Alerte sur les destructions de la faune en période de confinement – Lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alerte sur les destructions de la faune en période de confinement – Lettre ouverte à Emmanuel Macron

Communiqué de presse

Depuis le début du confinement, un flou général entoure les activités de chasse et de piégeage en France. Entre interdictions et dérogations selon les départements, pas facile de s’y retrouver, d’autant qu’aucune consigne nationale officielle n’a été diffusée.

Plus grave encore : les inspecteurs de l’environnement de l’Office Français de la Biodiversité ont reçu ordre de respecter le confinement, et n’ont donc pas pu effectuer de veille sur le terrain. Ainsi, comme nous le redoutions, de nombreux cas de braconnage et de piégeage illégal nous ont été signalés.

Face à une situation de plus en plus préoccupante, avec des arrêtés de dérogation chaque jour de plus en plus nombreux, l’ASPAS a donc décidé, avec 11 autres associations animalistes*, d’interpeller directement le Président de la République au travers d’une lettre ouverte.

Nos associations demandent notamment :

  • à ce que soit adoptée une décision encadrant sans équivoque les activités de chasse et de destruction de manière homogène sur l’ensemble du territoire, et selon des préconisations scientifiques, à l’instar de l’ensemble des décisions adoptées par le gouvernement depuis que l’état d’urgence sanitaire a été décrété.
  • qu’à l’issue de cet épisode sanitaire, un état des lieux précis et régulier soit réalisé quant au nombre exact de dérogations et autorisations individuelles d’intervention délivrées dans chaque département, quant aux dégâts ayant justifié ces autorisations (nature et ampleur), et quant aux animaux abattus (nombre et espèce).
  • que des moyens de protection soient rapidement distribués aux inspecteurs de l’environnement de l’Office français de la biodiversité afin que ceux-ci puissent exercer leur activité de contrôle sur le terrain dans les meilleurs délais. Leur simple présence sur le territoire aura un effet dissuasif non négligeable.

Nous rappelons également que les activités liées aux soins délivrés aux animaux sauvages sont très largement suspendues, tout comme les activités liées aux études et à la connaissance de la nature. Pour des motifs sanitaires et éthiques, cette situation est incompréhensible pour les citoyens que nous représentons.

Nous alertons enfin sur l’après confinement, puisque de nombreux arrêtés préfectoraux autorisent d’ores et déjà la vénerie sous terre du blaireau dès le 15 mai… Peut-on sérieusement envisager que soit pratiquée cette chasse collective au moment où la plus grande vigilance sanitaire devra être observée ?

De plus, aucune décision gouvernementale ne remet pour l’instant en question l’ouverture de la chasse à tir au 1er juin, ce qui est particulièrement inquiétant quand on peut penser qu’après 2 mois de confinement, les Français souhaiteront certainement massivement se ressourcer dans la nature…

Lire notre lettre ouverte au Président de la République

* Les associations co-signataires :

Animal Cross, Anymal, Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), AVES France, Blaireau & Sauvage, Convention Vie et Nature (CVN), Convergence Animaux Politique (CAP), Crow Life, Fondation Brigitte Bardot, Mélès, One Voice, RAssemblement pour une France sans Chasse.
Une lettre soutenue également par l’Alliance des Opposants à la Chasse (AOC), la Fondation 30 millions d’amis et l’association Animalia.

 

Dernières actualités

14.06.2024

Pour « L’agriculteur normand », la voiture est « un prédateur du blaireau »…

Humour de très mauvais goût ou incitation implicite au braconnage ?… Relayant la frustration des chasseurs de l’Eure, privés de déterrage de blaireaux ce printemps suite à une récente victoire en justice des associations, le journal L’Agriculteur normand peut sembler encourager à demi-mot, dans un article daté du 12 juin 2024, la destruction de ces […]

11.06.2024

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa plateforme baptisée « Goupil score », lancée […]

07.06.2024

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté d’action, l’ASPAS se gardera bien […]

06.06.2024

Crise agricole et biodiversité : non à la loi qui facilitera la destruction d’espèces protégées !

L’ASPAS est co-signataire de la pétition interassociative initiée par Animal Cross pour demander au gouvernement de revoir l’article 13 du projet de loi sur l’orientation agricole : en l’état, le texte prévoit une dépénalisation de l’atteinte aux espèces protégées, ce qui constituerait une atteinte gravissime à la protection de la nature avec un retour en […]

29.05.2024

Agissons contre la chasse d’été !

Comme si la chasse en automne et en hiver ne suffisait pas, une majorité de préfectures autorise aussi la chasse d’été, et ce à partir du 1er juin ! Les animaux à subir ces nouveaux assauts sont principalement les sangliers, les chevreuils (surtout les mâles qui font de beaux trophées), et les renards… Les renards […]