité (OFB), revue Faune Sauvage n°326, premier semestre 2020

© Photo d’en-tête : Richard Holding

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]