José Bové invite les éleveurs à tuer le loup

José Bové invite les éleveurs à tuer le loup

Le 17 juillet dernier, José Bové était en Lozère pour l’ouverture du festival de cinéma de Vébron (48). Il s’est exprimé sur le sujet très polémique de la présence du loup dans le département et a clairement dévoilé son opposition au loup en déclarant « Si le loup risque d’attaquer un troupeau, la meilleure façon de faire c’est de prendre le fusil et de tirer ! ».

L’Eurodéputé d’Europe Ecologie-Les Verts, estimant que le loup est une menace pour les éleveurs et qu’on ne devrait plus l’accepter au nom de la biodiversité, invite donc les éleveurs à enfreindre la loi en tirant sur le loup. Curieux pour un homme qui a finalement choisi de finir sa carrière dans la politique, donc de voter des lois, pour demander ensuite aux citoyens de ne pas les respecter. Il serait mieux inspiré de regarder de l’autre côté des frontières pour voir comment les éleveurs italiens ou espagnols cohabitent avec la grande faune.

En application de la Directive Habitat et de la Convention de Berne, le loup est aujourd’hui une espèce strictement protégée en France. Sa destruction illégale (et l’incitation à commettre un tel acte), telle que M. Bové la préconise, est une infraction pénale correctionnelle, punie de 15 000€ d’amende et d’un an d’emprisonnement. Les solutions de protection des troupeaux existantes s’avèrent toujours efficaces et permettent aujourd’hui d’envisager une cohabitation intelligente et durable entre les loups et les éleveurs. Le tir du loup a, le plus souvent, des effets inverses au résultat souhaité: il y a plus d’attaques après l’abattage d’un loup qu’avant. La seule solution est la protection des troupeaux. Elle seule garantit la pérennité du pastoralisme. Mais c’est moins populiste…

N’hésitez pas à signer la pétition « Sauvons les loups » 

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]