NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département.

L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et la cohabitation, de surcroît à l’encontre d’une espèce protégée qui recolonise naturellement les territoires d’où l’homme les avait une première fois exterminés, et dont les effectifs sont très faibles dans ce département (4 individus seulement officiellement présents). Il se pourrait même que ces abattages laissent orphelins des louveteaux en ce début d’été, une femelle ayant été identifiée ! 

Alors que de nombreux éleveurs en France s’adaptent à la présence des grands prédateurs, en s’aidant notamment de chiens de protection, une petite minorité n’accepte toujours pas le retour inéluctable des loups, et obtiennent des autorités le droit de tirer sur une espèce pourtant strictement protégée au niveau européen…  

Plus choquant encore : la zone est décrétée comme “difficilement protégeable” (ZDP) non pas pour des raisons topographiques, mais en raison de la densité des troupeaux de brebis… Pas de place pour la nature sur le plateau des moutons ! Surtout que ces ZDP permettent aux éleveurs qui subissent des prédations de demander des “tirs de défense renforcés” (maximum 10 chasseurs, équipés de lunettes à visée thermique…), sans même justifier de protéger leurs troupeaux ; c’est le cas pour l’éleveur en question, qui préfère se passer de patous…  

Avec de telles garanties, il n’est pas étonnant que certains éleveurs comptent sur les indemnisations plutôt que les aides à la protection*… La faute en partie à l’État qui préfère s’acheter la paix sociale à court terme, plutôt que de travailler à l’apaisement sur le long terme. Les loups sont pourtant de retour, et ils sont là pour rester : (ré)apprenons donc à cohabiter ! 

contact presse : presse@aspas-nature.org

* des indemnisations qui, à la date du 9 mai 2022, se chiffraient à… 520 euros (1 brebis tuée)

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]