Non, l’ASPAS n’a pas appelé à perturber une battue aux renards !

Non, l’ASPAS n’a pas appelé à perturber une battue aux renards !

Nous découvrons ce jour, dans la presse, que l’ASPAS aurait appelé à perturber une battue aux renards dimanche 24 mai 2020 à La Sauvetat-du-Dropt, dans le Lot-et-Garonne.

Nos détracteurs (les chasseurs) ne cachent bien entendu pas leur joie, sachant que cette battue s’est terminée dans la mort d’au moins un renard, et que le cortège annoncé d’opposants munis de tambours et de casseroles s’est finalement résumé, selon le journal Sud Ouest, à une seule personne. Des contrôles renforcés de police ont, visiblement, empêché d’autres manifestants de se rendre sur place.

Non, l’ASPAS n’a pas appelé à perturber cette battue. Il s’agit d’une initiative d’un ou de plusieurs internautes sensibles à la cause des animaux sauvages, suite à la publication d’une photo de la pancarte sur Facebook.

A l’ASPAS, nous nous battons contre les violences infligées à la faune. Mais nous privilégions le combat légaliste et l’éveil des consciences pour sortir de l’obscurantisme cynégétique. C’est en ce sens que notre déléguée locale, Françoise, a rédigé une lettre pleine de bon sens et de courtoisie au maire de la commune, pour lui demander s’il était possible de faire annuler cette battue, compte-tenu des nombreux arguments scientifiques, éthiques et sanitaires qui plaident en faveur d’une protection des renards. A fortiori en période d’élevage des jeunes… C’est visiblement cette lettre qui, par le mystère du buzz sur les réseaux sociaux, a semé la confusion. Nous regrettons que certains journalistes n’aient pas vérifié leurs sources et contribué à relayer de fausses informations à l’égard de l’ASPAS.   

Ces erreurs sont du pain béni pour le lobby chasse, qui tente par tous les moyens de détourner l’attention des vrais problèmes, tout en essayant de jeter le discrédit sur les défenseurs des animaux et de la nature (on nous qualifie de « groupuscules animalistes extrémistes » !). Notre mouvement est pourtant celui incarné par un nombre grandissant de citoyens, conscients de l’inutilité de la chasse aux renards dans notre pays. C’est ainsi que plus de 324 000 personnes ont déjà signé la pétition « Renards, nuisibles vraiment ? », lancée à l’initiative des associations ASPAS, Anymal et One Voice.

Signez la pétition

Pour terminer, pour celles et ceux qui lisent ce communiqué et qui voudraient comprendre en quoi il est absurde de continuer à s’acharner sur des renards en 2020, voici la lettre adressée au maire de La Sauvetat-du-Dropt. Peut-être recevra-t-elle un écho différent auprès d’autres élus ? (à ce propos, découvrez également notre grande campagne en direction des maires)

Monsieur le Maire,

Déléguée départementale de l’ASPAS, j’ai l’honneur de vous interroger sur un fait qui vient d’être porté à ma connaissance : la battue organisée sur le territoire de votre commune dimanche (après-demain).

Je me permets de faire valoir auprès de vous divers arguments à l’encontre de l’autorisation que vous avez dû octroyer à la fédération des chasseurs. Indépendamment du fait que le Conseil d’Etat a, à de nombreuses reprises et en tous cas chaque fois qu’il en était saisi (pas sur l’arrêté du préfet de Lot et Garonne dont la teneur n’a pas été connue en temps utiles), annulé les arrêtés autorisant cette chasse que nous jugeons indigne, voici nos arguments :

Il est maintenant reconnu que les renards, loin d’être des animaux susceptibles d’occasionner des dégâts, sont bien au contraire un indispensable contributeur à la préservation non seulement de notre biodiversité, mais de nos cultures.

Le renard voit sa réhabilitation à l’œuvre… Beaucoup de communes ont maintenant interdit sa chasse en reconnaissance de son aide précieuse à nos agriculteurs.

Il ne s’agit plus d’épouser les thèses dépassées des chasseurs qui voient bien leur propre intérêt : continuer à tirer, blesser, tuer !

Les animaux ont une conscience, les scientifiques l’ont bien démontré et ils ont démontré également que c’est seulement la prédation naturelle qui peut maintenir un niveau acceptable d’équilibre écologique, mais qu’elle ne peut véritablement produire ses effets qu’à la condition que l’Homme n’intervienne pas.

Prenons l’exemple de certains pays comme le Luxembourg où la chasse est interdite depuis 2015 et où il n’a nullement été constaté une augmentation de la population des renards, tant il est vrai que les animaux s’autorégulent et adaptent leurs portées à leur territoire et à leur aire de nourrissage.

Les volailles ? On sait maintenant que les poules ne sont pas le mets favori des renards, mais bien sûr si un volatile passe sous son nez il est évident qu’il en profitera, surtout s’il est en période d’éducation de ses renardeaux. Les élevages ? Mais je suppose, j’espère, que ces volatiles sont rentrés le soir dans un enclos bien hermétique. On sait que les poules et les coqs dorment perchés, pas le renard qui n’est pas équipé pour grimper (Cf. “Le corbeau et le renard” !)

Je vis à la campagne dans un village très rural et nous avons sur ma propriété une vingtaine de poules et coqs qui se promènent toute la journée en liberté sur des terrains non clos, mais cependant nous les maintenons le soir dans un poulailler bien fermé. Je peux vous assurer que nous n’avons jamais subi de prédation du renard dont la présence a pourtant été avérée par le biais de pièges photographiques.

Je ne connais pas les arguments des chasseurs (je n’ose imaginer qu’ils mettent en avant les maladies telles que la gale ou l’échinococcose dont les études scientifiques ont bien démontré qu’elles ne justifiaient en rien de tels agissement), mais je ne doute pas que vous aurez à cœur d’interdire la battue de dimanche, d’autant que nous sommes en pleine période de printemps et donc de reproduction !! On ne tue pas des bébés…

Je compte sur vous pour interdire la battue envisagée dimanche.

Je vous remercie de prendre la présente en considération et vous remercie bien vivement de me tenir informée de la suite que vous serez en mesure d’apporter à ces agissements.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments distingués.

Françoise Roulliès
Déléguée départementale ASPAS

Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

30.11.2023

Justice pour le Vivant : en appel, les ONG demandent au juge d’obliger l’Etat à améliorer l’évaluation des risques des pesticides

Ce lundi 20 novembre, les ONG de Justice pour le Vivant ont transmis leurs arguments à la cour administrative d’appel de Paris dans leur mémoire complémentaire. Elles entendent prouver la nécessité de revoir la méthodologie de l’évaluation des risques des pesticides et obliger l’Etat à agir sur ce point afin de lutter efficacement contre l’effondrement […]

30.11.2023

“Vivre avec loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

27.11.2023

Rachetons une palombière pour créer un nouveau Havre de Vie Sauvage® !

Dans le Périgord, un couple d’adhérents ASPAS a le beau projet de faire de leur terrain de 12 hectares un Havre de Vie Sauvage, où la nature sera libre d’évoluer à sa guise pour au moins 99 ans, sans aucune intervention humaine (chasse, coupe de bois, cueillette). Pour que ce projet prenne tout son sens, […]

24.11.2023

Dites NON au projet anti-loup du gouvernement !

Jusqu’au 7 décembre, opposons-nous massivement à la politique de tirs de loup du gouvernement en participant aux deux consultations publiques ouvertes sur le site du ministère de la Transition écologique !   La première des consultations concerne le nouveau Plan national d’actions 2024-2029 sur le loup et les activités d’élevage. La seconde concerne le nouvel arrêté […]

16.11.2023

Les nichoirs en plastique des chasseurs financés avec l’éco-contribution…

Pour aider à lutter contre l’invasion des chenilles processionnaires dans les Hauts-de-France, la Fédération régionale des chasseurs distribue gratuitement 20 000 nichoirs pour mésanges. Une initiative louable, au premier abord… Sauf qu’en y regardant d’un plus près, on déchante vite : les nichoirs sont en partie financés par le contribuable (via le dispositif opaque de […]