Safari-chasse dans le Ventoux : il y en a des centaines d’autres en France !

Safari-chasse dans le Ventoux : il y en a des centaines d’autres en France !

Une pétition qui a recueilli plus de 60 000 signatures en quelques jours, des articles de presse publiés sur les sites de BFM, RTL, La Depêche du Midi, Capital… Vous êtes très nombreux à vous indigner contre un “séjour chasse aux chamois” pour gens fortunés sur les versants du Mont Ventoux (Vaucluse), proposé par le tour-opérator Rollet Safaris et expéditions. Prix 3000 euros !

En réalité, des “safaris” de ce type, il y en a tous les jours, partout en France, à l’abri des regards. C’est l’une des révélations de notre enquête “Carnage derrière le grillage” dévoilée en septembre 2019 : on estime à environ 1300 le nombre de parcs et enclos de chasse privés, disséminés un peu partout dans le pays, où des chasseurs payent souvent le prix fort pour venir assouvir leur passion de tuer. La différence avec le safari du Ventoux est que ces animaux sont prisonniers derrière des grillages.

Chaque lieu a sa spécificité (parc d’entraînement de chiens, chasse au grand gibier, chasse à courre…), et selon la configuration (enclos hermétique ou non), la chasse peut s’y pratiquer toute l’année sur des animaux européens, mais aussi exotiques (cerfs Sika…). Et certains s’échappent : dans une enquête de 2012, l’ONCFS estime à 10% le nombre d’évadés en raison de clôtures mal entretenus et du manque de contrôles des services de l’Etat*…

Tous ces parcs d’attraction cynégétiques sont méconnus du grand public car les chasseurs (les bons, les mauvais, on ne sait pas trop !) n’en sont pas très fiers. Et le business est juteux… Au Domaine du Boulay, par exemple (dans le Cher), il faut débourser jusqu’à 1100 euros pour tuer le chevreuil, et 2200 euros pour le daim ! Et à Courtivon, en Côte d’Or, une chasse individuelle à l’approche peut coûter jusqu’à 3500 euros pour un mouflon avec des cornes de 85-89 cm. Ce ne sont que 3 exemples parmi des centaines… En France !

* Comme par hasard, depuis que l’ASPAS est devenue propriétaire d’un ancien enclos de chasse de 250 hectares pour y sauver les animaux détenus en captivité (une des moitiés de “Vercors Vie Sauvage”), les autorités nous ont à l’œil et nous font bien comprendre les risques que nous encourons si la clôture de l’enclos est endommagée et que des animaux s’en échappent… Les chasseurs, quant à eux, nous ont aussi proposé leur “expertise” de surveillance de la clôture – on se demande bien pourquoi !     

STOP à la chasse en enclos !

La chasse d’animaux prisonniers derrière des grillages est une pratique cruelle, non-éthique, écologiquement aberrante… et malgré tout légale en France.

SIGNEZ LA PÉTITION

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]