Pour M. Macron, “il n’y a pas de lobby chasse” !

Pour M. Macron, “il n’y a pas de lobby chasse” !

Pendant plus de 2 heures, le Président Emmanuel Macron a répondu ce vendredi 4 décembre aux questions des journalistes du média BRUT sur de nombreux sujets de société.

Dans la section “écologie”, le sujet de la chasse, de son lobby, et des “millions de chasseurs” ont été abordés pendant quelques minutes (écouter à partir de 1h54).

Morceaux choisis :

“La chasse est une activité qu’il faut encadrer, à laquelle il faut reconnaître sa place, y compris dans la préservation de la biodiversité et la structuration de notre ruralité, et donc j’assume totalement les mesures qui ont été prises.”

“On a fait une réforme du permis (qui était jusque là très injuste : ceux qui avaient le plus d’argent pouvaient chasser entre les différents départements), et à côté de ça on a dit aux aux chasseurs vous devez être responsabilisés.”

“On a enfin réussi à créer l’Office Français de la Biodiversité (…) On a rassemblé les équipes du Ministère de l’Ecologie, celles et ceux qui préservaient la biodiversité, et celles et ceux qui représentaient les chasseurs, c’est-à-dire des personnes qui ne se parlaient pas. On a réussi à mettre en place un système où chaque année il y a un dialogue entre experts, entre toutes ces sensibilités, pour parler des espèces et de la chasse. Et donc permettre de préserver notre biodiversité, pour avoir ce qu’on appelle (pardon pour le jargon) une gestion adaptative des espèces. Je pense que c’est intelligent de faire ça”

48h après le décès du jeune Morgan Keane devant sa maison, tué par un chasseur à Calvigac dans le Lot, il aurait été digne de la part du chef de l’Etat d’avoir une pensée pour sa famille et de remettre en cause l’insécurité liée à la chasse, mais non… La réforme MAJEURE et en PROFONDEUR de la chasse demandée depuis tant d’années par l’ASPAS ne semble pas encore avoir atterri sur la bureau d’un Emmanuel Macron qui, à l’entendre parler de chasseurs “acteurs de la biodiversité”, de “ruralité”, et de “gestion adaptative des espèces” n’a visiblement d’oreilles que pour la Fédération Nationale des Chasseurs, son président Willy Schraen et le lobbyste Thierry Coste…

Quoique ! Il y a UNE phrase qui, si on prend M. Macron au mot, pourrait s’avérer particulièrement révolutionnaire… Lisez bien :

“Les chasseurs, on veut lutter contre les pratiques qui ne sont pas conformes au bien-être animal, on veut réduire les pratiques qui objectivement choquent, et qui ne sont pas conformes au monde dans lequel on vit, et en même temps on veut reconnaître que les chasseurs sont des acteurs de la biodiversité et de la ruralité, ce qui est une réalité.”

Pas conformes au bien-être animal… Voyons voir, cela mettrait donc un terme à (liste non exhaustive) :

  • Le déterrage des renards, blaireaux, ragondins,
  • La chasse à courre (lire notre article),
  • La chasse sur des animaux en captivité (lire notre enquête),
  • Les élevages de gibier (lire notre enquête),
  • La chasse à la glu, aux pantes, à la matole,
  • Aux pièges tuants et non tuants,

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]