Massacres des blaireaux : Halte aux violences des chasseurs !

Massacres des blaireaux : Halte aux violences des chasseurs !

BlaireauDepuis quelques mois, on assiste à une déferlante d’arrêtés préfectoraux ordonnant toujours plus de destruction de blaireaux. Déterrage en période de reproduction, piégeage, tir de nuit… Sous couvert de tuberculose bovine ou de protection des cultures, tous les moyens sont bons pour détruire un maximum de blaireaux… et satisfaire les amateurs de loisirs barbares. L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) et MELES demandent l’interdiction du déterrage et l’arrêt de cet acharnement contre une espèce encore victime de préjugés.

Le déterrage est un loisir qui consiste à acculer les blaireaux au fond de leur terrier, à creuser en les terrorisant pendant des heures, et à les extirper avec des pinces métalliques pour les achever ou les jeter en pâture aux chiens. Cette pratique d’un autre âge est autorisée du 15 septembre au 15 janvier en France. En plus, les préfets peuvent autoriser une « période complémentaire » à partir du 15 mai, alors que les jeunes blaireautins sont encore dépendants de leurs parents.

Ces derniers mois, les préfets multiplient les arrêtés autorisant non seulement cette « période complémentaire », mais aussi des destructions par tous les moyens : collets non sélectifs à l’entrée des terriers, tirs de nuits avec fusils à silencieux…

Les motifs invoqués sont, au choix, la protection des cultures (Ardèche, Ariège, Calvados…) ou la surveillance de la tuberculose bovine (Ardennes, Côte d’Or, Gironde…). Qu’en est-il réellement ?

det-4La tuberculose bovine est une maladie due à une bactérie hébergée en particulier par les bovins domestiques. Cette bactérie peut être transmise à la faune sauvage, notamment les cerfs, sangliers et blaireaux qui peuvent alors la véhiculer selon un fonctionnement biologique encore mal connu. Si des analyses doivent être faites sur des cadavres de blaireaux pour étudier ce problème d’origine agricole, il serait plus raisonnable de privilégier par exemple le ramassage des blaireaux morts sur la route : plusieurs milliers sont tués chaque année par les voitures !

Quant aux soi-disant dégâts aux cultures causés par les blaireaux, ils sont généralement insignifiants, souvent confondus avec ceux des sangliers, et peuvent être évités simplement en protégeant les cultures.

Alors pourquoi un tel acharnement contre le blaireau ? Les raisons scientifiques sont clairement dépassées par la volonté de faire payer un animal sauvage qu’il est facile d’accuser de tous les maux, tout en faisant croire au règlement de problèmes agricoles.

L’ASPAS et MELES en appellent à la raison des pouvoirs publics et demande l’arrêt de ces destructions de blaireaux organisées pour des motifs aberrants. Nos associations demandent que l’étude et le règlement des problèmes sanitaires d’origine agricole soient faits sans sacrifier la faune sauvage. L’ASPAS et MELES demandent enfin l’interdiction de la « période complémentaire » de déterrage du blaireau, et à terme la fin de ce loisir cruel.

La période complémentaire de déterrage est fixée par l’arrêté préfectoral annuel d’ouverture de la chasse ou par un arrêté spécifique. Ces arrêtés sont soumis à la consultation du public en ce moment même. L’ASPAS et MELES invitent chaque citoyen à participer à ces consultations et à se prononcer contre cette chasse. Les consultations ont lieu sur les sites des préfectures listés ICI

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]