Valérie Pécresse : 57 500 € d’argent public pour financer les “cocottes” des chasseurs !

Valérie Pécresse : 57 500 € d’argent public pour financer les “cocottes” des chasseurs !

« Au titre de la Stratégie régionale pour la biodiversité », le Conseil régional « décide de participer au financement de l’opération concernant le renforcement des populations de faisans communs et poules faisanes en faveur de la Fédération régionale des chasseurs d’Île-de-France ».

En résumé : la « bonne action écologique » revendiquée par la Région et sa présidente (LR) Valérie Pécresse pour la reconquête de la biodiversité, est l’utilisation de 57 500 euros d’argent public pour financer l’achat et la réintroduction d’oiseaux d’origine exotique, souvent élevés dans des conditions déplorables, qui seront (du moins la minorité qui parviendra à survivre aux conditions de vie sauvage) pour beaucoup dégommés par les chasseurs dans un futur proche.

Ces quelque 5 000 faisans seraient en effet réintroduits dans le cadre de Groupements d’Intérêts Cynégétiques (GIC), des zones où sont coordonnées, selon la définition donnée par le site de l’ONCFS, « des actions en faveur d’une espèce (…) dont il convient de restaurer les effectifs pour permettre des prélèvements futurs. » ! Permettre des prélèvements futurs… En d’autres termes : on lâche pendant la période d’interdiction, on attend que les populations se redynamisent (en zigouillant au passage à l’aide de tirs ou de pièges des renards*, fouines et autres prédateurs…) puis on en tue, pour le plaisir. Avec de l’argent public, répétons-le !

* A noter que deux départements d’Île-de-France (Seine-et-Marne et Val d’Oise) ont autorisé les tirs de nuit de renards en 2019, dans le but de protéger le petit gibier des chasseurs… 

Gibier d’élevage : de la cage au carnage

Chaque année, en France, les chasseurs lâchent 20 millions d’animaux d’élevage dans la nature, dans le seul but de les plomber, parfois quelques heures seulement après les avoir libérés (voir notre enquête). Les conditions d’élevage de ces animaux sont particulièrement atroces : les poussins sont placés en forte densité au sol dans des bâtiments clos, sans végétation. Pour éviter qu’ils s’entretuent, on les laisse dans le noir complet, ou on leur met des couvre-bec en plastique. Quant au repeuplement prôné par ces gens armés qui se revendiquent « 1ers écologistes de France », le but ultime est toujours de pouvoir procéder à des « prélèvements » à court ou à moyen terme, bref à entretenir dans la durée leur macabre loisir…

> Voir notre enquête

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]