NUISIBLES : Annulation du classement 2008-2009 pour la Haute-Loire

NUISIBLES : Annulation du classement 2008-2009 pour la Haute-Loire

Le Tribunal Administratif de Clermont-Ferrand a annulé (jugement n°0801231 du 24 septembre 2009) l’arrêté du 20 mai 2008 du Préfet de la Haute-Loire en ce qu’il classe parmi les nuisibles la martre, le putois, la fouine, le renard, le corbeau freux, la corneille noire et la pie bavarde en considérant que :

“Que par l’arrêté contesté, le préfet de la Haute-Loire a prorogé jusqu’au 10 juin 2009, la période  de destruction par le tir au fusil du corbeau freux, de la pie bavarde et de la corneille noire afin de prévenir les dégâts ans les cultures, aux couvées d’oiseaux domestiques, et de gibier et de protéger les nichées d’oiseaux ; qu’ainsi, il ne ressort pas des pièces du dossier, comme le soutien l’ASPAS, que le préfet de la Haute-Loire aurait justifié que cette prorogation, qui déroge à la date du 31 mars fixée par l’article R.427-21 du code de l’environnement, tenait compte des particularités de la situation locale au regard des intérêts mentionnés à l’article R.427-7 du même code ; que, par suite, en omettant de motiver sa décision sur ce point, le préfet de la Haute-Loire a méconnu les dispositions de l’article R.4277-2 du code de l’environnement ; »

En ce qui concerne la pie bavarde, la corneille noire et le corbeau freux :

Qu’en vertu de l’article 9 de la directive du 2 avril 1979, les Etats membres peuvent déroger aux dispositions des articles 5 à 8, qui instaurent un système de conservation des oiseaux sauvages, à la condition qu’il n’existe pas une autre solution satisfaisante, pour des motifs tirés de l’intérêt de la santé et de la sécurité publique, de l’intérêt de la sécurité aérienne, de la prévention des dommages important aux cultures, au bétail, aux forêts, aux pêcheries et aux eaux ou de la protection de la flore et de la faune ;

Qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que le préfet de la Haute-Loire ait recherché des méthodes alternatives à la destruction par tir de la corneille noire, du corbeau freux et de la pie bavarde ; que l’application de la législation nationale permettant la destruction e oiseaux classés comme nuisibles en cas d’atteinte à des intérêts protégés, ne peut en elle même satisfaire à l’obligation d’examiner l’application d’une autre solution satisfaisante ; qu’il suit de là, qu’en classant dans la liste des espèces nuisibles ces espèces d’oiseaux sans avoir préalablement mis en œuvre ou étudié des solutions alternatives, le préfet a méconnu les dispositions de l’article 9 de la directive européenne du 2 avril  1979 ;

En ce qui concerne la martre et le putois :

Qu’en vertu de l’article 16 de la directive européenne du 31 mai 1992, les Etats membres peuvent déroger aux dispositions des article 12 à 15 de la directive, qui instaurent un système de protection stricte des espèces animales énumérées à l’annexe IV point a) et de celles figurant à l’annexe V point a) à la condition qu’il n’existe pas une autre solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations des espèces concernées dans leur aire de répartition naturelle ;

Que la martre et le putois figurent à l’annexe V point a) fixant les liste des espèces animales et végétales d’intérêt communautaire dont le prélèvement dans la nature et l’exploitation sont susceptible de faire l’objet de mesures de gestion, qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que le préfet de la Haute-Loire ait recherché des méthodes a alternatives au piégeage de ces espèces de mammifères ; qu’il suit de là qu’en classant dans la liste des espèces nuisibles la martre et le putois sans avoir préalablement mis en œuvre ou étudié des solutions alternatives, le préfet a méconnu les dispositions de l’article 16 de la directive européenne du 21 mai 1992 ;

En ce qui concerne la fouine :

Que le préfet de la Haute-Loire fait valoir que cette espèce, dont la population est stable, est présente autour des habitation et cause quelques dégâts notamment aux volailles ; que pour étayer ses affirmations, il est seulement fait état d’un prélèvement réalisé par la chasse et par le piégeage de 82 fouines en 2007 ; qu’ainsi, il n’existe aucun relevé ou aucune étude détaillée concernant ces mammifères ; que, par suite, il ne ressort d’aucune pièce du dossier permettant de regarder le nombre d’animaux concernés comme étant présent de façon significative dans le département ; qu’en outre, il n’est pas établi que la fouine aurait causé des dégâts aux activités agricoles ; que, par suite, et même si l’espèce n’est classé comme nuisible que dans un rayon de 200m autour des habitations, des bâtiments agricoles et de certains lieux sensibles, le préfet de la Haute-Loire n’a pas fait une exacte appréciation de la situation locale en classant la fouine , comme mammifère nuisible ; »

 En ce qui concerne le renard :

Que si le renard est porteur de maladies comme l’échinococcose alvéolaire et la trichnine qui sont transmissibles à l’homme, le préfet ne verse aucun élément au dossier permettant d’établir que la présence du renard dans le département de la Haute-Loire est susceptible de porter atteinte aux intérêts protégés par les dispositions de l’article R.427-7 du code de l’environnement ; que notamment, il ne produit aucune étude ni aucune enquête relatives à la propagation de cette maladie ; qu’en outre, il n’est pas contesté que l’échinococcose alvéolaire, maladie susceptible d’être portée par plusieurs espèces animales, n’a fait l’objet d’aucun signalement dans le département de la Haute-Loire, qu’il s’ensuit que le préfet n’a pu légalement estimer que le renard était une espèce animale nuisible au regard de l’intérêt général de santé publique au sens des dispositions précitées ;

 Télécharger le jugement complet (962)

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]