Victoire ! Les tirs de nuits de renards dans le Pas-de-Calais annulés

Victoire ! Les tirs de nuits de renards dans le Pas-de-Calais annulés

Le temps judiciaire n’est hélas pas celui de la chasse, et ne rendra pas la vie des centaines (milliers ?) de renards massacrés, mais la décision du 10 avril 2020 du Tribunal administratif de Lille fera date et nous donne beaucoup d’espoir pour la suite : les tirs de nuit de renards, autorisés par la Préfecture entre juillet 2017 et juin 2018, ont été jugés illégaux !

Attaqué par l’ASPAS, cet arrêté autorisait les lieutenants de louveterie à réaliser des opérations de « destruction » par tir de renards, de jour comme de nuit, jusqu’au 30 juin 2018, à l’aide de sources lumineuses et véhicules, sur le territoire de leur circonscription.

Alors que nous venons d’apprendre, en ce 16 avril 2020 dans une France toujours confinée, que les chasseurs du Pas-de-Calais ont dorénavant le droit d’utiliser leur heure de sortie quotidienne pour aller massacrer des renards (suite à l’intervention personnelle du président de la FNC Willy Schrean, dont ce département est le fief…), ce jugement devrait avoir une incidence positive sur les populations de renards sur ce territoire à l’avenir.

En effet, le juge a bien suivi nos arguments sur le fond, notamment :

– sur la surpopulation alléguée de renards, le préfet n’apporte aucun élément :

« Si le préfet soutient que les renards seraient en surpopulation dans le département du Pas-de-Calais, il ne produit toutefois aucun élément à l’appui de ses allégations. En tout état de cause, cette circonstance, n’est pas, à elle seule, de nature à justifier la mise en œuvre de battues administratives. »

– sur les dégâts agricoles, les mesures ordonnées apparaissent disproportionnées :

« il ne ressort pas des pièces du dossier que les renards seraient à l’origine de dégâts dans les élevages avicoles d’une ampleur telle qu’elle rendrait nécessaire la possibilité ainsi offerte aux lieutenants de louveterie de procéder, pendant près d’un an, à des battues administratives en tous points du département et sans aucune limitation de temps ou de lieu. »

– sur l’atteinte alléguée aux espèces « gibier », le juge relève l’incohérence des décisions du préfet puisqu’il n’a, par ailleurs, pas interdit la chasse des espèces « gibier » soi-disant mises en danger par le renard :

« le préfet ne peut sérieusement soutenir que le renard menacerait de manière anormale, par sa prédation, certaines espèces de gibier, dont le lièvre et le faisan, alors même qu’il s’est abstenu de faire application de l’article R. 424-1 du code de l’environnement, lui permettant, notamment, d’interdire l’exercice de la chasse de ces espèces en vue de la reconstitution de leurs populations. »

– sur la santé publique, le juge retient les éléments scientifiques produits par l’ASPAS et démontrant l’inutilité voire la contre-productivité des abattages pour lutter contre l’échinococcose alvéolaire :

« l’association requérante a produit à l’instance une étude scientifique menée par l’Entente de Lutte Interdépartementale contre les Zoonoses (ELIZ), faisant état du fait que l’accroissement de la pression sur la population de renards n’en garantit pas une plus grande maitrise et tend davantage à augmenter la prévalence du virus de l’échinococcose alvéolaire au sein de cette espèce. Si le préfet fait valoir que cette étude doit être écartée des débats, dès lors qu’elle est rédigée en langue anglaise, il ressort toutefois des pièces du dossier que, d’une part, une partie de ce document a été traduite dans la requête et, d’autre part, ce document est la publication scientifique d’une expérience menée par l’ELIZ, dont la plaquette est produite à l’instance, faisant état du fait notamment qu’en dépit de la pression exercée, la régulation n’a pas entraîné une réduction visible des effectifs vulpins, mais a provoqué, en revanche, une augmentation de la prévalence. »

> Pour consulter l’intégralité du jugement, cliquez ici

15 Victoires contre les tirs de nuit de renards !

Ce nouveau jugement est une belle satisfaction pour l’ASPAS, qui accumule les victoires similaires depuis quelques années maintenant. Avant le Pas-de-Calais, la justice nous avait déjà donné raison dans la Somme, L’Oise, l’Eure, la Seine-Maritime, le Val d’Oise, la Seine-et-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, l’Aube, le Cher, les Ardennes… et la Haute-Saône.

On avance !

Dernières actualités

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]

26.03.2024

La préfète du Rhône veut autoriser le déterrage de blaireaux dès le 15 mai !

Sous la pression des chasseurs du département du Rhône, la préfecture entend autoriser une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux la saison prochaine, du 15 mai au 15 août 2025… Soyons nombreux à dire NON à ce projet d’arrêté en participant à la consultation publique jusqu’au 4 avril !  Le projet d’arrêté est […]

21.03.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Ce samedi 23 mars, c’est la Journée mondiale des ours ! L’occasion pour l’ASPAS de faire un focus sur l’ours brun et de rappeler nos actions en faveur du grand plantigrade en France. Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup […]