2,6 milliards de confinés pour quelques tueurs de corvidés…

2,6 milliards de confinés pour quelques tueurs de corvidés…

Alors que l’ASPAS avait dénoncé, le 18 mars dernier, le traitement de faveur accordé aux chasseurs, exemptés de confinement, puis s’était réjouie du revirement du gouvernement logeant tout le monde à la même enseigne (lire ici), il nous a été transmis l’information selon laquelle l’abattage de corneilles noires et de corbeaux freux demeurait toujours possible, jusqu’à nouvel ordre, dans le département du Jura !

Corneille noire (© Pixabay)

L’arrêté adopté le 20 mars (télécharger le PDF), s’il confirme l’interdiction de la chasse au sanglier et les activités de piégeage, précise en revanche les modalités de dérogation pour la « destruction » de ces deux espèces de corvidés : un seul tireur ou piégeur par véhicule et près de 160 exploitations agricoles concernées !

Plutôt que de concentrer ses efforts sur l’urgence sanitaire nationale et la protection de la population contre la propagation du COVID-19, la préfecture du Jura considère l’abattage de ces oiseaux, en pleine période de reproduction, comme une nécessité de première importance… Or de nombreuses méthodes d’effarouchement, permettant d’épargner la vie des oiseaux, existent depuis fort longtemps et ont largement prouvé leur efficacité, contrairement aux abattages… De plus, depuis la parution du dernier rapport de l’IPBES alertant sur un appauvrissement dramatique de la biodiversité mondiale, la sagesse n’est clairement pas à chercher du côté de la la destruction, mais bien la protection de la nature.

Alors que cette période de confinement exceptionnel invite à réfléchir sur les conséquences de nos actes à l’égard de la faune sauvage, le préfet Richard Vignon envoie un très mauvais signal aux Français, dont des dizaines de millions sont actuellement privés d’accès à la nature, en ce qu’ils respectent les consignes nationales de lutte contre la propagation du coronavirus.

L’ASPAS rejoint l’association Crow Life pour demander l’abrogation immédiate de cet arrêté, et demande à M. le Préfet du Jura d’appliquer la loi qui prévaut sur tout le territoire national : pas de chasse ni de piégeage en période de confinement !

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]