Des cerfs sika en liberté en France, une réalité depuis 40 ans !

Des cerfs sika en liberté en France, une réalité depuis 40 ans !

Début avril, l’ASPAS a fait l’objet de critiques parfois virulentes de la part de chasseurs, suite à l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, dans le Vercors, un ancien enclos de chasse devenu propriété de l’association. Nous nous sommes expliqués sur la situation dans un article publié le 31 mars (à lire ici).

D’une extrême mauvaise foi, ces critiques sont pour le moins cocasses, lorsque l’on sait que l’ASPAS, qui fait tout pour sauver les animaux dont le destin était de finir en trophées, doit payer les pots cassés laissés par les anciens propriétaires, et que les évasions d’animaux exotiques d’enclos de chasse, notamment de cerfs sika, sont monnaie fréquente partout en France chaque année. De plus, certains chasseurs font tout pour maintenir ce « gibier » en liberté !

Des lâchers dans les années 70

Le cerf sika (Cervus nippon), espèce naturellement répartie en Asie, a été introduite en France dès le 19e siècle et surtout au cours du 20e siècle.

D’après des sources officielles*, des lâchers de cette espèce aujourd’hui considérée comme « exotique envahissante » ont eu lieu dans la nature en France au début des années 70, notamment dans la forêt de la Hardt (68), dans l’île de Porquerolles (83) et dans la forêt de Nesle-Ronquerolles (95).

Jusqu’en 2012, les populations de sika n’ont cessé d’augmenter un peu partout en France. Selon l’inventaire le plus récent (2018), 84 communes dans 19 départements de France étaient encore concernées par la présence de cerfs sika en liberté ! Cause principale : les échappés d’enclos de chasse… Mais aussi, une volonté locale de « gestion cynégétique » des populations… 

En raison des risques d’hybridation avec le cerf élaphe, après des décennies de laxisme à l’égard du monde de la chasse, il y a depuis peu une volonté politique d’éradiquer les cerfs sika partout en France : son introduction dans le milieu naturel a été suspendue en 2010, puis interdite par l’arrêté du 14 février 2018. Au sein des enclos de chasse, l’interdiction ne date que du 1er janvier 2021.

Des sika maintenus en liberté par des chasseurs

Toujours d’après l’inventaire de 2018, il apparaît que certains gestionnaires de chasse ont délibérément choisi de maintenir, voire d’augmenter des populations de cerfs sika dans certains territoires, ce qui en dit long sur le lobby des auto-proclamés « premiers écologistes de France » !

 

C’est le cas par exemple Sandricourt, dans l’Oise, à Ronquerolles dans le Val d’Oise, ou encore à Ferrières, en Seine-et-Marne. « Pour ces trois cas, il s’agit de populations installées avant les années 2000 et considérées localement comme une spécificité du territoire à maintenir », précisent les auteurs de l’enquête… Les cerfs sika dans la nature, une tradition à préserver ?!

 

Des populations d’élaphes et de sikas cohabitent en liberté depuis 40 ans…

L’enquête de l’OFB révèle par ailleurs qu’en 2018, cerfs sika et cerfs elaphe vivaient en « sympatrie » sur au moins 16 communes dans 9 départements : les Alpes-de-Haute-Provence (04), le Cher (18), l’Isère (38), la Loire-Atlantique (44), le Loiret (45), le Lot (46), la Sarthe (72), la Seine-et-Marne (77) et les Vosges (88).

carte-sika

La pollution génétique provoquée par les sikas sur les cerfs européens n’a pas encore été établie en France, tout simplement parce qu’à ce jour il n’y a jamais eu d’étude pour l’établir. Quand on ne cherche pas, on ne trouve pas !

Il est grand temps pour les autorités françaises de prendre des mesures plus radicales contre les activités cynégétiques qui posent problème pour les écosystèmes, en premier lieu la chasse en enclos. 

STOP à la chasse en enclos !

Cruauté, problèmes écologiques, risques sanitaires : l’ASPAS, qui a racheté fin 2019 l’enclos de Valfanjouse dans le Vercors pour y sauver les animaux, demande l’interdiction de la chasse derrière des grillages partout en France !

>> Signez la pétition    

* Office Français de la Biodiversité (OFB), revue Faune Sauvage n°326, premier semestre 2020

© Photo d’en-tête : Richard Holding

Dernières actualités

22.05.2024

Un loup dans un Parc national, quel scandale !

Près du village d’Altier en Lozère, en plein cœur du Parc national des Cévennes, la vidéo de ce qui semble être un loup poursuivi par une voiture sur une route de montagne est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, le 19 mai 2024. Comme à leur habitude, chasseurs, bergers et […]

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]