Braconnage : l’OFB renforce (légèrement…) sa présence sur le terrain

Braconnage : l’OFB renforce (légèrement…) sa présence sur le terrain

L’ASPAS alerte sur ce point depuis plusieurs semaines : depuis le début du confinement, les inspecteurs de l’environnement ne peuvent pas se rendre sur le terrain pour assurer de simples missions de surveillance (ce qui serait pourtant nécessaire pour dissuader les pollueurs ou les braconniers de passer à l’acte…).

Face à cette absence, et craignant que cela ne se traduise par une recrudescence des actes malveillants envers la faune sauvage, l’ASPAS a lancé une opération d’appel à témoin, en invitant tout un chacun à faire remonter à l’OFB toute activité suspicieuse liée au piégeage ou à la chasse, et à nous en faire part à l’adresse temoignage@aspas-nature.org.

Plusieurs dizaines de messages nous sont directement parvenus, des 4 coins de la France. Beaucoup ont entendu des coups de feu venus de la forêt, parfois dans des départements où aucune dérogation préfectorale n’a été autorisée (Deux-Sèvres et Morbihan). Dans d’autres départements, des photos de pièges à collet artisanaux nous ont été transmises (Yvelines, Jura). Ailleurs, ce sont des cages pièges, toujours actives (Drôme, Ardennes), ou avec des cadavres à l’intérieur… (Maine-et-Loire).

Évidemment, il ne s’agit là que d’un tout petit échantillon d’infractions, puisque les pièges sont la majorité du temps très bien dissimulés, et qu’en période de confinement, il est impossible de vérifier chaque recoin du territoire.

Côté OFB, qui est donc l’organisme né de la fusion entre l’ONCFS (Office National de la Chasse et le Faune Sauvage) et l’AFB (Agence Française de la Biodiversité), son directeur général évoque, depuis le début du confinement, plus de « 200 interventions exceptionnelles pour mettre fin à des situations d’urgence »… dont du braconnage. Dans un message vidéo daté du 17 avril à destination du tout son personnel, Pierre Dubreuil explique en effet que « de nombreuses atteintes à l’environnement et à la biodiversité nous sont remontées tous les jours »… Et d’annoncer à ses équipes, par conséquent, qu’il va « renforcer (leur) présence sur le terrain ». 

Voilà qui confirme ce que craignait l’ASPAS : l’absence de surveillance sur le terrain a profité aux destructeurs de la nature. Il a fallu 5 semaines avant que l’État ne réagisse… trop faiblement. Car selon M Dubreuil, « la règle reste le confinement. Les interventions ne seront que des exceptions dûment justifiées par l’urgence. »

Pour résumer : toujours pas de missions de simple surveillance, mais une augmentation du nombre d’interventions en cas de soupçons de pollution ou de braconnage.

Autant dire que la faune sauvage, qu’on annonce si paisible en ce moment du fait de l’absence des humains (ce qui n’est pas vraiment le cas, selon les espèces, puisque de nombreuses préfectures autorisent malgré tout des « destructions » de corvidés, de sangliers, de renards ou d’autres animaux jugés « nuisibles »… ), est toujours sous la menace de certains bipèdes en manque de massacre jusqu’au 11 mai. Et au-delà aussi, bien sûr, puisque dès le 15 mai, des arrêtés préfectoraux prévoient d’autoriser à nouveau le déterrage des blaireaux… Puis viendra la 1er juin, et l’ouverture de la chasse d’été…

Ne lâchons rien, et tâchons de rester vigilants !

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]