NON à la diabolisation des “nuisibles” !  

NON à la diabolisation des “nuisibles” !  

URGENT ! Dites NON au massacre de millions d’animaux sauvages jusqu’en 2026 ! La consultation publique est ouverte jusqu’au 6 juillet 2023. Infos & arguments pour participer ICI

Pièges en X, pièges à œuf, collets, lacets, déterrage, battues de destruction… En France, comme si la chasse ne suffisait pas, certains animaux sauvages vus comme “nuisibles” sont légalement massacrés TOUTE L’ANNÉE, et ce sans quota ni fondement scientifique !

 

Renards, fouines, belettes, martres, pies, geais, corneilles noires, étourneaux sansonnets, corbeaux freux : ils sont 4 mammifères et 5 oiseaux à figurer sur l’actuelle liste de la mort des “nuisibles”, ou Espèces Susceptibles d’Occasionner des Dégâts (ESOD) comme l’Etat aime à les appeler, définie tous les 3 ans par arrêté ministériel.

 

Ce classement sans queue ni tête est établi sous la pression des lobbies de la chasse et de l’agriculture sur la base de déclarations de dégâts souvent farfelues et invérifiables… Cohabitons ? Eradiquons ! Tellement plus simple de vider la nature de toutes ces bestioles qui dérangent ou compromettent les activités humaines…

Une vidéo satirique - mais tellement réaliste - sur le classement ESOD avec Ami des Lobbies

En 2019, l’ASPAS a trainé l’État en justice, ce qui a permis de sauver de l’atrocité du piégeage et autres méthodes de destruction, les putois en Loire-Atlantique et dans le Pas-de-Calais, les renards dans les Yvelines, le Val d’Oise, l’Essonne et une partie des Vosges, les martres dans l’Ain, la Moselle et les Hautes-Pyrénées, les pies dans le Loiret et les étourneaux dans la Marne. 

 

4 ans plus tard (oui, l’arrêté en vigueur a été prolongé d’un an en 2022…), une nouvelle liste de “nuisibles” à exterminer a été révélée le 15 juin, pour laquelle les citoyens sont invités à donner leur avis dans le cadre d’une consultation publique ouverte jusqu’au 6 juillet 2023.  Pour y participer, c’est ici.   

6 actions pour réhabiliter les ESOD !

ACTION 1 - Participez à la consultation publique !

Dites NON à la destruction de millions d’animaux sauvages jusqu’en 2026 en participant à la consultation publique du ministère de la Transition écologique avant le 6 juillet 2023 ! L’ASPAS met à votre disposition de nombreux arguments, à consulter ici

ACTION 2 - Signez la pétition !

Chaque signature est une voix de plus pour les animaux : plus nous serons nombreux à les soutenir, plus on aura de chances de les sauver !  

ACTION 3 - Témoignez en faveur des ESOD en remplissant une déclaration de NON-dégât

Vous avez une basse-cour et vivez en paix avec les fouines et les renards ? Vous êtes paysan et avez la solution pour protéger vos cultures ? Vous êtes un maire ou un élu local et avez à cœur de protéger la faune sauvage ? L’ASPAS vous invite à remplir une déclaration de NON-dégât.     

ACTION 4 - Diffusez nos actions de sensibilisation sur les réseaux sociaux

Ces trois prochains mois l’ASPAS va inonder la toile de photos, de vidéos, d’articles et de témoignages en faveur des “nuisibles”, pour informer un maximum de personnes du sort réservé à ces animaux. On compte sur vous pour diffuser les bonnes paroles : non à la diabolisation, oui à la réhabilitation ! Suivez-nous sur Instagram, Facebook, Twitter, YouTube, relayez nos contenus avec le hashtag #PasNuisible  

ACTION 5 - Recevez notre kit pédagogique “J’aime les renards”

Vous êtes enseignant, animateur de centre aéré ? Vous faites l’école à la maison ? Pour sensibiliser le jeune public aux renards et à ce qu’ils subissent, l’ASPAS met à disposition un kit complet (expo, dépliant, autocollant…) à destination des enfants âgés de 8 à 12 ans.  

ACTION 6 – Faites un don pour que l’ASPAS agisse en justice !

Pour plus d’efficacité et de liberté, l’ASPAS a fait le choix de ne percevoir aucune subvention publique. Seuls vos dons font nos actions ! Grâce à votre générosité, vous nous permettez de mieux défendre les animaux mal-aimés en justice, un immense MERCI pour vos soutiens !   

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]