Ours et pastoralisme : une enquête exclusive de l’ASPAS

Ours et pastoralisme : une enquête exclusive de l’ASPAS

Dans son objectif de sauvegarde de l’ours, l’ASPAS, Association pour la protection des animaux sauvages, a organisé au cours de l’été 2019 des visites dans les estives des départements pyrénéens, dont l’Ariège (09).

Entre le 30 juin et le 8 octobre 2019, une quinzaine de personnes ont effectué 24 sorties dans des zones à ours sur les estives fréquentées par les troupeaux, afin de procéder à certaines observations sur le terrain. Objectif : témoigner des moyens de gardiennage de troupeaux mis en place par les éleveurs, et proposer des solutions concrètes pour améliorer la cohabitation entre l’ours et les éleveurs, dans le plus grand respect de la faune et de la flore.

Télécharger la synthèse (PDF)
 

Au long de ces visites, nous avons rencontré de nombreux pâtres exerçant une garde serrée profitable au troupeau, avec permanence auprès du troupeau et regroupement nocturne, présence de chiens de protection, et mise à l’écart éventuelle d’une brebis malade « pour l’ours ». Leur professionnalisme semble avoir porté ses fruits.

La garde serrée du troupeau et la présence des chiens de protection garantissent une diminution et une limitation des prédations. Cette sécurité acquise permet de relativiser la présence du prédateur qui devient un sujet d’étude, d’intérêt et même d’observation à distance.

Cependant, les groupements pastoraux devraient prévoir de mettre à disposition des pâtres les moyens de protection adaptés à l’estive et à l’effectif prévu du troupeau, en particulier concernant le nombre de chiens de protection, et les parcs. En effet, certains troupeaux sont pléthoriques sur des estives inadaptées à ces taux de chargement.

Voici ci-dessous quelques points clés qui ressortent de notre enquête :

  • aucune des estives visitées n’avait mis en place le triptyque « pâtre + chiens de protection en nombre suffisant + parc de regroupement fermé électrifié » au complet.
  • sur 10 des 24 estives visitées, il a été constaté que les bergers s’absentent pour des périodes variables allant jusqu’à plusieurs jours et plusieurs nuits, sans être remplacés, laissant le troupeau sans surveillance ni protection.
  • 11 estives sur 24 avaient des chiens de protection
  • seules 3 estives sur 24 disposent d’un parc de regroupement électrifié

Quant à la gestion des espaces naturels, il a été constaté :

  • nombreuses estives sur-pâturées, avec disparition de la flore naturelle et installation de plantes nitrophiles
  • une importante érosion des sols
  • une contamination de l’eau de ruissellement par les déjections du bétail
  • un recul de la faune terrestre naturelle (isards, marmottes)

Face aux problèmes rencontrés, l’ASPAS préconise, entre autres :

  • l’utilisation correcte de tous les moyens de protection, notamment en encourageant les groupements pastoraux à prévoir l’équipement de leur estive, en révisant les critères d’attribution des indemnisations Dégâts Ours, et en redirigeant les aides sur la revalorisation du salaire des pâtres
  • une amélioration de la qualité des chiens de protection (en perfectionnant la sélection, en proposant des formations Conditionner un chien de protection aux éleveurs, en proposant un test d’aptitude pour les chiens de protection avant leur montée en estive)
  • un plus grand respect du milieu naturel, de la faune sauvage et de la flore naturelle (en étudiant et limitant les taux de chargement des estives, en encourageant au déplacement périodique des parcs de soins, des parcs de regroupement, etc.)

> A lire aussi : 260 brebis tombées d’une falaise : pas de chien, pas de clôture, pas de berger…

 

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]