RENARD : Annulation des tirs de nuit 2015 pour l’Eure

RENARD : Annulation des tirs de nuit 2015 pour l’Eure

Le Tribunal administratif de Rouen annule, dans son jugement n°1501692 du 20 juin 2017, l’arrêté du préfet de l’Eure autorisant les lieutenants de louveterie à réaliser des tirs de nuit du renard sur tout le département pendant 3 mois, en considérant que :

« 5. Considérant, en premier lieu, qu’aux termes de l’article L. 120-1 du code de l’environnement, dans sa rédaction issue de la loi du 27 décembre 2012 entrée en vigueur le 1er janvier 2013 : « I.-Le présent article définit les conditions et limites dans lesquelles le principe de participation du public, prévu à l’article 7 de la Charte de l’environnement, est applicable aux décisions, autres que les décisions individuelles, des autorités de l’Etat, y compris les autorités administratives indépendantes, et de ses établissements publics ayant une incidence sur l’environnement lorsque celles-ci ne sont pas soumises, par les dispositions législatives qui leur sont applicables, à une procédure particulière organisant la participation du public à leur élaboration. II. Sous réserve des dispositions de l’article L. 120-2, le projet d’une décision mentionnée au I, accompagné d’une note de présentation précisant notamment le contexte et les objectifs de ce projet, est mis à disposition du public par voie électronique et, sur demande présentée dans des conditions prévues par décret, mis en consultation sur support papier dans les préfectures et les sous-préfectures/(…)/ Les observations du public, déposées par voie électronique ou postale, doivent parvenir à l’autorité administrative concernée dans un délai qui ne peut être inférieur à vingt et un jours à compter de la mise à disposition prévue au même premier alinéa. (…) Le projet de décision ne peut être définitivement adopté avant l’expiration d’un délai permettant la prise en considération des observations déposées par le public et la rédaction d’une synthèse de ces observations. Sauf en cas d’absence d’observations, ce délai ne peut être inférieur à quatre jours à compter de la date de la clôture de la consultation /(…) / III.-Le II ne s’applique pas lorsque l’urgence justifiée par la protection de l’environnement, de la santé publique ou de l’ordre public ne permet pas l’organisation d’une procédure de participation du public (..). Les délais prévus au même II peuvent être réduits lorsque cette urgence, sans rendre impossible la participation du public, le justifie (…) » ; que l’association requérante soutient que l’arrêté est entaché d’un vice de procédure dès lors que la consultation préalable du public, prévue par les dispositions susmentionnées de l’article L. 120-1 du code de l’environnement, n’a pas été mise en oeuvre ; que le préfet de l’Eure fait valoir que la consultation du public doit être regardée comme ayant été effectuée avant l’adoption de l’arrêté du 2 avril 2015 contesté, dès lors que ce dernier est constitutif d’une autorisation individuelle prise en application de l’arrêté du 3 août 2012 pris pour l’application de l’article R. 427-6 du code de l’environnement fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées nuisibles, lequel a été mis en ligne, à l’état de projet, sur le site internet du ministère de l’écologie et du développement durable entre le 9 et le 24 juillet 2012 pour une durée de quatorze jours ; que, toutefois, ainsi qu’il a été dit au point 4 du présent jugement, l’arrêté du 2 avril 2015 contesté a été pris sur le fondement des dispositions de l’article L. 427-6 du code de l’environnement et non des dispositions de l’article R. 427-6 et de l’arrêté ministériel du 2 août 2012 pris pour son application ; que, dans ces conditions, l’association requérante est fondée à soutenir qu’aucune participation du public à l’élaboration de l’arrêté du 2 avril 2015 n’a été organisée, de sorte que les dispositions de l’article L. 120-1 du code de l’environnement ont été méconnues ;

6. Considérant, en second lieu, que l’association requérante soutient que l’arrêté contesté a été adopté en méconnaissance des dispositions de l’article L. 427-6 du code de l’environnement, dès lors que la nécessité d’organiser des chasses et battues pour permettre la destruction du renard n’est pas démontrée ; qu’elle fait valoir notamment que la prolifération excessive de l’espèce vulpine dans le département, ainsi que le risque éventuel de transmission de l’échinococcose, relevés dans l’arrêté, ne sont pas démontrés et justifient encore moins que des battues administratives soient autorisées à l’échelle de tout le département ; qu’en se bornant à soutenir que l’arrêté contesté n’a pas pour objet d’organiser des battues administratives, « mais d’autoriser un individu, habilité à le faire, à effectuer des opérations précises sur signalements d’exploitants agricoles », l’administration ne conteste pas sérieusement les argumentations ainsi formulées à l’encontre de celui-ci ; que, dans ces conditions, l’association est fondée à soutenir qu’à défaut de justifier de la nécessité d’organiser des battues, le préfet de l’Eure, en prenant l’arrêté contesté, a méconnu les dispositions précitées de l’article L. 427-6 du code de l’environnement ; »

Télécharger le jugement : Tirs nuit – Renard – Eure – 2015

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]