“Réforme nuisible” : pro-chasse et incohérente

“Réforme nuisible” : pro-chasse et incohérente

fouine-R.BlackbournDésormais, il y aura les «bons» nuisibles et les «mauvais» nuisibles : un vrai gag ! Derrière cette réforme absurde, voulue par les chasseurs, se cache la volonté d’empêcher les associations de protection de la nature de faire respecter le droit. Comme d’habitude, le lobby des chasseurs a exigé que l’Etat soit à sa botte : quand les lois ne leur plaisent pas, ils les changent en leur faveur.
Cette réforme a vu le jour par décret du 23 mars 2012, mais elle fait actuellement l’objet d’une consultation publique sur le site du ministère de l’Écologie et sera mise en application dans les jours prochains. Elle attribue désormais aux animaux dits « nuisibles » trois sortes de statuts.

 1) Les « étrangers » : par arrêté ministériel annuel, les ragondin, rat musqué, chien viverrin, vison d’Amérique et raton laveur sont classés sur l’ensemble du territoire national « espèces exogènes ». Cet acte prévoit leur éradication sans restriction ni de temps, ni de lieu, y compris dans les départements où leur présence n’a jamais été observée ! Est également concernée l’oie bernache du Canada qui, il y a peu, n’était même pas considérée comme chassable.

 2) Les « mauvais » nuisibles, prédateurs des espèces « gibier », donc compétiteurs directs des chasseurs : renard, fouine, martre, belette, putois, pie bavarde, corneille noire, corbeau freux, geai des chênes et étourneau sansonnet. Ces espèces seront classées département par département, mais dans un arrêté ministériel valable trois ans.

 Geai-F.Cahez3) Les « bons » nuisibles : Un troisième arrêté concerne les espèces qui , en termes économiques, sont responsables de plus de 80 % des dégâts : sanglier, lapin de garenne et pigeon ramier. Ces espèces, chéries par les chasseurs, continueront de dépendre d’arrêtés préfectoraux, après consultation de la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) largement dominée par… les chasseurs.

 La réforme des « nuisibles » est directement faite pour contrer les actions des associations, ASPAS en tête, qui gagnaient régulièrement leurs recours contre les arrêtés préfectoraux annuels donnant les listes de « nuisibles ». Désormais, ces recours associatifs seront empêchés pendant trois ans ! Cette réforme de la chasse n’a aucune justification scientifique, ni économique ou sanitaire.

 Si cette réforme ne tient pas compte des réalités biologiques et des aspirations écologiques des français, elle ne tient pas compte non plus des réalités de l’agriculture d’aujourd’hui. Abattre les renards pour « protéger » les faisans de tir lâchés juste avant les parties de chasse, coûte un lourd tribut aux agriculteurs, notamment ceux, de plus en plus nombreux, qui pratiquent le semi-direct (culture sans labour) ou ceux qui ont leur prairies dans les départements envahis par le campagnol des champs.

 Comme toutes les réformes du droit de la chasse qui se sont succédées à un rythme soutenu depuis 10 ans, celle-ci est rédigée par les chasseurs pour les chasseurs. Elle s’inscrit parfaitement dans la politique pro-chasse voulue par le dernier gouvernement et qui semble se poursuivre avec celui-ci.

 

Dernier articles de presse

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]