NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département.

L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et la cohabitation, de surcroît à l’encontre d’une espèce protégée qui recolonise naturellement les territoires d’où l’homme les avait une première fois exterminés, et dont les effectifs sont très faibles dans ce département (4 individus seulement officiellement présents). Il se pourrait même que ces abattages laissent orphelins des louveteaux en ce début d’été, une femelle ayant été identifiée ! 

Alors que de nombreux éleveurs en France s’adaptent à la présence des grands prédateurs, en s’aidant notamment de chiens de protection, une petite minorité n’accepte toujours pas le retour inéluctable des loups, et obtiennent des autorités le droit de tirer sur une espèce pourtant strictement protégée au niveau européen…  

Plus choquant encore : la zone est décrétée comme “difficilement protégeable” (ZDP) non pas pour des raisons topographiques, mais en raison de la densité des troupeaux de brebis… Pas de place pour la nature sur le plateau des moutons ! Surtout que ces ZDP permettent aux éleveurs qui subissent des prédations de demander des “tirs de défense renforcés” (maximum 10 chasseurs, équipés de lunettes à visée thermique…), sans même justifier de protéger leurs troupeaux ; c’est le cas pour l’éleveur en question, qui préfère se passer de patous…  

Avec de telles garanties, il n’est pas étonnant que certains éleveurs comptent sur les indemnisations plutôt que les aides à la protection*… La faute en partie à l’État qui préfère s’acheter la paix sociale à court terme, plutôt que de travailler à l’apaisement sur le long terme. Les loups sont pourtant de retour, et ils sont là pour rester : (ré)apprenons donc à cohabiter ! 

contact presse : presse@aspas-nature.org

* des indemnisations qui, à la date du 9 mai 2022, se chiffraient à… 520 euros (1 brebis tuée)

Dernières actualités

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]

29.07.2022

“Goupil” n°150, le magazine des adhérents de l’ASPAS

Une journée mondiale et des victoires en pagaille pour les blaireaux, les résultats de l’Assemblée Générale et un focus sur la gestion française du loup. Voilà une partie ce qui vous attend dans votre Goupil d’Été !   Sommaire du numéro 148 – hiver 2022 :  Le compte rendu de l’Assemblée Générale 2022 Le podcast, […]

27.07.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

21.07.2022

Les bouquetins du Bargy ont encore besoin de vous !

La préfecture de Haute-Savoie veut encore et toujours autoriser de nouveaux abattages de bouquetins dans le Massif du Bargy, des animaux sauvages pourtant protégés par la loi. Alors qu’en mai dernier, la justice avait suspendu l’abattage indiscriminé des individus, l’État propose un nouvel arrêté qui aura pour conséquence d’abattre bon nombre d’individus sains. Nous avons […]