Non, l’ASPAS n’a pas appelé à perturber une battue aux renards !

Non, l’ASPAS n’a pas appelé à perturber une battue aux renards !

Nous découvrons ce jour, dans la presse, que l’ASPAS aurait appelé à perturber une battue aux renards dimanche 24 mai 2020 à La Sauvetat-du-Dropt, dans le Lot-et-Garonne.

Nos détracteurs (les chasseurs) ne cachent bien entendu pas leur joie, sachant que cette battue s’est terminée dans la mort d’au moins un renard, et que le cortège annoncé d’opposants munis de tambours et de casseroles s’est finalement résumé, selon le journal Sud Ouest, à une seule personne. Des contrôles renforcés de police ont, visiblement, empêché d’autres manifestants de se rendre sur place.

Non, l’ASPAS n’a pas appelé à perturber cette battue. Il s’agit d’une initiative d’un ou de plusieurs internautes sensibles à la cause des animaux sauvages, suite à la publication d’une photo de la pancarte sur Facebook.

A l’ASPAS, nous nous battons contre les violences infligées à la faune. Mais nous privilégions le combat légaliste et l’éveil des consciences pour sortir de l’obscurantisme cynégétique. C’est en ce sens que notre déléguée locale, Françoise, a rédigé une lettre pleine de bon sens et de courtoisie au maire de la commune, pour lui demander s’il était possible de faire annuler cette battue, compte-tenu des nombreux arguments scientifiques, éthiques et sanitaires qui plaident en faveur d’une protection des renards. A fortiori en période d’élevage des jeunes… C’est visiblement cette lettre qui, par le mystère du buzz sur les réseaux sociaux, a semé la confusion. Nous regrettons que certains journalistes n’aient pas vérifié leurs sources et contribué à relayer de fausses informations à l’égard de l’ASPAS.   

Ces erreurs sont du pain béni pour le lobby chasse, qui tente par tous les moyens de détourner l’attention des vrais problèmes, tout en essayant de jeter le discrédit sur les défenseurs des animaux et de la nature (on nous qualifie de « groupuscules animalistes extrémistes » !). Notre mouvement est pourtant celui incarné par un nombre grandissant de citoyens, conscients de l’inutilité de la chasse aux renards dans notre pays. C’est ainsi que plus de 324 000 personnes ont déjà signé la pétition « Renards, nuisibles vraiment ? », lancée à l’initiative des associations ASPAS, Anymal et One Voice.

Signez la pétition

Pour terminer, pour celles et ceux qui lisent ce communiqué et qui voudraient comprendre en quoi il est absurde de continuer à s’acharner sur des renards en 2020, voici la lettre adressée au maire de La Sauvetat-du-Dropt. Peut-être recevra-t-elle un écho différent auprès d’autres élus ? (à ce propos, découvrez également notre grande campagne en direction des maires)

Monsieur le Maire,

Déléguée départementale de l’ASPAS, j’ai l’honneur de vous interroger sur un fait qui vient d’être porté à ma connaissance : la battue organisée sur le territoire de votre commune dimanche (après-demain).

Je me permets de faire valoir auprès de vous divers arguments à l’encontre de l’autorisation que vous avez dû octroyer à la fédération des chasseurs. Indépendamment du fait que le Conseil d’Etat a, à de nombreuses reprises et en tous cas chaque fois qu’il en était saisi (pas sur l’arrêté du préfet de Lot et Garonne dont la teneur n’a pas été connue en temps utiles), annulé les arrêtés autorisant cette chasse que nous jugeons indigne, voici nos arguments :

Il est maintenant reconnu que les renards, loin d’être des animaux susceptibles d’occasionner des dégâts, sont bien au contraire un indispensable contributeur à la préservation non seulement de notre biodiversité, mais de nos cultures.

Le renard voit sa réhabilitation à l’œuvre… Beaucoup de communes ont maintenant interdit sa chasse en reconnaissance de son aide précieuse à nos agriculteurs.

Il ne s’agit plus d’épouser les thèses dépassées des chasseurs qui voient bien leur propre intérêt : continuer à tirer, blesser, tuer !

Les animaux ont une conscience, les scientifiques l’ont bien démontré et ils ont démontré également que c’est seulement la prédation naturelle qui peut maintenir un niveau acceptable d’équilibre écologique, mais qu’elle ne peut véritablement produire ses effets qu’à la condition que l’Homme n’intervienne pas.

Prenons l’exemple de certains pays comme le Luxembourg où la chasse est interdite depuis 2015 et où il n’a nullement été constaté une augmentation de la population des renards, tant il est vrai que les animaux s’autorégulent et adaptent leurs portées à leur territoire et à leur aire de nourrissage.

Les volailles ? On sait maintenant que les poules ne sont pas le mets favori des renards, mais bien sûr si un volatile passe sous son nez il est évident qu’il en profitera, surtout s’il est en période d’éducation de ses renardeaux. Les élevages ? Mais je suppose, j’espère, que ces volatiles sont rentrés le soir dans un enclos bien hermétique. On sait que les poules et les coqs dorment perchés, pas le renard qui n’est pas équipé pour grimper (Cf. “Le corbeau et le renard” !)

Je vis à la campagne dans un village très rural et nous avons sur ma propriété une vingtaine de poules et coqs qui se promènent toute la journée en liberté sur des terrains non clos, mais cependant nous les maintenons le soir dans un poulailler bien fermé. Je peux vous assurer que nous n’avons jamais subi de prédation du renard dont la présence a pourtant été avérée par le biais de pièges photographiques.

Je ne connais pas les arguments des chasseurs (je n’ose imaginer qu’ils mettent en avant les maladies telles que la gale ou l’échinococcose dont les études scientifiques ont bien démontré qu’elles ne justifiaient en rien de tels agissement), mais je ne doute pas que vous aurez à cœur d’interdire la battue de dimanche, d’autant que nous sommes en pleine période de printemps et donc de reproduction !! On ne tue pas des bébés…

Je compte sur vous pour interdire la battue envisagée dimanche.

Je vous remercie de prendre la présente en considération et vous remercie bien vivement de me tenir informée de la suite que vous serez en mesure d’apporter à ces agissements.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments distingués.

Françoise Roulliès
Déléguée départementale ASPAS

Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]

03.05.2024

Les chasseurs dans la rue pour défendre la barbarie du déterrage !

Ils veulent continuer à déterrer et à massacrer des familles entières de blaireaux, et ils entendent bien le faire savoir : détournant le véritable objet de la Journée mondiale des blaireaux – une grande action de sensibilisation lancée par l’ASPAS en 2022 pour dénoncer, justement, la cruauté de la vénerie sous terre, – la Fédération des […]