Loup : le préfet de l’Hérault évince l’ASPAS des discussions

Loup : le préfet de l’Hérault évince l’ASPAS des discussions

L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), ONG légaliste d’envergure nationale et reconnue d’utilité publique, a été évincée du comité loup de l’Hérault par le nouveau préfet Hugues Moutouh, sans qu’aucune justification ne lui ait été officiellement communiquée.

Loup avec son pelage d’hiver

L’ASPAS, qui est par ailleurs membre du Groupe National Loup* (GNL) participait à ce comité local depuis 2019 par la voix de Christian Perrenot, délégué de l’Hérault.

Nous prenons acte de cette rupture de dialogue, qui en dit long sur le poids du lobby agricole sur les représentants de l’État.

Notre posture, à l’égard du loup, est claire : l’espèce étant strictement protégée au niveau européen, nous veillons à ce que la loi soit respectée en France.

Nous sensibilisons les publics à la biologie de l’animal, ses mœurs, son rôle dans l’écosystème, nous promouvons le dialogue pour améliorer l’acceptation du retour du grand prédateur, et nous apportons des solutions concrètes pour pacifier la cohabitation avec le monde pastoral.

Au-delà de l’éviction de l’ASPAS de ce comité, c’est le sort réservé aux loups qui nous inquiète particulièrement dans ce département. Alors qu’il n’y aurait qu’une poignée d’individus dans l’Hérault (au moins 4 officiellement identifiés), pas moins de 18 (!) arrêtés d’autorisation de tirs sont actuellement en application, dont 13 pour les deux loups repérés sur la plateau du Larzac…

Nous allons continuer à être très vigilants quant aux prochaines décisions émanant de la préfecture, et demanderons une intégration officielle au sein de ce comité départemental.

Contact : presse@aspas-nature.org

* L’ASPAS était d’ailleurs invitée précisément ce 18 janvier par le préfet coordinateur du Plan Loup à un groupe de travail du GNL 

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]