Loup : la France cherche-t-elle son éradication ? L’ASPAS porte plainte auprès de la Commission Européenne

Loup : la France cherche-t-elle son éradication ? L’ASPAS porte plainte auprès de la Commission Européenne

Le 27 novembre, le plafond/quotas d’autorisation d’abattage a été atteint avec l’exécution d’un 51ème loup. Dès le lendemain, le préfet de région Auvergne Rhône-Alpes mettait en application l’article 3 de l’arrêté ministériel : “La mise en œuvre des tirs de défense simple pouvant conduire à la destruction de spécimens de loups (…) peut se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2018 compris.”
Les loups continueront donc à être abattus par tirs de défense simples, sans aucune limite de nombre jusqu’au 31 décembre. Révoltant !

Vers un massacre ?

En l’absence de plafond de loups pouvant être tués, la France ne peut pas garantir le maintien des populations lupines dans un état de conservation favorable .
Déjà 51 loups ont été abattus sur une population estimée à 430 (à l’issue de l’hiver 2017-2018).
Cette disposition est totalement déconnectée des dommages, ou d’une situation exceptionnelle, puisque la mise en œuvre de cette dérogation à la dérogation n’est conditionnée qu’au seul constat de l’atteinte du plafond avant la fin de l’année civile.

« 1 454 de tirs de défense simples sont actuellement en vigueur.
Autant dire que la population entière de loups présents en France pourrait être exterminée avant la fin de l’année ! » dénonce l’ASPAS

L’ASPAS porte plainte auprès de la CE

En application des arrêtés ministériels et de l’arrêté du préfet de Région, c’est donc un nombre illimité de loups qui peut être abattu, quel que soit l’état des populations, et en l’absence totale de dommages.
Ces dispositions combinées placent la France en situation d’infraction vis à vis de l’article 16 de la directive dite “Habitats”. L’ASPAS a donc porté plainte auprès de la Commission Européenne pour manquement à la directive.

Point juridique

Le loup est strictement protégé… oui mais :
Le loup est strictement protégé par la Directive CEE n°92/43 du 21 mai 1992 sur la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore sauvages et la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe de 1979n (listé en annexe IV).
Cependant, des dérogations à la stricte protection, c’est à dire des destructions, sont possibles en application de l’article 16 de la Directive, notamment pour “prévenir des dommages importants” à l’élevage, et uniquement “À condition qu’il n’existe pas une autre solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations des espèces concernées dans leur aire de répartition naturelle”.
En droit français, ces dérogations sont encadrées par un protocole qui résulte désormais de l’arrêté ministériel du 19 février 2018 NOR : TREL1803251A.
L’article 2 de ce protocole prévoit qu’un arrêté ministériel annuel fixe le nombre maximum de loups pouvant être abattus chaque année. L’arrêté ministériel du 19 février 2018 n°TREL1803276A vient en application de cet article. Le plafond ainsi fixé doit permettre d’empêcher que la dérogation ne “nuise au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations des espèces concernées dans leur aire de répartition naturelle”.
Or, l’article 3 de l’arrêté fixant ce plafond prévoit que “En cas d’atteinte des plafonds de destruction mentionnés aux articles 1er et 2, les tirs de défense simple peuvent être autorisés afin d’assurer en permanence la protection des troupeaux domestiques.”

Dernières actualités

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]

18.05.2022

Dites NON aux effarouchements d’ours !

L’ASPAS appelle toutes les personnes favorables à la protection des ours dans les Pyrénées à participer à la consultation publique avant le 19 mai 2022 sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Contrairement aux années précédentes, cet arrêté sera sans limitation de durée !  Commencez votre texte par : “Je suis contre l’arrêté autorisant […]