Valérie Pécresse : 57 500 € d’argent public pour financer les “cocottes” des chasseurs !

Valérie Pécresse : 57 500 € d’argent public pour financer les “cocottes” des chasseurs !

« Au titre de la Stratégie régionale pour la biodiversité », le Conseil régional « décide de participer au financement de l’opération concernant le renforcement des populations de faisans communs et poules faisanes en faveur de la Fédération régionale des chasseurs d’Île-de-France ».

En résumé : la « bonne action écologique » revendiquée par la Région et sa présidente (LR) Valérie Pécresse pour la reconquête de la biodiversité, est l’utilisation de 57 500 euros d’argent public pour financer l’achat et la réintroduction d’oiseaux d’origine exotique, souvent élevés dans des conditions déplorables, qui seront (du moins la minorité qui parviendra à survivre aux conditions de vie sauvage) pour beaucoup dégommés par les chasseurs dans un futur proche.

Ces quelque 5 000 faisans seraient en effet réintroduits dans le cadre de Groupements d’Intérêts Cynégétiques (GIC), des zones où sont coordonnées, selon la définition donnée par le site de l’ONCFS, « des actions en faveur d’une espèce (…) dont il convient de restaurer les effectifs pour permettre des prélèvements futurs. » ! Permettre des prélèvements futurs… En d’autres termes : on lâche pendant la période d’interdiction, on attend que les populations se redynamisent (en zigouillant au passage à l’aide de tirs ou de pièges des renards*, fouines et autres prédateurs…) puis on en tue, pour le plaisir. Avec de l’argent public, répétons-le !

* A noter que deux départements d’Île-de-France (Seine-et-Marne et Val d’Oise) ont autorisé les tirs de nuit de renards en 2019, dans le but de protéger le petit gibier des chasseurs… 

Gibier d’élevage : de la cage au carnage

Chaque année, en France, les chasseurs lâchent 20 millions d’animaux d’élevage dans la nature, dans le seul but de les plomber, parfois quelques heures seulement après les avoir libérés (voir notre enquête). Les conditions d’élevage de ces animaux sont particulièrement atroces : les poussins sont placés en forte densité au sol dans des bâtiments clos, sans végétation. Pour éviter qu’ils s’entretuent, on les laisse dans le noir complet, ou on leur met des couvre-bec en plastique. Quant au repeuplement prôné par ces gens armés qui se revendiquent « 1ers écologistes de France », le but ultime est toujours de pouvoir procéder à des « prélèvements » à court ou à moyen terme, bref à entretenir dans la durée leur macabre loisir…

> Voir notre enquête

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]