Valérie Pécresse : 57 500 € d’argent public pour financer les “cocottes” des chasseurs !

Valérie Pécresse : 57 500 € d’argent public pour financer les “cocottes” des chasseurs !

« Au titre de la Stratégie régionale pour la biodiversité », le Conseil régional « décide de participer au financement de l’opération concernant le renforcement des populations de faisans communs et poules faisanes en faveur de la Fédération régionale des chasseurs d’Île-de-France ».

En résumé : la « bonne action écologique » revendiquée par la Région et sa présidente (LR) Valérie Pécresse pour la reconquête de la biodiversité, est l’utilisation de 57 500 euros d’argent public pour financer l’achat et la réintroduction d’oiseaux d’origine exotique, souvent élevés dans des conditions déplorables, qui seront (du moins la minorité qui parviendra à survivre aux conditions de vie sauvage) pour beaucoup dégommés par les chasseurs dans un futur proche.

Ces quelque 5 000 faisans seraient en effet réintroduits dans le cadre de Groupements d’Intérêts Cynégétiques (GIC), des zones où sont coordonnées, selon la définition donnée par le site de l’ONCFS, « des actions en faveur d’une espèce (…) dont il convient de restaurer les effectifs pour permettre des prélèvements futurs. » ! Permettre des prélèvements futurs… En d’autres termes : on lâche pendant la période d’interdiction, on attend que les populations se redynamisent (en zigouillant au passage à l’aide de tirs ou de pièges des renards*, fouines et autres prédateurs…) puis on en tue, pour le plaisir. Avec de l’argent public, répétons-le !

* A noter que deux départements d’Île-de-France (Seine-et-Marne et Val d’Oise) ont autorisé les tirs de nuit de renards en 2019, dans le but de protéger le petit gibier des chasseurs… 

Gibier d’élevage : de la cage au carnage

Chaque année, en France, les chasseurs lâchent 20 millions d’animaux d’élevage dans la nature, dans le seul but de les plomber, parfois quelques heures seulement après les avoir libérés (voir notre enquête). Les conditions d’élevage de ces animaux sont particulièrement atroces : les poussins sont placés en forte densité au sol dans des bâtiments clos, sans végétation. Pour éviter qu’ils s’entretuent, on les laisse dans le noir complet, ou on leur met des couvre-bec en plastique. Quant au repeuplement prôné par ces gens armés qui se revendiquent « 1ers écologistes de France », le but ultime est toujours de pouvoir procéder à des « prélèvements » à court ou à moyen terme, bref à entretenir dans la durée leur macabre loisir…

> Voir notre enquête

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]