URGENT : Exprimez-vous contre le classement « nuisible » du pigeon ramier en Ardèche

URGENT : Exprimez-vous contre le classement « nuisible » du pigeon ramier en Ardèche

Le Préfet de l’Ardèche consulte le public sur les projets d’arrêtés suivants :

1/ Projet d’arrêté préfectoral ajoutant le pigeon ramier à la liste des animaux classés « nuisibles » dans le département de l’Ardèche jusqu’au 30 juin 2017. Le classement du pigeon ramier en « nuisible » permettrait de le chasser du 21 février au 31 mars 2017 et du 1er avril au 30 juin 2017.

2/ Projet d’arrêté préfectoral interdisant le tir du pigeon ramier au col de l’Escrinet.

Les projets d’arrêtés ci-dessus décrits ainsi que leur note de présentation sont consultables avec le lien suivant  ICI

Vous pouvez participer en envoyant votre avis par courriel à l’adresse suivante :

ddt-consultation-environnementale-public@ardeche.gouv.fr

La consultation est ouverte jusqu’au 18 janvier 2017 inclus.

La position de l’ASPAS est la suivante.

Nous dénonçons l’inscription du pigeon ramier comme « nuisible » à la seule fin de chasser des oiseaux migrateurs en route pour leur lieu de nidification. De nombreux recours devant les tribunaux ont prouvé à plusieurs reprises qu’autoriser la chasse au pigeon ramier à cette période était… illégal !

pigeon-ramier-BlackbournUn classement « nuisible » illégal
Dans sa note de présentation, censée motiver le projet d’arrêté, le préfet ne démontre pas par des éléments factuels circonstanciés que cet oiseau causerait des dommages importants aux activités agricoles. Des solutions alternatives devraient en outre être mises en place et testées au préalable, en application de la Directive « Oiseaux ».

Fin novembre, l’ASPAS, avec la LPO, la FRAPNA et FNE, avaient pris le soin d’interroger le préfet sur l’importance de ces dommages et demandé leurs justificatifs. Leur demande est restée lettre  morte.

Une décision qui répond au lobby de la chasse
En octobre dernier, lors de la réunion de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage, la demande de classement en « nuisible » du pigeon ramier a été portée par la Fédération départementale des Chasseurs.

Une étude rapide de différents sites internet en lien avec le monde de la chasse démontre en effet une recherche désespérée de dégâts sur les cultures et une nécessité évidente de dénicher des exemples pour permettre au préfet de justifier et d’argumenter a posteriori la réouverture de la chasse printanière qui serait en réalité une violation de la directive Oiseaux qui interdit la chasse des oiseaux pendant leur période de migration vers leurs lieux de nidification.

Un risque pour la sécurité publique
Autoriser le tir du pigeon ramier au printemps, et jusqu’à fin juin, période propice à la randonnée et autres sorties en pleine nature, va à l’encontre des principes élémentaires de sécurité et d’une cohabitation sereine entre les chasseurs et les autres personnes fréquentant la nature (randonneurs, observateurs de la nature,…).

Le col de l’Escrinet épargné, mais à quel prix ?
Le préfet de l’Ardèche a décidé d’exclure le col de l’Escrinet de la zone de tir de ladite espèce. En effet, cette zone a une histoire lourde de tensions entre chasseurs et protecteurs de la nature.

Si cette décision est saluée par les associations de protection de la nature, elle n’enlève en rien l’absence de justification de son classement « nuisible » qui conduit à permettre la chasse de cette espèce en période de migration. L’exclure revient même à reconnaître l’absence de dégâts causés par le pigeon ramier sur les cultures.

Il est en outre absurde d’interdire le tir du pigeon ramier uniquement sur ce col alors que sa zone de migration est bien plus vaste.

Par cette décision, le préfet tente de faire accepter l’inacceptable : la chasse du pigeon ramier en pleine migration.

Vous pouvez exprimer votre opinion en adaptant avec vos propres mots l’avis de l’ASPAS. Un avis personnalisé aura en effet plus de poids que plusieurs réponses à la consultation reprenant le même modèle, au mot près.

L’équipe de l’ASPAS

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]