Victoire ! Les tirs de nuits de renards dans le Pas-de-Calais annulés

Victoire ! Les tirs de nuits de renards dans le Pas-de-Calais annulés

Le temps judiciaire n’est hélas pas celui de la chasse, et ne rendra pas la vie des centaines (milliers ?) de renards massacrés, mais la décision du 10 avril 2020 du Tribunal administratif de Lille fera date et nous donne beaucoup d’espoir pour la suite : les tirs de nuit de renards, autorisés par la Préfecture entre juillet 2017 et juin 2018, ont été jugés illégaux !

Attaqué par l’ASPAS, cet arrêté autorisait les lieutenants de louveterie à réaliser des opérations de « destruction » par tir de renards, de jour comme de nuit, jusqu’au 30 juin 2018, à l’aide de sources lumineuses et véhicules, sur le territoire de leur circonscription.

Alors que nous venons d’apprendre, en ce 16 avril 2020 dans une France toujours confinée, que les chasseurs du Pas-de-Calais ont dorénavant le droit d’utiliser leur heure de sortie quotidienne pour aller massacrer des renards (suite à l’intervention personnelle du président de la FNC Willy Schrean, dont ce département est le fief…), ce jugement devrait avoir une incidence positive sur les populations de renards sur ce territoire à l’avenir.

En effet, le juge a bien suivi nos arguments sur le fond, notamment :

– sur la surpopulation alléguée de renards, le préfet n’apporte aucun élément :

« Si le préfet soutient que les renards seraient en surpopulation dans le département du Pas-de-Calais, il ne produit toutefois aucun élément à l’appui de ses allégations. En tout état de cause, cette circonstance, n’est pas, à elle seule, de nature à justifier la mise en œuvre de battues administratives. »

– sur les dégâts agricoles, les mesures ordonnées apparaissent disproportionnées :

« il ne ressort pas des pièces du dossier que les renards seraient à l’origine de dégâts dans les élevages avicoles d’une ampleur telle qu’elle rendrait nécessaire la possibilité ainsi offerte aux lieutenants de louveterie de procéder, pendant près d’un an, à des battues administratives en tous points du département et sans aucune limitation de temps ou de lieu. »

– sur l’atteinte alléguée aux espèces « gibier », le juge relève l’incohérence des décisions du préfet puisqu’il n’a, par ailleurs, pas interdit la chasse des espèces « gibier » soi-disant mises en danger par le renard :

« le préfet ne peut sérieusement soutenir que le renard menacerait de manière anormale, par sa prédation, certaines espèces de gibier, dont le lièvre et le faisan, alors même qu’il s’est abstenu de faire application de l’article R. 424-1 du code de l’environnement, lui permettant, notamment, d’interdire l’exercice de la chasse de ces espèces en vue de la reconstitution de leurs populations. »

– sur la santé publique, le juge retient les éléments scientifiques produits par l’ASPAS et démontrant l’inutilité voire la contre-productivité des abattages pour lutter contre l’échinococcose alvéolaire :

« l’association requérante a produit à l’instance une étude scientifique menée par l’Entente de Lutte Interdépartementale contre les Zoonoses (ELIZ), faisant état du fait que l’accroissement de la pression sur la population de renards n’en garantit pas une plus grande maitrise et tend davantage à augmenter la prévalence du virus de l’échinococcose alvéolaire au sein de cette espèce. Si le préfet fait valoir que cette étude doit être écartée des débats, dès lors qu’elle est rédigée en langue anglaise, il ressort toutefois des pièces du dossier que, d’une part, une partie de ce document a été traduite dans la requête et, d’autre part, ce document est la publication scientifique d’une expérience menée par l’ELIZ, dont la plaquette est produite à l’instance, faisant état du fait notamment qu’en dépit de la pression exercée, la régulation n’a pas entraîné une réduction visible des effectifs vulpins, mais a provoqué, en revanche, une augmentation de la prévalence. »

> Pour consulter l’intégralité du jugement, cliquez ici

15 Victoires contre les tirs de nuit de renards !

Ce nouveau jugement est une belle satisfaction pour l’ASPAS, qui accumule les victoires similaires depuis quelques années maintenant. Avant le Pas-de-Calais, la justice nous avait déjà donné raison dans la Somme, L’Oise, l’Eure, la Seine-Maritime, le Val d’Oise, la Seine-et-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, l’Aube, le Cher, les Ardennes… et la Haute-Saône.

On avance !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]